entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue Berbier du Mets tient son nom de Gédéon Berbier du Mets (1626-1709), qui fut le premier Intendant général du Garde-Meuble de la Couronne, ancêtre du Mobilier national.


L'actuelle rue Fagon a porté le nom de rue de la barrière des Gobelins.


C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Suicide - 1911

Suicide

Le Matin — 4 octobre 1911

A la station du Métro « Corvisart », M. François Geffroy, vingt-six ans, palefrenier à la Compagnie des omnibus, demeurant 5, passage Guillaumot, se précipite sous une rame en marche, qui lui broie le crâne.


 Le drame de la rue Esquirol - 1904

Le drame de la rue Esquirol

Le Figaro ― 25 février 1904

Un drame de la jalousie s’est déroulé hier matin, 23, rue Esquirol. Pendant que son mari dormait, Mme Marie Jacquet, âgée de trente-cinq ans, a tiré sur lui six coups de revolver.

Deux balles ont atteint à la tête M. Jacquet, a été transporté dans un état alarmant à l'hôpital de la Pitié.

Le blessé a refusé de porter plainte contre sa femme, qui a déclaré qu’elle regrettait son acte et qu’elle avait agi. dans un accès de fureur jalouse.


 Un Homme étranglé par un Inconnu - 1907

Le crime de la Cité Jeanne-d’Arc

Un Homme étranglé par un Inconnu

L'Assassin se constitue Prisonnier. ― Il raconte les Circonstances de son Forfait, mais refuse obstinément de faire connaître son Identité. ― Probablement a-t-il de sérieuses Raisons pour cela.

Le Petit-Parisien — 8 avril 1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait :

Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

Le sous-brigadier crut tout d'abord avoir affaire à un fou. L'individu, qui venait spontanément s'accuser ainsi donnait, effectivement, des signes d'une extrême exaltation. Il était d'une taille au-dessus de la moyenne et paraissait âgé de quarante ans environ. Ses vêtements en loques et sa barbe rousse hirsute décelaient son complet dénuement.

La Cité Jeanne d'Arc. Dans des locaux étroits, peu salubres, des gens vivent, entassés. Du matin au soir, des enfants, en nombre considérable donnent par leurs cris et leurs jeux, une animation étourdissante à ce coin de la capitale qui ne manque pas de pittoresque.

LE MYSTÉRIEUX J. H.

Conduit par devant M. Yendt, commissaire du quartier de la Salpêtrière assurant l'intérim du quartier de la Gare, l'homme renouvela ses déclarations et les précisa :

Je flânais, ce matin, le long des quais, lorsqu'un individu que je ne connaissais pas, mais qui bientôt me dit être un journalier du nom de Jean Guérineau, âgé de quarante-neuf ans, lia conversation avec moi. Il m'offrit à boire et à déjeuner. Vers trois heures et demie de l'après-midi, il me proposa de le suivre chez lui. Je ne pouvais deviner ses projets. Quand Guérineau eut refermé la porte de son logement, il me fit des propositions qui me déplurent. Je le lui dis. Comme il insistait, je me fâchai. Une violente discussion s'ensuivit. Fou de colère, je saisis à un certain moment mon compagnon et je l'étranglai avec un foulard.

C'est en vain que M. Yendt questionna l'individu sur son identité. Il se borna à répondre :

N'insistez pas, ce n'est pas la peine. Mon nom, je ne le révélerai à personne. Quant aux circonstances du drame, je ne puis vous en dire davantage. Lorsque je me trouverai devant le juge d'instruction, peut-être serais-je plus loquace.

A un inspecteur du commissariat qui, peu après, le questionnait, le mystérieux individu répondit :

Afin de vous satisfaire, je vais vous apprendre que je m'appelle J. H… Maintenant, j'espère que vous me laisserez tranquille.

A LA CITÉ JEANNE-D'ARC

Guidés par l'étrange personnage, le commissaire et ses agents se rendirent, vers cinq heures et demie, à la cité Jeanne-d'Arc. Situé entre la rue du même nom et la rue Nationale, le pâté d'immeubles de six étages qui compose la cité, occupe une superficie de 3.000 mètres carrés environ et ne comprend pas moins de 1.800 logements, tous habités par des ouvriers et surtout par des chiffonniers. Dans des locaux étroits, peu salubres, des gens vivent, entassés. Du matin au soir, des enfants, en nombre considérable donnent par leurs cris et leurs jeux, une animation étourdissante à ce coin de la capitale qui ne manque pas de pittoresque.

TUÉ SUR SON LIT

— C'est là, fit J. H...,  indiquant à M. Yendt la porte de l'immeuble portant le n° 1. Par l'escalier C, on monta au troisième étage. La porte de la chambre de Guérineau était fermée.

C'est moi qui l'ai fermée, dit le prisonnier. Je ne sais pas ce que j'ai fait de la clef.

D'un vigoureux coup d'épaule, un agent enfonça l'huis.

Le commissaire et ses agents ayant pénétré dans la chambre, constatèrent que l'inconnu avait dit la vérité. Le cadavre de Guérineau gisait, en effet, sur un lit de fer qui se trouvait à gauche de la pièce. Le malheureux journalier était encore chaud. Sa tête avait été placée entre deux barreaux du lit auxquels elle avait été attachée par le foulard qui lui serrait le cou. C'est avec ce foulard, une bande de coton noir à raies Manches, longue de quatre-vingt-quinze centimètres et large de trente que l'assassin avait commis son crime. Guérineau était nu-pieds, les vêtements en désordre. Sa jambe droite était allongée, la gauche repliée. Les mains à la hauteur du cou indiquaient encore son ultime geste de défense.

Dans la chambre, sommairement meublée d'un buffet, de quelques chaises et d'un poêle, tout paraissait en ordre. Le corps de Guérineau ne portait, d'autre part, aucune trace de violences.

De ces constatations, il semble résulter que le journalier, qui était doué d'une force peu commune, aurait pu se défendre s'il n'avait pas été surpris par l'attaque de son agresseur.

LA VICTIME

Une voiture des pompes funèbres vint, à ce moment, enlever le corps et le transporter à la morgue, où il sera soumis à l'autopsie.

Jean Guérineau appartient à une honorable famille, mais son inconduite en avait fait un dévoyé.

Un de ses frères, qui exploite un commerce, boulevard Sébastopol, lui venait en aide fréquemment, quand il se trouvait dans le besoin.

Il logeait, depuis trois ans, cité Jeanne-d'Arc et payait 2 fr. 25 de loyer par semaine. Aux Halles, où il s'astreignait à des corvées depuis un an, il avait fait la connaissance d'un sieur Eugène Cadine qui, depuis quelques mois, partageait son logis. Les deux hommes étaient très liés. Ils sortaient à la même heure le matin, pour se rendre au travail, et le soir, le gardien de la cité, M. Louis Perroudon, les voyait rentrer ensemble.

Il y a trois semaines, Cadine tomba malade. On le conduisit à l'hôpital Cochin. Son ami parut en éprouver un très vif chagrin. Guérineau était célibataire.

LE MEURTRIER

Après avoir procédé à la reconstitution du drame, dans la mesure où le mystérieux meurtrier voulut bien s'y prêter, M. Yendt le fit ramener à son commissariat et lui posa de nouvelles questions. Peine inutile. Le prisonnier se borna à répondre :

— Je ne sais plus, je ne me rappelle rien.

Dans la soirée, il est parti pour le dépôt. L'attitude que cet individu a observée laisse croire qu'il a déjà eu des démêlés avec la justice. Quel intérêt aurait-il, sans cela, à mettre tant d'énergie et de ténacité à cacher son nom ?

A-t-il la conscience chargée de quelque forfait plus horrible que celui qu'il commit, hier, cité Jeanne-d'Arc ?

Son mutisme autorise toutes les hypothèses.


A lire également

L'identité de l'étrangleur

L'audition de l'agent Mariton

Le procès

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914

Hier matin, M. Boudeau, commissaire de sûreté du 4e district, ainsi que M. Fauvel, secrétaire du commissariat de la Gare, avaient acquis la certitude que Gauzy avait été blessé à l'intérieur du café des Trois Marches vertes et que le chiffonnier Georges Colson avait dit vrai

Lire


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914

Les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat.

Lire


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935

Par la même occasion, les inspecteurs ont arrêté Emmanuel-Léon Odoux, l'ivrogne qui dimanche avait blessé sa voisine de deux coups de couteau.

Lire


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938

Hier matin, Mme Hugon, qui possède, rue du Chevaleret, un « Café-restaurant-blanchissage », entre dans le terrain vague attenant à sa maison.

Lire


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide - 1914

La laiterie Verny, située en plein cœur du populeux quartier de la Gare, 17, rue Bruant occupait, depuis quatre années, Henri Lecoin, âgé de vingt-huit ans, en qualité de caissier-comptable.

Lire


Un soir à la Porte d'Italie - 1895

Les nombreux flâneurs qui vont chaque soir, au soleil couchant, respirer un peu d'air sur les glacis des fortifications, à la porte d'Italie, ont assisté hier à une véritable bataille.

Lire


Drame de la jalousie - 1897

Un nommé Jean Siégen, dit « Jean-Jean » âgé de vingt-six ans, demeurant rue de la Pointe-d'Ivry, a tiré cinq coups de revolver, la nuit dernière, passé la porte d'Ivry, sur Mlle Marie Berthot, âgée de vingt et un ans, ouvrière lingère, rue de la Butte-aux-Cailles.

Lire


Chronique du feu - 1879


Le drame du quartier de la Gare - 1896


Le drame de la rue Dunois - 1892


Le drame de la rue Dunois - 1892 - dernières nouvelles


L'Affaire de la Place Jeanne-d’Arc - 21 mars 1897


Les assiégés de la cité Jeanne-d'Arc se sont rendus ce matin - 1934


Scène sanglante dans un Bal Avenue de Choisy - 1910


L'incendie de l'avenue de Choisy - 1893


Scène surprenante avenue des Gobelins - 1874


Meurtre et bagarre sanglante - 1902


Le drame de la rue Michal - 1904


Drame de la misère et de l'ivrognerie à la Maison-Blanche - 1934


Le drame de la rue du Tage : Le parricide condamné à 5 ans de réclusion - 1935


Le drame de la rue du Tage - 1903


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte