entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Ernest Rousselle (1836-1896) et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.


Le 21 juillet 1874, il faisait 35° dans le Treizième arrondissement. Des feux de broussailles se déclarèrent rue du Château des Rentiers et avenue d'Ivry, obligeant les habitants du quartier à intervenir à grands renforts de seaux d'eau.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Vol de poires au jardins des Gobelins - 1873

Vol de poires au jardins des Gobelins

Le Journal des débats politiques et littéraires — 5 septembre 1873

La manufacture nationale des Gobelins a pour annexe un immense jardin avec potager et verger où les fruits sont cultivés cum arte d'après les bonnes traditions et selon la méthode de La Quintinie. Il y a là des pêches qui rivalisent avec celles des fameux espaliers de Montreuil et des poires qui, pour la grosseur et le fondant, n'ont rien de comparable.

L'avant-dernière nuit, des malfaiteurs ont pénétré l'aide d'escalade et d'effraction, dans le verger et l'ont dévalisé. Ils ont emporté notamment 500 poires magnifiques en pleine maturité.

Ces déprédateurs ont causé encore, plus de dommage par ce qu'ils ont brisé et détruit que par ce qu'ils ont emporté.

Le commissaire de police du quartier Croulebarbe a immédiatement commencé une enquête, et les indices recueillis permettent d'espérer que les coupables ne tarderont pas à tomber entre les mains de la justice.


 Un exercice de défense passive cité jeanne d'arc - 1939

Un exercice de défense passive cité Jeanne-d 'Arc

Le Figaro ― 19 aout 1939

D'accord avec l'autorité militaire, les services de la-défense passive de la préfecture de police se sont livrés, hier matin, à des expériences qui avaient pour but de s'assurer de la résistance de certains abris. Les étais qui soutenaient l'un des vieux immeubles de la cité Jeanne-d'Arc restant encore sur place ont été enlevés en un clin d'œil et tous les matériaux le composant sont tombés pêle-mêle, avec le bruit qu'on devine, sur les abris souterrains construits à cet endroit. Ce n'est que lundi,  après le déblaiement de ces matériaux, que l'on pourra juger de l'efficacité des travaux de sécurité entrepris par la défense passive.


 Le dispensaire Emile-Loubet - 1905

Le dispensaire Emile-Loubet

Une Œuvre mutualiste. — Le Sanatorium de la rue du Château-des-Rentiers. —Inauguration officielle. — Réception à la Mairie du treizième Arrondissement. — Discours et Récompenses.

Le Petit-Parisien — 5 octobre 1905

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom.

Le dispense Emile-Loubet

L'Œuvre et son Origine

En vérité, l'emplacement pour la fondation d'un dispensaire antituberculeux ne pouvait être mieux choisi que dans cette rue du Château-des-Rentiers, centre d'un arrondissement où tant de malades ne pouvaient espérer de guérison, faute de soins, où tant d'enfants dépérissent chaque jour, sous les yeux de leurs parents, impuissants à leur faire suivre le traitement qui peut leur sauver la vie. Encore quelques jours, indispensables pour l'achèvement des installations, et le sanatorium Émile-Loubet leur ouvrira ses portes. Les petits malades trouveront tout le confort moderne et les médecins appelés à les soigner auront à leur disposition un outillage scientifique dont la perfection ne laissa rien à désirer. Le traitement, est-il besoin de le dire, sera absolument gratuit.

Les médecins attachés à l'établissement se préoccuperont même de savoir si, une fois rentrés chez eux, les enfants se trouvent dans des conditions d'hygiène nécessaires pour que les soins ne soient pas annihilés par des causes secondaires.

Ce dispensaire est l'une des quinze « filiales » de l'Œuvre de la tuberculose humaine, fondée par le docteur Samuel Bernheim. Par sa création même, sa construction et son fonctionnement, il revêt un caractère spécial.

Élevé à une dizaine de mètres en retrait de la rue, ce beau bâtiment est dû à une souscription populaire et individuelle de dix centimes envoyés par 140,000 mutualistes qui, au cours d'une assemblée générale de l'Union nationale des présidents de sociétés de secours mutuels, ont remis l'ensemble de ces dons au Président de la République pour l'employer à l'œuvre humanitaire qu'il jugerait la plus intéressante.

M. Loubet décida de consacrer la somme qui lui avait été confiée à. la fondation d'un dispensaire antituberculeux et manifesta le désir d'y attacher son nom.

Avec un aussi haut protecteur, les affaires marchèrent rondement. La Ville de Paris concéda gracieusement à l'œuvre un vaste terrain qui, sans compter l'emplacement de la construction, ne mesure pas moins de 1.750 mètres, et les ministres de l'Intérieur et de l'Agriculture donnèrent une somme de 100.000 francs sur les fonds du pari mutuel. Cependant, l'argent recueilli n'était pas suffisant. Heureusement, des personnes généreuses, tels que MM. Expert-Bezançon, Cailet, Grammont, Paucher, Lafontaine, Nomblot-Bruneau, Vilmorin-Andrieux, etc., voulurent bien participer à cette entreprise philanthropique, qui put alors être menée à bonne fin.

Visite des Locaux

Le dispensaire des mutualistes, dont les travaux de construction fuient conduits par M. Émile Collin, président de l'Union médicale et pharmaceutique des sociétés de secours mutuels de prévoyance et de retraites du département de la Seine et vice-président de l'Œuvre de la tuberculose humaine, comprend cinq parties :

C'est d'abord un vaste sous-sol très clair et bien aéré, où on trouve une salle de désinfection, un grand laboratoire, une salle d'hydrothérapie et de balnéothérapie, une buanderie, un séchoir et un service de chauffage à basse pression.

C'est ensuite un rez-de-chaussée comprenant, en plus des logements des gardiens et du directeur-comptable, une salle d'attente, trois cabinets de consultation, un pour les hommes, un pour les femmes et un pour les enfants; une salle d'électricité et de radiographie munie des appareils les plus perfectionnés qui soient une salle de pharmacie et une chambre réservée à un interne de garde.

Au premier et unique étage ont été installés: un réfectoire pouvant contenir soixante personnes, la cuisine et l'office, des chambres à coucher pour douze malades, une salle d'opérations, une infirmerie, une salle de bain et la salle du conseil. Partout règnent l'air et la lumière, rendue plus éclatante par la réverbération des murs badigeonnés entièrement à la peinture brillante.

Des crachoirs hydrauliques ont été disposés de tous côtés à profusion. Ils sont fixés dans les encoignures, à environ un mètre cinquante du sol. Il suffit de lever le couvercle qui en ferme l'orifice pour que l'eau jaillisse aussitôt et empêche les déjections de séjourner sur les parois.

Des crachoirs hydrauliques ont été disposés de tous côtés à profusion. Ils sont fixés dans les encoignures, à environ un mètre cinquante du sol. Il suffit de lever le couvercle qui en ferme l'orifice pour que l'eau jaillisse aussitôt et empêche les déjections de séjourner sur les parois. C'est le système du tout à l'égout appliqué aux crachoirs. Cette innovation, aussi pratique qu'ingénieuse, méritait d'être signalée.

Ce n'est pas la seule. Il en existe une autre qui est également du plus haut intérêt en sortant par le fond du dispensaire, le visiteur est agréablement surpris de trouver un beau jardin que M. Schohn a tracé avec beaucoup de goût et où les convalescents pourront se promener. Enfin, — et c'est là une ingénieuse disposition — l'extrémité de ce jardin se trouve ce que M. Bernheim appelle « une galerie de cure de repos » à trois étages, où 60 malades environ auront la facilite d'aller s'asseoir et où l'interne de service se rendra pour les observer. Exposée au midi, cette galerie recevra directement les rayons solaires qui viendront réchauffer les tuberculeux.

La "galerie de cure de repos"

On trouve dans ce dispensaire modèle tons les éléments d'une bonne éducation sanitaire, d'une thérapeutique scientifique et d'une fraternelle assistance.

L'Inauguration

Devant l'établissement, décoré de trophées de drapeaux et de plantes vertes, les habitants du quartier, venus en grand nombre, formaient une triple haie. C'est au milieu des acclamations les plus sympathiques, qu'est arrivé, à trois heures et demie, le Président de la République, accompagné de MM. le général Dubois, chef de la maison militaire du lieutenant-colonel Fraysse et de M. Henry Poulet.

M. Loubet a été salué, à sa descente de voiture, par MM. Etienne, ministre de l’Intérieur ; Clémentel, ministre des Colonies ; Berteaux, ministre de la Guerre ; Ruau, ministre de l'Agriculture ; Paul Brousse, président du conseil municipal ; Charles Prevet, sénateur, président de l'Union nationale des présidents des sociétés de secours mutuels Expert-Besançon, sénateur, maire du treizième arrondissement ; Lépine, préfet de police ; Autrand, secrétaire  général de la préfecture de la Seine Mesureur, directeur de l'Assistance publique ; le docteur Samuel Bernheim, président de l’Œuvre de la tuberculose humaine ; Émile Collin, président du dispensaire des mutualistes ; Besnard, secrétaire de l'Union nationale des présidents des sociétés de secours mutuels, et Touny, directeur de la police municipale./p>

M. Charles Prevet a conduit le Président de la République à l'entrée du jardin, lui a souhaité la bienvenue et lui a exprimé tous ses remerciements pour avoir bien voulu rehausser, par sa présence, l'éclat de cette cérémonie.

M. Paul Brousse s'est ensuite exprimé en ces termes :

La Ville de Paris, au nom de laquelle j'ai le grand honneur de vous saluer ici, a contribué à la création de ce dispensaire en octroyant le terrain sur lequel il est construit.

Avec l'autorité que vous tenez, Monsieur le Président, de votre grand caractère et de votre charge, vous avez indiqué au congrès qui tient ses assises au grand Palais, la part passionnée que vous avez prise à la lutte contre la tuberculose. Ce dispensaire est une œuvre utile que la Ville de Paris entend encourager, heureuse, une fois encore de vous suivre dans la voie humanitaire où l'on est toujours assuré de vous rencontrer.

M. Loubet, avec sa bonhomie familière, a dit combien il était heureux d'assister à l’inauguration de ce dispensaire issu de l'initiative privée./p>

J'espère, a-t-il ajouté, que l'exemple que vous venez de donner sera suivi, et que nous verrons, dans l'avenir, s'élever dans Paris ou aux environs, des établissements semblables à celui-ci, car c'est notre devoir, à nous autres mutualistes, de soulager ceux qui n'ont pas le moyen de se soulager eux-mêmes.

Après avoir constaté que la mortalité tuberculeuse avait diminué en Angleterre et en Allemagne, M. Loubet s'est plu à annoncer qu'en France nous n'étions pas restés en arrière et que chaque année les décès étaient moins nombreux.

En terminant, il a remercié tous ceux qui avaient contribué à la création de cette œuvre de bien et leur a adressé ses félicitations.

M. Charles Prevet a présenté au Président de la République les membres du bureau, les membres du conseil d'administration, les dames patronnesses de l'Œuvre et les médecins qui assureront le service du dispensaire, après quoi la visite des locaux a commencé aussitôt.

À la Mairie du 13° Arrondissement

Répondant à l'invitation que lui avait adressée M. Expert-Bezançon au nom de ses administrés, le Président de la République s'est rendu, en quittant le dispensaire, à la mairie du treizième arrondissement, où, après avoir répondu au discours que lui a adressé le maire, il a remis les distinctions suivantes :

Officiers d'académie. — Mme Blanche Baudrier, directrice d'école ; M. le docteur Maurice Biard, médecins inspecteur des écoles ; Mme veuve Amélie Carissan, directrice d'école ; M. Henri Lefèvre, bibliothécaire de la mairie du treizième arrondissement ; MM. Alphonse Phelizon, délégué cantonal et Mathis Schulz, directeur d'école.

Chevaliers du Mérite agricole. — MM. Moch, planteur de houblon Goupillon, président, du dispensaire de Saint-Denis ; Rasaart, administrateur du dispensaire du troisième arrondissement.

À cinq heures et demie, M. Loubet, respectueusement salué par les uns, chaudement acclamé par les autres, a quitté le treizième arrondissement et a regagné directement l'Élysée.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914

Hier matin, M. Boudeau, commissaire de sûreté du 4e district, ainsi que M. Fauvel, secrétaire du commissariat de la Gare, avaient acquis la certitude que Gauzy avait été blessé à l'intérieur du café des Trois Marches vertes et que le chiffonnier Georges Colson avait dit vrai

Lire

Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914

Les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat.

Lire

Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935

Par la même occasion, les inspecteurs ont arrêté Emmanuel-Léon Odoux, l'ivrogne qui dimanche avait blessé sa voisine de deux coups de couteau.

Lire

Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938

Hier matin, Mme Hugon, qui possède, rue du Chevaleret, un « Café-restaurant-blanchissage », entre dans le terrain vague attenant à sa maison.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire


La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire


Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire


54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire


Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire


Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire


La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire


Le bal des Quat'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire


Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire


Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

Lire


La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire


Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire


La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire


La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte