entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1897, il y avait un magasin de porcelaine au 196 de l'avenue de Choisy dans laquelle le cheval du fiacre n°7119 entra le 26 mars…


Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un drame boulevard de l’Hôpital - Le Figaro – 5 mars 1897

Un drame boulevard de l’Hôpital

Le Figaro – 5 mars 1897

M. Edmond Laflesselle, employé dans une Compagnie d'assurances, se mariait il y a trois mois avec une jeune fille de dix-huit ans, Juliette Nassot, avec laquelle il entretenait des relations depuis longtemps déjà.

D'un caractère très jaloux, Laflesselle, se croyant trompé, avait averti sa femme qu'il la tuerait si jamais il apprenait… ce qu'il appelait couramment… son malheur.

En fut-il informé? On ne le sait. Toujours est-il que, rencontrant Juliette, hier soir, à neuf heures, en face du n° 119, du boulevard de l'Hôpital, il lui tira deux coups de revolver. Frappée au front, la jeune femme s'affaissa sans proférer un cri. Elle était morte. Le meurtrier se logea ensuite une balle dans la tempe droite. Il est soigné à l'hôpital de la Pitié. Son état est très grave.

Le corps de la défunte a été transporté d'abord a la Morgue, puis, après qu'on eut établi son identité à l'aide des papiers trouvés sur son mari, au domicile de sa mère.


 Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver - 1929

Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver

Le Petit-Parisien  ― 10 janvier 1929

Au cour» d'une querelle de ménage, survenue, hier soir, vers 21 heures, au sixième étage, 137, boulevard de l'Hôpital, Henri Noirot, vingt-huit ans, gazier, a tiré deux coups de revolver sur sa femme, Alice, vingt-neuf ans. Celle-ci  a été atteinte d'une balle dans le dos.

Prévenus par des voisins, des gardiens de la paix ont transporté la blessée à la Pitié où son état n'a pas été jugé grave. Arrêté, le mari meurtrier a déclaré que depuis trois années, ses trois enfants et lui menaient une existence lamentable, sa femme se livrant à la boisson et à la débauche.

Hier soir, comme d'habitude, Noirot, en rentrant de son travail, n'avait pas trouvé le diner  prêt ; ses enfants n'étaient pas encore débarbouillés. Il adressa  à sa femme des reproches, auxquels elle répondit par des injures et des menaces. D'où le drame. Les témoignages des voisins sont favorables au gazier.


 Le Marché aux chevaux

Le Marché aux chevaux

Presque en face de la Salpetrière, à l'angle du boulevard Saint-Marcel et du boulevard de l'Hôpital, est un vaste enclos entouré de grilles, planté d'arbres, percé d'allées déclives, hérissé de palissades divisées en stalles de diverses grandeurs c'est le Marché aux chevaux, le temple du maquignonnage, la station dernière des bêtes fourbues. A l'entrée, on vend à la criée des voitures et des chevaux; sur les pentes dont nous avons parlé, on essaie les bêtes mises en vente à l'amiable.

Arrêtez-vous ici un samedi dans l’après-midi, le spectacle mérite d'être vu. Les bêtes sont exposées, à l'abri du soleil; les maquignons, armés de chambrières, errent devant les stalles ou engagent la conversation avec les acheteurs que leur ont amenés des courtiers, industriels malins, qui sauront toucher deux commissions sur une affaire. L'acheteur se laisse-t-il tenter ? Faut-il essayer le cheval ? Cent gamins en rupture d'atelier, un éperon au pied gauche, une vieille cravache à la main, sont prêts à remplir le rôle de jockey. Portant son cavalier improvisé, le cheval prend le trot, puis le galop, descend une allée, en remonte une autre; les maquignons l'excitent par leurs cris. Chacun d'eux, quand la bête passe à sa portée, lui lance, histoire de rire, un vigoureux coup de chambrière dans les jambes. L'animal fournit une course superbe; l'acquéreur l'emmène et s'aperçoit, deux jours après, qu'il a acheté une bête poussive, morveuse ou couronnée.

C'est que nul commerce plus que celui-là n'emploie de ruses ingénieuses pour tromper sur la qualité de la marchandise toutes les tares qui peuvent frapper un cheval sont, pour le jour du marché, habilement dissimulées. Le dupé, pour la plupart du temps, accepte sa déconvenue, certain d'en faire subir une semblable, huit jours après, à l'ami qui l'a … trompé.

Quant aux chevaux hors d'âge, incapables de tout service, sans poils, sans dents, aux genoux cagneux, aux côtes saillantes, vous les verrez vendre, à l'extrémité du marché, à des prix tellement modiques parfois que nous n'osons les écrire. Qu'il suffise à nos lecteurs de savoir qu'après cette vente dernière, les malheureuses bêtes n'ont à parcourir languissamment qu'une distance d'environ 500 mètres pour gagner l'abattoir de Villejuif, en haut du boulevard, tout près de la place d'Italie. Là, ils seront tués, dépiautés, dépecés, et leurs débris, filets ou biftecks, iront s'étaler triomphants sur les étaux des boucheries hippophagiques.

Si, quittant le Marché aux chevaux, le touriste a eu la curiosité de suivre le triste cortège des rossailles —  nous parlons la langue du lieu — partant pour l'abattoir, il aura, sans s'arrêter, probablement aperçu sur sa droite une modeste construction, pastiche pâle de l'architecture du treizième siècle. C'est la petite église Saint-Marcel, bâtie en 1856; elle ne mérite pas une visite.

Alexis Martin
Les étapes d'un touriste en France : Paris,
promenades dans les 20 arrondissements
1890

Marché aux chevaux
Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une visite à la Manufacture des Gobelins

Nous avons visité les Gobelins à onze heures. C'est le moment le plus propice pour recueillir une impression personnelle. À cette heure matinale, en effet, la foule des touristes n'a pas accès dans la manufacture ; le travail bat son plein dans la cité, et le chantier et l'atelier présentent leur physionomie réelle que n'a pas encore altérée la fatigue d'une demi-journée de labeur. (1900)

Lire

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte