Faits divers

 paris-treizieme.fr — Les protecteurs du Tsar (1896)

Les protecteurs du Tsar

Le Gaulois — 30 septembre 1896

Un gardien de la paix, nommé Claude Alexandre, qui passait hier sur le pont Neuf, se mettait tout à coup à pousser des cris furieux et à exécuter des moulinets avec son sabre, au grand effroi des passants.

Lâchant son arme, le malheureux montait bientôt sur le parapet et s'élançait dans la Seine en criant :

—  Pour Dieu, pour le Tsar et pour la patrie !

On put, après bien des efforts, le retirer vivant du fleuve, mais quand on lui eut fait reprendre ses sens, on constata qu'il avait perdu la raison.

— Je suis, répétait-il, sur la piste d'un complot ourdi par les nihilistes pour assassiner le Tsar lors de son passage à Paris. Il y en a partout. Tenez, en voici un.

Et l'agent saisit au collet le commissaire de police, M. Roy. Le pauvre diable a été conduit à l’infirmerie du Dépôt.

Autre cas de folie causé également par la préoccupation de « protéger » le Tsar pendant son séjour en France.

Un monsieur, âgé de quarante ans, louait, hier, une chambre meublée avenue des Gobelins.

— Je suis, disait-il, le général Dinatoff, envoyé secret du gouvernement russe pour veiller à la sécurité de S. M. le Tsar.

» On m'a spécialement chargé de m'assurer s'il n'y avait point de conspirateurs dans les environs de la manufacture des Gobelins. C'est pourquoi j'ai tenu à me loger ici dans l'incognito le plus absolu. »

Quelques minutes après, le soi-disant général se présentait au commissariat de M. Perruche, déclinait ses nom et qualités au magistrat surpris, et lui demandait de lui confier « la clef des égouts du quartier ».

— J'ai ordre, ajoutait-il, d'y poster une compagnie de cosaques.

Une heure après, l'aliéné croyant qu'on le conduisait à l'entrée des égouts était amené à l'infirmerie du Dépôt.


Vous ne pouvez avoir, pour 15 fr., un plus beau pantalon d'hiver que celui fait sur mesure par les 15-20, 6, boulevard Voltaire, 156, boulevard Saint-Germain, 17, rue de Strasbourg, 31, bd Henri-IV.


 

Saviez-vous que ...

L'orage remarquable par sa longue durée plus encore que par sa violence, qui éclata le lundi 23 juillet 1906 au soir sur Paris, causa beaucoup de dégâts. Dans le treizième arrondissement, la Bièvre, très grossie, sortit de son lit et inonda le passage Moret, dont les maisons ont dû durent être évacuées. Rue de la Glacière, 25, les ateliers de MM. Dufresne et Rommutel furent envahis par les eaux.

L'image du jour

Abattoirs de Villejuif, boulevard de l'Hôpital

Ailleurs sur Paris-Treizieme