entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Paris comptait 140 cités ou villas en 1865. Parmi celle-ci la cité Doré "formée de murailles en plâtras, en planches, occupée par les chiffonniers les plus pauvres du 13eme arrondissement" selon le guide de M. Joanne.


En aout 1939, l'effondrement provoqué des derniers immeubles de la Cité Jeanne d'Arc servit à tester la résistance des abris souterrains conçus par la défense passive.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Vengeance d'amazone. - 1905

Vengeance d'amazone.

Le Rappel — 8 juin 1905

Une ménagère, Mme Mélanie Compagnier, demeurant 58, rue Clisson, en voulait depuis un temps immémorial à une couturière, Mme Louise Leprince, 21 ans, domiciliée dans la même maison. Hier. matin, vers 2 h., comme la couturière rentrait chez elle, la vindicative femme, qui la guettait dans l'escalier, se précipita sur elle et la frappa de quatre coups de couteau dans la poitrine. La blessée, dont l'état parait des plus graves, a été transportée à Cochin. La coupable à réussi à prendre la fuite.


 Victimes des autos - 1923

Victimes des autos

Le Gaulois —7 octobre 1923

M. Auguste Vandecrane, 27, rue Vandrezanne, traversait l'avenue des Gobelins, la nuit dernière vers deux heures et demie, et voulut passer entre deux voitures, mais il ne remarqua pas que l'une était remorquée par l'autre et non éclairée. Pris dans la, corde qui reliait les deux voitures, il a été grièvement blessé à l'épaule droite.

Hier matin, boulevard de l'Hôpital, en face le 121, un taxi conduit par Joseph Boury, 8, ruse des Portes-Blanches, a été heurté par une voiture attelée d'un cheval et conduite par le nommé Clozeau de Linas (Seine-et-Oise). M. François Daubée, étudiant, vingt-deux ans, qui occupait le taxi a été blessé par des éclats de verre. Il est à la Charité.


 Le verger des Gobelins

Le verger des Gobelins

Le Temps — 19 février 1914

On sait que les tapissiers des Gobelins sont des techniciens hors pair, et non pas seulement des virtuoses, mais des artistes. Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils ont tous leur violon d'Ingres. La semaine durant, sous l'éclairée et cordiale direction de M. Gustave Geffroy, ils travaillent au Salon de Bracquemond, destiné à l'exposition de Lyon au Panorama de Toulouse, de Rachou; à la Belle au bois dormant, de Jean Veber. Mais après avoir rendu hommage à Minerve, qui préside aux ouvrages de haute ou basse lisse, ils invoquent, le dimanche venu, Pomone aux joues vermeilles, déesse des vergers, et s'escriment merveilleusement, qui de la bêche, qui du sécateur, du boyau ou de l'arrosoir.

Maurice Utrillo - Les jardins des Gobelins (1922)

Ils ont vraiment un jardin à cultiver, constitué par un terrain de trois hectares séparé des ateliers par la ruelle de Bièvre, dont le pavé cache le bras de rivière qui alimentait jadis le moulin de Croulebarbe.

Le moulin a disparu, la rivière est canalisée ; les nymphes de la Bièvre habitent dans un tuyau. Mais tout un passé pittoresque et somptueux se révèle ici, avec ces bâtiments des Gobelins d'une harmonie sans égale avec ces jardins où s'étale une sylve inattendue ; avec ce pavillon de M. de Julienne qui, tout à côté de la porte des vergers, tombe en ruine, négligé, abandonné, ignoré, et qui a perdu son plafond de Lebrun ainsi que ses précieuses sculptures.

L'histoire du pavillon de M. de Julienne est certainement liée à celle des jardins des Gobelins.

Quand l'ami de Watteau fit édifier cette « folie », il possédait une grande partie du terrain qui avait constitué longtemps une dépendance de la forêt d'Arcueil. M. de Julienne reconnaîtrait-il sa maison rustique ? C'est douteux. Mais il reconnaîtrait quelques-uns des arbres de l'immense verger, qu'une allée centrale divise jusqu'à la rue Corvisart. De chaque côté, de légères palissades, épaissies et fortifiées par des plantes grimpantes, limitent les parcelles dévolues aux tapissiers et aux employés de la manufacture. Il est aisé de voir qu'on fait ici du bon jardinage. Le sol, déjà, est presque partout bêché et ameubli; dans les enclos on coupe, on taille, on élague une odeur de sève se répand comme dans les forêts où les bûcherons se dépêchent d'abattre les branches avant le reverdis, et les corbeilles de fleurs sont toutes préparées pour l'éclosion prochaine.

Les arbres fruitiers abondent. On me dit que les meilleures prunes reine-claude sont récoltées dans les jardins des Gobelins. Le fait est qu'il est impossible de voir des pruniers plus puissants, mieux poussés d'un jet vigoureux, si ce n'est à Fontenay-aux-Roses. Poiriers, cognassiers, néfliers, cerisiers, plantés là depuis bien des années, ont cet air de prospérité que les arbres fruitiers prennent dans les sols fertiles.

Chaque jardinier cultive comme il l'entend son lopin, qu'on appelle aux Gobelins une « colonie ». Tel colon possède toute une basse-cour ; tel autre préfère la culture maraîchère à l'élevage des volailles celui-ci se spécialise dans la production des fruits. Dans cette portion, vont prédominer les petits pois, les haricots ou les asperges; dans telle autre, salades et choux offrent déjà une récolte appréciable. Voici une cabane agreste, toute recouverte de lierre elle a été construite par un ancien aumônier des Gobelins qui, les jours d'été, devait jouir avec délices de l'ombre bienfaisante et du silence absolu, pour relire en cachette les vers d'Horace ou de Virgile. Là, une tonnelle est édifiée avec des rosiers de deux mètres de haut, qui bientôt vont se couvrir de fleurs magnifiques. Plus loin, un platane énorme, peut-être contemporain de Napoléon Ier, dresse ses branches mutilées, pendant qu'un merle, après avoir lancé sa note veloutée, court se percher sur un épouvantail bourré de filasse, et dont il n'a plus peur, car il le connaît trop.

Là-bas, à l'extrémité des jardins, il y a une petite maison à deux otages, propre, gaie, ensoleillée. Un employé des Gobelins l'a, comme il dit, « arrangée ». Ce n'a pas été sans peine. Quand il décida de s’y installer, en 1892, il y trouva — au premier étage — une centaine-de lapins qui coulaient là des jours tranquilles et venaient se mettre aux fenêtres, en curieux, pour lorgner, avec cette impertinence placide propre aux léporidés, les promeneurs égarés dans leur jardin transformé en forêt vierge. -Par suite de quelles aventures cette maison était-elle devenue un clapier ? On ne sait. C'est un mystère de la faune parisienne, plus féconde en surprises que celle des jungles.

Les « colonies » des Gobelins sont faciles à coloniser. Nous avons dit que le sol y est d'une fertilité exceptionnelle. Nul besoin de fumure tout y pousse comme dans les plaines neuves de l'Argentine. C'est terre de remblai pourtant, apportée du cimetière des Innocents. Mais l'air, la lumière, le vent, la pluie, les années et le labeur humain ont fait de ces trois hectares une oasis, salubre de verdure et de calme. Un quartier populeux se développe tout autour des Gobelins, et ce sont les jardins de Colbert et de M. de Julienne qui assainissent les masures environnantes. Là-bas, au midi, c'étaient hier encore des terrains vagues, où Corvisart et le baron Larrey avaient fait construire. Maintenant les maisons de rapport y surgissent, nombreuses et pressées, captant déjà le soleil et l'oxygène. Et du côté est, en bordure des jardins, c'est la rue Croulebarbe, le quartier où Victor Hugo, dans les Misérables, a situé le logis sordide des Thénardier.

Il n'est point mauvais que des maisons neuves s'élèvent à la place des masures de misère. Mais il faudrait avoir plus de respect que nous n'on avons pour les belles choses du passé. Il est regrettable que le pavillon de M. de Julienne n'ait pas été acheté par l'État, ainsi que le proposait, il y a trop longtemps, un propriétaire bénévole. Et l'on peut éprouver également quelque surprise à la pensée que les Gobelins ne sont pas encore classés comme monument historique. Il faut procéder, sans tarder davantage, à une formalité qui s'impose, et sauver de la pioche aveugle de rares échantillons d'architecture, avec ces jardins créés dès le grand siècle, où tant d'artistes se sont perfectionnés dans un art difficile parce qu'ils avaient tout près de leurs ateliers les modèles fournis par la nature le vrai vert des feuilles, le vrai rouge des pivoines éclatantes, le vrai rose des roses, et que, pour devenir un bon tapissier, un pur interprète des chefs-d'œuvre, il faut étudier les nuances subtiles des fleurs de son jardin.

PAUL ZAHORI.

A lire également

Les jardins des Gobelins menacés ? (1933)

L'osasis et le Cloaque - Lucien Descaves (1934)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte