entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV. La rue Daviel porte son nom depuis 1894.


Le 23 juillet 1892, un ouvrier tourneur en bronze, nommé Dubru, se suicidait en se jetant dans la Bièvre, boulevard d’Italie. Son corps fut transporté à la Morgue.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le gaz - 1927

Le gaz

Paris- Soir — 24 janvier 1927

Les locataires de l'hôtel Alary, 62, rue du Gaz, entendant des  gémissements qui provenaient d'une des chambres, avertirent la propriétaire. Celle-ci informa aussitôt M. Fauvel, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche.

La porte de la pièce enfoncée, le magistrat aperçut, râlant sur le parquet, les deux occupants : Mme Sarah Doline, âgée de 37 ans, sujette russe, exerçant la profession de sage-femme, et son fils, Théodore, âgé de 9 ans.

Les malades furent aussitôt transportés à l'hôpital de la Pitié.

S'agit-il d'une intoxication par absorption d'aliments avariés ou par toute autre cause ? On l'ignore pour l'instant : l'enquête de M. Fauvel fera sans, doute la lumière sur ce point.


 A nous le coffre-fort.- 27 mars 1897

A nous le coffre-fort.

Le Matin – 27 mars 1897

Un brocanteur de la rue Nationale, M. Monteil, s'était rendu au théâtre jeudi soir.

Quand il rentra chez lui, vers minuit et demi, il fut surpris de trouver sur la table de la salle à manger une lampe allumée. Bientôt, il constata que des cambrioleurs avaient pénétré dans sa boutique pendant son absence. Les malfaiteurs s'étaient introduits, dans la maison, qui n'a pas de concierge, en escaladant une fenêtre du premier étage. De là, ils avaient pénétré dans l’arrière boutique où, se trouve, scellé dans le mur le coffre-fort du brocanteur. Les voleurs n'ayant pu le forcer, l'avaient défoncé à l'aide d'une énorme barre de fer qui a été retrouvée sur les lieux. Au préalable, ils avaient essayés de le desceller en démolissant une partie du mur.

Le vol commis par les malfaiteurs s'élève à 7,500 francs environ, tant en espèces qu'en valeurs au porteur.

Le service de Sûreté a été chargé de rechercher les auteurs de ce vol audacieux.


 La Butte aux Cailles se modernise - 1924

LES VIEUX QUARTIERS DE PARIS

La Butte aux Cailles se modernise

Une piscine moderne

Paris-Soir ― 31 mars 1924

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis.

L'entrée principale est sur la place Paul-Verlaine. La place Paul-Verlaine coupe la rue Bobillot, qui appartient au treizième arrondissement, aux alentours de la place d'Italie.

Au vrai, c'est au-dessus des Gobelins, un quartier assez peu connu sous le nom de La Maison-Blanche, qui, avec La Butte aux Cailles dominait la vallée de la Bièvre à son entrée dans Paris et avait vue sur les étangs de La Glacière.

La Bièvre

La petite rivière, chantée par Hugo Delvau, décrite par Parent-Duchâtelet et dont tant de peintres et de dessinateurs ont croqué les aspects, n'existe plus que de souvenir. C'est en vain que l'on voudrait retrouver, depuis son vallon orignal, les moulins qu'elle faisait tourner : où sont le moulin à papier de la fabrique Boisson à La Meulière ; et ceux de Jouy activés par le génie d'Oberkampf ; et sa concurrence des toiles peintes de Bièvre fondée par Dolp ? Plus de moulins à farines à Berny et à Cachan; celui de l'Hay s'effondre lamentablement, au bord de la route de Fresnes. Il n'en existe plus à  Arcueil. Où est le moulin de la blanchisserie des hôpitaux, dans l'enclos de la Salpêtrière ? Et quant à celui du Moulin des Prés, son nom est encore donné à une rue qui va disparaître.

La rue du Moulin-des-Prés

Sur la gauche de la place Paul-Verlaine, une sorte de chemin rustique descend entre des murs anciens. A droite, un bel hôtel particulier avec une large cour ; les toits dominants sont en terrasse à l'italienne. Le côté inverse est constitué par des murs de soutènement épaulant des jardins paraissant dégringoler. On arrive à une sorte d'esplanade formée de remblais sur lesquels pousse une herbe lépreuse, vert-de-grisée. Ce terre-plein encage un vieux petit pavillon encore habité, et s'en va tomber à pic sur le caniveau de l'ancien passage Vandrezanne.

Aussitôt, devant ces murailles basses, percées de petites fenêtres, mais dont on cherche en vain l'entrée qui est sur une autre voie, isolée du passage par une lourde porte charretière verrouillée et barrée, on a un souvenir lancinant de quelque chapitre de Huysmans. Le disciple de Zola a dû suivre par là quelque brocheuse ou relieuse de l'atelier de ses parents, rue de Sèvres. C'est avec lui que l'on suit les lignes cahotantes des allées de terre menant à des bicoques exceptionnelles, avec balcons en bois vermoulus et disjoints, à des cassines de torchis et de plâtras, séparées par des murs à hauteur d'appui! où s'alignent les pots de balsamines et de tulipes. Sous un toit goudronné, un coq chante éperdument, en ramassant ses-poules de la pointe de l'aile... Un coq ! nous ne sommes pas à Paris ! La Préfecture de police ferait fermer le poulailler.

Le puits artésien

Du côté de la rue de Tolbiac, ce passage est sans issue. On dévale, la pente de la  rue du Moulin-des-Prés, puis on la remonte jusqu'à la rue Bobillot. Sur la place, quelques marches de nivellement et dans le sol même la plaque indiquant où se trouve le puits artésien, dont la pyramide de bois a disparu.

Pendant un temps, la municipalité de Paris crut qu'elle trouverait dans sort sous-sol, l'eau indispensable à ses besoins permanents. A la suite d'Arago, des savants et des ingénieurs prouvèrent la valeur de l'indication, Il y eut le puits de Grenelle, foré en 1833 où se trouve actuellement le monument de Pasteur, place de Breteuil. Puis, en 1855, celui de Passy, bouillonnant dans le square Lamartine, avant que d'alimenter les lacs du Bois de Boulogne, d'où sa vapeur alcaline surgit opaque en hiver. Enfin, en 1863, d'après le même programme, on descendit les mèches à la Chapelle et à la Butte aux Cailles. La profondeur à atteindre touchait à 600 mètres pour rencontrer la nappe, la même que celle de Grenelle et de Passy.

En novembre 1872, au moment où la sonde atteignait 532 m. 75, dans le tréfonds de la Butte aux Cailles, des difficultés de règlement surgirent entre l'entreprise puisatière et l'Administration. L'opération resta, en suspens pendant vingt ans.

On la reprit en 1893, puis il y eut des accalmies de travaux en 1901 ; enfin  le 19 octobre 1903, le chantier fut remis en activité jusqu'au 17 mars 1904, où. l'on atteignit la cote de 580 m. 40 et où le jaillissement se produisit d'une manière ininterrompue.

L'inauguration solennelle eut lieu le 7 août 1904.

Il en avait coûté un million. La piscine blanche coûtera 4 millions et demi.

C'est après vingt ans que l'installation hydraulique et son usage hygiénique pour les douches et les bains en eau courante, auront trouvé leur formule définitive.

Mais peu après, la Butte aux Cailles aura disparu.

Léon Maillard.

A lire également

Le puits artésien de la Butte aux Cailles (1868)

La Butte aux Cailles (1877)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts - 1912

Mettant à profit les loisirs d'un dimanche ensoleillé, près de vingt mille Parisiens ont défilé hier, sous la poterne des Peupliers, pour se rendre compte des dégâts causés par l'accident de samedi soir.

Lire

Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres - Le Journal 28 janvier 1912

La poterne des Peupliers, située à l'extrémité de la rue des Peupliers, entre les portes de Gentilly et de Bicêtre, fait partie d'un groupe d'ouvrages militaires se rattachait au système des fortifications de Paris reconstruit en 1889 pour assurer la défense de la vallée de la Bièvre.

Lire

Une chasse à l'ours en plein Paris - 1906

Une chasse à l'ours dans Paris ! Voilà qui sort de la banalité. Ce fait, rare, mais authentique, s'est produit la nuit dernière, avenue des Gobelins.

Lire

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire


L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire


Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire


La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire


Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire


Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire


Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire


L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire


La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

Lire


Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire


La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire


Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire


La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte