entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.


La rue Henri Pape s'appelait jusqu'en 1897, rue Edmond-Valentin


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1862

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Vengeance d'amazone. - 1905

Vengeance d'amazone.

Le Rappel — 8 juin 1905

Une ménagère, Mme Mélanie Compagnier, demeurant 58, rue Clisson, en voulait depuis un temps immémorial à une couturière, Mme Louise Leprince, 21 ans, domiciliée dans la même maison. Hier. matin, vers 2 h., comme la couturière rentrait chez elle, la vindicative femme, qui la guettait dans l'escalier, se précipita sur elle et la frappa de quatre coups de couteau dans la poitrine. La blessée, dont l'état parait des plus graves, a été transportée à Cochin. La coupable à réussi à prendre la fuite.


 Le meurtre de la rue Jeanne d‘Arc - 1905

Le meurtre de la rue Jeanne d‘Arc

Le Figaro — 3 septembre 1905

Un ouvrier cordonnier, Charles Trubert, âgé de quarante-cinq ans, demeurant 73, rue Jeanne-d'Arc, feignait hier soir, à onze heures, de chercher querelle à un militaire retraité, M. Paul Cezille, qui descendait l'escalier de sa maison et qui venait de dîner chez des amis. Tout à coup, après quelques mots échangés, il sortait un couteau de sa poche et en frappait le vieillard dans la région du cœur.

M. Paul Cezille tomba. Il avait été tué, sur le coup. Charles Trubert a été arrêté par M. Yendt, commissaire de police, qui a établi que M. Paul Cezille avait touché 295 francs dans la journée, et que quand on releva son cadavre, il n'avait plus que 20 francs sur lui.

Le vol serait donc le mobile du crime. Trubert a été envoyé au Dépôt ainsi que sa femme et un nommé Mouzol, qu'on suppose complices.


 La guerre à propos d’œufs de Pâques - 1897

La guerre à propos d’œufs de Pâques

Le Temps — 20 avril 1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde. Et, dans la cohue des matins de grandes fêtes, la petite carriole s'avançait, avec d'inquiétants mouvements de tangage, tandis que l'homme s'époumonait : « Les œufs, les beaux œufs de Pâques ! »

L'avenue d'Italie vers 1900
L'avenue d'Italie vers 1900

Il prenait bien son temps. Seuls, des enfants tournaient autour des œufs blancs et bruns, avec de longs regards d'envie, et de petits mouvements de langue ; mais les enfants ne sont point des acheteurs. Les ménagères, elles, passaient vite, se hâtant vers leur déjeuner.

L'homme s'énervait. Il était plus de onze heures et on ne l'avait pas encore « étrenné ». Maintenant, il tirait par la manche les ménagères pressées, répétait sans pause son boniment, suppliait, jurait… en vain.

Une ménagère, Mme Hortense Kleine, demanda le prix d'un œuf en chocolat.

L'homme, qui se nommait Lepiout, ne se sentit pas de joie :

— Deux francs !

L'autre en offrit vingt-cinq sous.

— Mais je l'ai payé plus cher, moi !

Et le marchand consentit à rabattre cinq sous. C'est trop cher, répliqua Mme Kleine et elle s'éloigna.

La carriole courut après, elle.

— Prenez-le pour trente sous ! clama l'homme.

— Non, non, vingt-cinq sous !

— Eh bien, le voilà pour rien du tout !

Et, joignant le geste à la parole, Lepiout, que sa déconvenue avait rendu furieux, jeta, au beau milieu de la figure de la ménagère, l'œuf, qui s'y écrasa.

L'avenue d'Italie

Mme Kleine est une vigoureuse femme de trente-cinq ans à peine. Elle lâcha son panier, poussa une sorte de hurlement, se précipita vers la carriole, puisa des deux mains dans la masse des œufs et pif ! paf ! se mit à assommer le marchand avec sa propre marchandise. Lepiout que la rage emportait sans réfléchir qu'il travaillait lui-même à sa propre ruine, se défendit à coups d'œufs. En un clin d'œil, le sol de la chaussée fut couvert de débris de sucreries et de chocolat. Les gamins les ramassaient, jusque sous les jambes de Lepiout, les enfonçaient dans leurs bouches il dut y avoir, dans le quartier d'Italie, le soir, d'épouvantables indigestions. Autour des belligérants, un cercle épais d'arbitres s'était formé. « Bravo, Hortense ! Encore un « pain », le Turc ! » ; et c'étaient de longs-éclats de rires, qui fusaient vers le ciel bleu.

Brusquement, la scène changea.

La carriole était vide et le dernier œuf un œuf magnifique de quarante-cinq sous venait s'aplatir sur l'œil gauche de l'homme, qu'il avait momentanément rendu borgne.

Alors, Lepiout, excité par la douleur, les cris des assistants à l'image de sa ruine, écarta les enfants, se jeta sur Mme Kleine, la terrassa, à coups de poing lui laboura la figure à coups de pied le ventre.

Il fallut arracher des mains de, cette brute la malheureuse femme. Elle était dans un piteux état. Elle avait la figure pleine de sang et se plaignait de vives douleurs internes. On la porta, à moitié évanouie, dans une pharmacie, ou elle fut pansée.

Quant à Lepiout, immédiatement arrêté, il fut conduit au commissariat de police de M. Rémongin, qui le garda à sa disposition.

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire

La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le cochon en ribotte - 1897

Un marchand de couleurs de l'avenue d'Ivry fut réveillé l'autre soir par un bruit insolite qui semblait partir des caves de la maison.

Lire


Les roulottiers - 1906

Le cocher de fiacre, Émile Canetti se trouvait, hier soir, vers neuf heures, à la station de voitures située avenue de Choisy, à l'angle de la place d'Italie...

Lire


Les escroqueries d'une jolie fille - 1897

Le commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche vient d'arrêter une fort jolie fille de vingt ans, Olda Régier, qui, en moins d'un an, a commis des vols pour une trentaine de mille francs, en usant de moyens assez curieux.

Lire


Drame de la jalousie - 1905

Un drame provoqué par la jalousie a mis en émoi, hier soir, vers cinq heures, les habitants de l'avenue des Gobelins et plus particulièrement ceux de l'immeuble portant le numéro 45 de la rue Auguste-Blanqui.

Lire


La traite des blanches - 1923

La 11è chambre a jugé hier une victime de la traite des blanches devenue traitante à son tour, bien que n'ayant encore que dix-huit ans.

Lire


Un meurtre boulevard de la Gare - 1897

Une rivalité existait, depuis plusieurs mois, entre deux individus peu recommandables, François Palisse, âgé de dix-neuf ans, et Louis Champaumier, de deux années plus jeune.

Lire


Le crime de l'avenue d'Italie - 1897

A neuf heures du soir, à deux pas de l'avenue d'Italie, assez animée à pareille heure, trois bandits ont attaqué et dépouillé un passant qui a succombé aux blessures qu'ils lui avaient faites.

Lire


Attaqué par un lion - 1897


Le crime de la rue des Cordelières - 1879


Un scélérat - 1896


En sortant du théâtre. - 1903


Un drame sur un échafaudage. - 1903


Le drame de la rue Barrault - 1893


Une bataille sous une porte - 1903


Par amour ! - 1903


Un crédit néfaste - 1903


En jouant - 1912


Le crime de l’avenue de Choisy - 1889


Un drame rue de la Maison-Blanche - 1897


La bande des deux moulins - 1894


Rivalité d'amour. - 1895


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte