entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Initialement, l'avenue des Gobelins devait s'appeler Boulevard Mouffetard.


Le 13 juillet 1880 furent organisées des retraites au flambeau dans les principaux quartiers du 13ème arrondissement et le 14, eût lieu à 2 heures, une grande cavalcadre au profit des écoles. Des fêtes forraines se tenaient sur les places et avenue de l'arrondissement et des concerts furent donnés par les sociétés instrumentales et chorales.


C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1901

L'inondation de la Bièvre

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Vengeance d'amazone. - 1905

Vengeance d'amazone.

Le Rappel — 8 juin 1905

Une ménagère, Mme Mélanie Compagnier, demeurant 58, rue Clisson, en voulait depuis un temps immémorial à une couturière, Mme Louise Leprince, 21 ans, domiciliée dans la même maison. Hier. matin, vers 2 h., comme la couturière rentrait chez elle, la vindicative femme, qui la guettait dans l'escalier, se précipita sur elle et la frappa de quatre coups de couteau dans la poitrine. La blessée, dont l'état parait des plus graves, a été transportée à Cochin. La coupable à réussi à prendre la fuite.


 Lugubre trouvaille - 1914

Lugubre trouvaille

Le Rappel ― 28 février 1914

Le premier janvier dernier, un rentier de la rue Clisson, recevait une grande botte de bonbons et en partageait la plus grande partie de son contenu avec des voisins et amis.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction, hier, en voulant ouvrir la dite boite pour y prendre les derniers bonbons restants, lorsque en soulevant le couvercle, il aperçût, couché dans la boite, le petite cadavre d'un nouveau-né qui paraissait y avoir été placé depuis seulement quelques heures.

Se rappelant que la veille, leur bonne, Yvonne Porte, 19 ans, s'était plainte d'une indisposition, il la mit en présence de sa lugubre trouvaille et la jeune domestique avoua, avoir accouché clandestinement, de l'enfant que l'on venait de la boite.

Le docteur Paul a été commis à l'effet de savoir si le dit enfant était né viable.




Un Drame du Terme

Le Journal — 10 juillet 1902

La cité Jeanne-d'Arc en émeute. - Coups de revolver. — Deux blessés. — L'enquête du Parquet.

Entre la rue Nationale et la rue Jeanne-d'Arc, dans le quartier de la Gare, serpente un passage qui coupe la cité Jeanne-d'Arc. De chaque côté sont de hautes maisons, aux étages bas, aux fenêtres étroites, où grouille une population de chiffonniers, de mendiants, de gens sans aveu.

La Cité Jeanne-d'Arc

La cité Jeanne-d'Arc est bien à eux : c'est une grande famille qui vit autant dans le passage que dans ses réduits. Aussi, le moindre fait qui s'y passe, appartient-il aussitôt à chacun, ce qui explique l'importance qu'ont pris les événements graves qui s'y sont déroulés l'autre nuit.

Depuis quelque temps, le propriétaire de la cité avait installé à l'une des extrémités du passage, près de la rue Jeanne-d'Arc dans un rez-de-chaussée de deux pièces, un gardien, nommé Etienne Billot, âgé de cinquante-six ans, marié et père de Léopold Billot, âgé de dix-huit ans, comptable.

Ancien sous-officier retraité de tirailleurs algériens, Etienne Billot avait conserva l'allure autoritaire du régiment et traitant ses locataires un peu comme les « arbis ». Il fut bientôt détesté des gens de la cité. Il n'en fallait d'ailleurs pas plus, pour cela, qu'il fût d'une couche sociale supérieure à la leur.

L'époque du terme vint aigrir des relations déjà tendues. Les vexations auxquelles le gardien et sa famine étaient en butte se changèrent en manifestations plus graves. Depuis quatre jours, M. Rocher, commissaire de police du quartier, recevait de M. Billot des plaintes répétées : c'étaient des coups donnés dans sa porte, des carreaux cassés, des injures. Un soir, il fit même amener au commissariat un certain D…, pris au hasard dans la foule malfaisante. Lundi, il tirait en l'air des coups de revolver.

Le gardien ne réussit qu'à augmenter contre lui l’animosité de la populace de la cité. Cela devient de la fureur.

A dix heures du soir, trois cents personnes sont rassemblées devant son modeste appartement, que des forcenés veulent saccager parce qu'il est plus brillant que leurs taudis. La foule s'excite ; la destruction commence.

C'est alors que Billot tire un coup de revolver, sur le sol, prétend-il. Quoi qu'il en soit, la balle, directement ou par ricochet, atteint en pleine poitrine un enfant de onze ans, le jeune Edouard Régnier, demeurant 81, rue Jeanne-d'Arc, qui chante dans les cours avec son père.

Les agents accourent ; puis arrive le commissaire de police prévenu.

On transporte le blessé à l'hôpital Trousseau, où il n'a pas encore repris connaissance. Son état paraît désespéré.

Le commissaire veut procéder à l'arrestation du meurtrier. Mais celui-ci s'est enfermé dans sa seconde chambre avec sa femme et son fils et refuse d'ouvrir ; barricadés les deux hommes étaient armés.

On enfonce la porte ; le commissaire pénètre et se fait reconnaître vivement. Le gardien se laisse arrêter.

Mais la foule, évaluée à quinze cents personnes, surexcitée au dernier point, pousse des cris de mort, veut arracher leur prisonnier aux agents, puis se retourne contre ceux-ci, qui la rudoient un peu.

L'inspecteur Petit fait avancer un fiacre rue Nationale, à l'entrée du passage. La foule s'y porte, et le commissaire, faisant fermer les grilles de ce côté, emmène rapidement son prisonnier par la rue Jeanne-d'Arc.

Mais il est bien vite rejoint par une populace en délire, à travers laquelle il ne se fraye que difficilement un passage. Il tombe sur le groupe toutes sortes de projectiles ; l'arrivée au commissariat semble une délivrance.

La plus rude partie de la besogne n'était pas faite.

La cité Jeanne-d'Arc avait envahi l'appartement du gardien. Dans la seconde chambre s'étaient réfugiés la femme et le fils de M. Billot. Celui-ci tenait en respect les agresseurs du premier plan, un revolver à la main, des couteaux-poignards, des haches, des barres de fer à proximité.

Se sentant plus menacé, il tire dans l'encadrement de la porte qui n'est plus. Le nommé Victor Lepécueur, âgé de cinquante-neuf ans, mécanicien, demeurant 81, rue Jeanne-d'Arc, est atteint d'une balle à l'aine et d'une autre à l'épaule. Il est maintenant à l'hôpital Cochin, dans un état très grave.

M. Rocher revient, accompagne de quatre agents et de l'inspecteur Petit. Il troue la foule et s'empare du second meurtrier et de sa mère évanouie. Il se souviendra longtemps des difficultés inouïes qu'il éprouva pour rejoindre son commissariat.

Recevant des tessons de bouteilles, des vases, des ordures, abreuvés de grossièretés, bousculés et bousculant, frappés et frappant, protégeant le jeune Billot et portant sa mère, les représentants de la force publique crurent à chaque étape de ce long calvaire trouver leur dernière minute.

C'est la bande qu'ils conduisaient qu'ils eussent dû mener au violon, alors qu'ils allaient au milieu d'elle avec les plus grandes peines.

Le parquet, prévenu aussitôt télégraphiquement, a désigné M. Le Poittevin, juge d'instruction, pour mettre l'affaire au point. Le juge a fait écrouer directement à la Santé la famille Billot.

M. le professeur Kirmisson, qui soigne le jeune Régnier, a demandé à M. Rocher des indications sur la calibre du revolver dont la balle a atteint l'enfant, afin de déterminer la position exacte de celle-ci.

Les deux revolvers sont de petit calibre, à sept balles. Ils sont de fabrication étrangère et présentent des particularités de mécanisme bizarres.

Deux agents sont en permanence dans la cité Jeanne-d'Arc, où l'ébullition n'est pas complètement calmée.


A lire également

Le récit,beaucoup plus sommaire, du Figaro

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Le percement du boulevard Arago

Les démolitions qu'on exécute en ce moment dans le faubourg Saint Marcel viennent de remettre au jour un coin très pittoresque du vieux Paris. (1868)

Lire

Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres. (1868)

Lire

Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évoque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

Lire

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Perquisition dans une pharmacie - 1911

Sur commission rogatoire de M. Chesney, juge d'instruction, MM. Berthelot, commissaire de police aux délégations judiciaires, et Loutières, professeur à l'École de pharmacie et inspecteur des pharmacies, se sont transportés au siège d'une succursale de la Pharmacie mutualiste, 113, rue Broca

Lire


La cité Jeanne d’Arc transformée en fort Chabrol - 1934

La nouvelle que M. Luien Monjauvis , député communiste du XIIIè, avait été arrêté devant les usines Panhard, devait provoquer, parmi ses électeurs adhérents au parti communiste ou sympathisants une certaine agitation.

Lire


Treize émeutiers de la Cité Jeanne-d’Arc ont été arrêtés hier matin - 1934

Les bagarres de la cité Jeanne-d’Arc et celles d’AlfortviIle, après celles de Mantes démontrent péremptoirement l’existence par noyautages, d’une organisation frénétique dans la région parisienne.

Lire


Les Amis de « Guibollard » - 1905

Jean Bonneau, âgé de dix-sept ans, dit « Guibollard », avait convié à une petite fête tous ses amis, des rôdeurs qui hantent les fortifications, dans les parages de la porte de Fontainebleau. Ces joyeuses agapes devaient avoir lieu dans un établissement malfamé des environs de la poterne des Peupliers.

Lire


Deux voleurs d'autos arrêtés sur les… toits

Les voleurs d'automobiles jouent de malchance depuis quelques semaines. Traqués, surveillés, dépistés, lorsqu'ils échappent à la police, un accident vient généralement mettre fin à leurs déplorables agissements.

Lire


Rue de l'Amiral-Mouchez une jeune femme est enlevée en taxi par quatre hommes. - 1931

Un entrepreneur de plomberie, de la rue de l'Amiral-Mouchez venait, au début de l'après-midi d'hier, déclarer au commissariat du quartier de la Maison-Blanche que ...

Lire


Sur la zone du XIIIè arrondissement un ivrogne blesse grièvement sa femme d'un coup de couteau - 1933

Au numéro 1 de la villa Sainte-Hélène, tout près de la poterne des Peupliers, sur la zone annexée du XIIIè arrondissement, la famille Nesler occupe une baraque de trois pièces, au fond d'un petit terrain clos dont elle est locataire.

Lire


L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts - 1912


Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres - Le Journal 28 janvier 1912


Une chasse à l'ours en plein Paris - 1906


On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911


Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles - 1930


Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart - 1930


Le crime de la Buttes-aux-Cailles - 1930


Le pénible drame du quartier Croulebarbe - 1929


Une cartomancienne assassine son ami - 1921


L'incendie de la rue des Cordelières - 1895


Grave affaire de fraude dans le quartier Croulebarbe - 1904


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière - 1931


Le drame de la rue Brillat-Savarin - 1900


Le drame de la rue de Tolbiac : un mari qui tue sa femme - 1902


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte