Dans la presse...



L'Œuvre des pauvres malades dans les faubourgs

La Presse — 31 mars 1874

De toutes les œuvres de bienfaisance qui font, à cette époque de l'année, appel au concours de la charité publique, il en est peu d'aussi méritantes, il n'en est pas qui soit plus digne d'attirer l'attention, que celle en faveur de laquelle Mgr Perraud, évêque nommé d'Autun, doit prêcher demain, mardi, à quatre heures de l'après-midi, en l'église Saint-Philippe du Roule.

L'Œuvre des pauvres malades dans les faubourgs commençait, en décembre 1873, par la visite de douze malades à Belleville. Depuis lors, elle s'est graduellement étendue aux quartiers de la Butte-aux-Cailles, de la Tombe-Issoire, de la Glacière, de Montmartre, de Clignancourt et, en dernier lieu, de Plaisance.

Cette simple énumération qui donne les parties les plus déshéritées de Paris pour champ de bataille aux courageuses missionnaires de cette œuvre de dévouement, est d'une éloquence qui dispense de tout commentaire. S'il en fallait un, cependant, nous le trouverions à chaque page dans les rapports mensuels de l'Association. Il nous suffira d'en détacher les lignes suivantes :

On ignore trop, dans certaines classes de la société les abîmes de misère qui entourent le luxe de Paris comme une ceinture et il faut que nous signalions, parmi les faubourgs de l'ancienne banlieue, la Maison-Blanche (Glacière et Butte-aux-Cailles), où le désordre matériel et moral dépasse tout ce que l'imagination peut rêver de plus hideux. Lorsqu'on n'a pas vu les passages de ce quartier, entr'autres le Passage des Anges, on ne peut s'en faire une idée.

L'agglomération des familles dans ces allées longues et étroites, divisées en cases, qui ressemblent assez à des toits à porcs, la saleté, l'odeur infecte des chiffons, les physionomies étranges des habitants, donnent à ce coin de la capitale un aspect inouï, et on se représente facilement ces malheureux, descendant, un jour d'émeute, comme des hordes barbares, avec la haine et la convoitise dans le cœur. Comment s'en étonner, quand on voit les conditions de leur vie, quand on sait que les notions les plus élémentaires de morale et de religion leur manquent, et que chez la plupart d'entre eux il n'y a rien de développé sinon les appétits matériels ?

Voilà le milieu ou n'ont pas craint de pénétrer des femmes du monde, riches, belles, élégantes, habituées à tous les ménagements de la vie de salon, pour apporter un peu de soulagement a ces foules déshéritées de tous les biens. »

1,300 malades assistés, 5,000 personnes secourues, 10,000 visites faites, 28,000 fr. dépensés, — voilà le bilan de la première année de l'Œuvre des pauvres malades dans les faubourgs.

La quête de demain a pour but d'en élargir le cercle.

Toute autre recommandation est superflue.


A lire également

Les quartiers pauvres (1869)

Saviez-vous que ...

L'orage remarquable par sa longue durée plus encore que par sa violence, qui éclata le lundi 23 juillet 1906 au soir sur Paris, causa beaucoup de dégâts. Dans le treizième arrondissement, la Bièvre, très grossie, sortit de son lit et inonda le passage Moret, dont les maisons ont dû durent être évacuées. Rue de la Glacière, 25, les ateliers de MM. Dufresne et Rommutel furent envahis par les eaux.

L'image du jour

Abattoirs de Villejuif, boulevard de l'Hôpital

Vu dans la presse...

1927

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

1913

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

1913

La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire

1907

La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire

1910

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire

1869

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

1925

La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire

1882

La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire

1906

On reconstruit l'Hôpital de la Pitié

M. Justin Rochet, l'architecte chargé des travaux, nous explique dans quelles conditions sera construit le nouvel établissement... (1906)

Lire

1913

M. Poincaré inaugure le nouvel hôpital de la Pitié

M. Poincaré a présidé ce matin l'inauguration du nouvel hôpital de la Pitié. (1913)

Lire

1914

L'achèvement de la rue Jeanne d’Arc

Le Bulletin Municipal a enregistré l'expropriation, pour cause d'utilité publique, d'un certain nombre de maisons du 13° arrondissement, situées rue Jenner, boulevard de l'Hôpital, rue Esquirol, passage Crouin, place Pinel, cité Doré, avenue Constance, avenue Constant-Philippe et boulevard de la Gare. (1914)

Lire

1923

Une promenade à l’ancienne Butte-aux-Cailles

Ce serait un petit concours à ouvrir : « Quel est le quartier de Paris, qui a le plus changé depuis quinze ans ? » Et il y a gros à parier que le quartier de la Glacière, alias de la Butte-aux-Cailles, se rangerait dans le peloton de tête. (1923)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme