entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.


C'est le 9 juin 1936 que fut inauguré le dernier tronçon de la rue Jeanne d'Arc entre le boulevard de l'Hôpital et le boulevard de la Gare. L'ouverture de ce tronçon avait été décidée en 1910.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Malheureuse mère - 1899

Malheureuse mère

Le Gaulois ― 12 mars 1899

Des agents ont trouvé hier matin, évanouie sur  un banc, boulevard Arago, une femme âgée d'une trentaine d'années, assez pauvrement vêtue et qui tenait dans ses bras une petite fille âgée d'un an.

La pauvre femme, qui mourait de faim, ainsi que son enfant, fut transportée à  l'hôpital Cochin.

Elle a déclaré qu'elle avait perdu il y a deux mois son mari et que depuis lors elle était plongée avec sa petite fille dans la plus affreuse misère. Il y a deux jours, elle avait quitté la ville qu'elle habitait et était venue à pied à Paris.


 Une singulière victime

Une singulière victime.

Le Matin ― 25 août 1885

Dans la soirée d'hier, des gardiens de la paix attirés par des cris, trouvèrent, l'angle du boulevard Arago et de la rue de la Glacière, un individu terrassé qu'ils relevèrent et qui déclara avoir été assailli et dévalisé par trois rôdeurs, dont un lui avait porté un coup de couteau dans l'aine gauche.

Les agents requirent une voiture et, après avoir mené cet homme au bureau de M. Perruche, commissaire de police, qui reçut sa déclaration, le transportèrent à la pharmacie Rives.

Puis, sur les conseils du pharmacien, qui trouva la blessure trop grave, ils le conduisirent en voiture à l'hôpital de la Charité, où l'interne de service l'admit d'urgence et lui fit un premier-pansement. Quelques heures plus tard, on s'apercevait que cet homme, qui avait déclaré se nommer Ernest Vigne, âgé de dix-neuf ans, s'était évadé de la salle où il avait été transféré,, et que, pour des raisons particulières il avait cru- devoir prendre la  clef des champs.


 La Butte aux Cailles se modernise - 1924

LES VIEUX QUARTIERS DE PARIS

La Butte aux Cailles se modernise

Une piscine moderne

Paris-Soir ― 31 mars 1924

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis.

L'entrée principale est sur la place Paul-Verlaine. La place Paul-Verlaine coupe la rue Bobillot, qui appartient au treizième arrondissement, aux alentours de la place d'Italie.

Au vrai, c'est au-dessus des Gobelins, un quartier assez peu connu sous le nom de La Maison-Blanche, qui, avec La Butte aux Cailles dominait la vallée de la Bièvre à son entrée dans Paris et avait vue sur les étangs de La Glacière.

La Bièvre

La petite rivière, chantée par Hugo Delvau, décrite par Parent-Duchâtelet et dont tant de peintres et de dessinateurs ont croqué les aspects, n'existe plus que de souvenir. C'est en vain que l'on voudrait retrouver, depuis son vallon orignal, les moulins qu'elle faisait tourner : où sont le moulin à papier de la fabrique Boisson à La Meulière ; et ceux de Jouy activés par le génie d'Oberkampf ; et sa concurrence des toiles peintes de Bièvre fondée par Dolp ? Plus de moulins à farines à Berny et à Cachan; celui de l'Hay s'effondre lamentablement, au bord de la route de Fresnes. Il n'en existe plus à  Arcueil. Où est le moulin de la blanchisserie des hôpitaux, dans l'enclos de la Salpêtrière ? Et quant à celui du Moulin des Prés, son nom est encore donné à une rue qui va disparaître.

La rue du Moulin-des-Prés

Sur la gauche de la place Paul-Verlaine, une sorte de chemin rustique descend entre des murs anciens. A droite, un bel hôtel particulier avec une large cour ; les toits dominants sont en terrasse à l'italienne. Le côté inverse est constitué par des murs de soutènement épaulant des jardins paraissant dégringoler. On arrive à une sorte d'esplanade formée de remblais sur lesquels pousse une herbe lépreuse, vert-de-grisée. Ce terre-plein encage un vieux petit pavillon encore habité, et s'en va tomber à pic sur le caniveau de l'ancien passage Vandrezanne.

Aussitôt, devant ces murailles basses, percées de petites fenêtres, mais dont on cherche en vain l'entrée qui est sur une autre voie, isolée du passage par une lourde porte charretière verrouillée et barrée, on a un souvenir lancinant de quelque chapitre de Huysmans. Le disciple de Zola a dû suivre par là quelque brocheuse ou relieuse de l'atelier de ses parents, rue de Sèvres. C'est avec lui que l'on suit les lignes cahotantes des allées de terre menant à des bicoques exceptionnelles, avec balcons en bois vermoulus et disjoints, à des cassines de torchis et de plâtras, séparées par des murs à hauteur d'appui! où s'alignent les pots de balsamines et de tulipes. Sous un toit goudronné, un coq chante éperdument, en ramassant ses-poules de la pointe de l'aile... Un coq ! nous ne sommes pas à Paris ! La Préfecture de police ferait fermer le poulailler.

Le puits artésien

Du côté de la rue de Tolbiac, ce passage est sans issue. On dévale, la pente de la  rue du Moulin-des-Prés, puis on la remonte jusqu'à la rue Bobillot. Sur la place, quelques marches de nivellement et dans le sol même la plaque indiquant où se trouve le puits artésien, dont la pyramide de bois a disparu.

Pendant un temps, la municipalité de Paris crut qu'elle trouverait dans sort sous-sol, l'eau indispensable à ses besoins permanents. A la suite d'Arago, des savants et des ingénieurs prouvèrent la valeur de l'indication, Il y eut le puits de Grenelle, foré en 1833 où se trouve actuellement le monument de Pasteur, place de Breteuil. Puis, en 1855, celui de Passy, bouillonnant dans le square Lamartine, avant que d'alimenter les lacs du Bois de Boulogne, d'où sa vapeur alcaline surgit opaque en hiver. Enfin, en 1863, d'après le même programme, on descendit les mèches à la Chapelle et à la Butte aux Cailles. La profondeur à atteindre touchait à 600 mètres pour rencontrer la nappe, la même que celle de Grenelle et de Passy.

En novembre 1872, au moment où la sonde atteignait 532 m. 75, dans le tréfonds de la Butte aux Cailles, des difficultés de règlement surgirent entre l'entreprise puisatière et l'Administration. L'opération resta, en suspens pendant vingt ans.

On la reprit en 1893, puis il y eut des accalmies de travaux en 1901 ; enfin  le 19 octobre 1903, le chantier fut remis en activité jusqu'au 17 mars 1904, où. l'on atteignit la cote de 580 m. 40 et où le jaillissement se produisit d'une manière ininterrompue.

L'inauguration solennelle eut lieu le 7 août 1904.

Il en avait coûté un million. La piscine blanche coûtera 4 millions et demi.

C'est après vingt ans que l'installation hydraulique et son usage hygiénique pour les douches et les bains en eau courante, auront trouvé leur formule définitive.

Mais peu après, la Butte aux Cailles aura disparu.

Léon Maillard.

A lire également

Le puits artésien de la Butte aux Cailles (1868)

La Butte aux Cailles (1877)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un meurtre boulevard de la Gare - 1897

Une rivalité existait, depuis plusieurs mois, entre deux individus peu recommandables, François Palisse, âgé de dix-neuf ans, et Louis Champaumier, de deux années plus jeune.

Lire

Le crime de l'avenue d'Italie - 1897

A neuf heures du soir, à deux pas de l'avenue d'Italie, assez animée à pareille heure, trois bandits ont attaqué et dépouillé un passant qui a succombé aux blessures qu'ils lui avaient faites.

Lire

Attaqué par un lion - 1897

Le dompteur Letort, attaché à la ménagerie de M. Adrien Pezon, vient d'être victime d'un accident qui, heureusement pour lui n'aura pas de suites graves.

Lire

Le crime de la rue des Cordelières - 1879

La rue des Cordelières se trouve dans le treizième arrondissement, près du boulevard Arago, dans un quartier qui, la nuit, est peu éclairé, insuffisamment surveillé, et où les habitations sont assez clairsemées, entre de grands établissements de tannerie et de peausserie.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire


Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire


La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire


Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire


L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire


Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire


A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire


Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire


La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire


L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire


Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire


La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire


Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte