entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endomagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégats furent vite réparés.


35.892 électeurs étaient inscrits sur les listes du 13ème pour le premier tour des élections municipales du 3 mai 1925. 30.289 votèrent. Seul, M. Colly, du quartier de la Gare, fut élu à ce premier tour.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Suicide - 1911

Suicide

Le Matin — 4 octobre 1911

A la station du Métro « Corvisart », M. François Geffroy, vingt-six ans, palefrenier à la Compagnie des omnibus, demeurant 5, passage Guillaumot, se précipite sous une rame en marche, qui lui broie le crâne.


 Malheureuse mère - 1899

Malheureuse mère

Le Gaulois ― 12 mars 1899

Des agents ont trouvé hier matin, évanouie sur  un banc, boulevard Arago, une femme âgée d'une trentaine d'années, assez pauvrement vêtue et qui tenait dans ses bras une petite fille âgée d'un an.

La pauvre femme, qui mourait de faim, ainsi que son enfant, fut transportée à  l'hôpital Cochin.

Elle a déclaré qu'elle avait perdu il y a deux mois son mari et que depuis lors elle était plongée avec sa petite fille dans la plus affreuse misère. Il y a deux jours, elle avait quitté la ville qu'elle habitait et était venue à pied à Paris.


 Chez M. Henri Rousselle. — Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles - 1903

Un puits artésien

Chez M. Henri Rousselle. — Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles.

La Presse — Lundi 23 novembre 1903

Paris possède depuis jeudi, dans le Treizième arrondissement, à la Butte-aux-Cailles, un puits artésien, dont le débit et la qualité de l'eau dépassent de beaucoup les puits existants jusqu'alors.

M. Henri Rousselle, conseiller municipal du Treizième arrondissement

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants :

— Il y a très longtemps que l'on soupçonnait en cet endroit l’existence de nappes d'eau souterraines et dès l'année 1866, des travaux avaient été entrepris pour la perforation d'un puits.

La guerre, de 1870 les interrompit et ce n'est que vingt-deux ans après, sur la proposition de mon père, M. Ernest Rousselle, alors conseiller municipal du quartier, qu'ils furent repris.

En 1898, un premier résultat fut atteint à la profondeur de 571 mètres 10, on rencontra une nappe d'eau et le débit qui en provint se cubait par 800,000 litres par période de vingt-quatre heures.

C'était là un premier résultat très encourageant et les travaux continuèrent. Jeudi soir, enfin, ils atteignirent la seconde nappe à une profondeur de 582m. 05 et immédiatement l'eau jaillit avec une abondance extraordinaire, de telle façon que le débit se trouva porté à 70 litres par seconde, soit 6,000,000 de litres par jour et non 60,000 litres, comme l'ont indiqué certains journaux. Cette eau, qui atteint 28°, possède des qualités sulfureuses très appréciables ; voici, au reste, sa composition exacte par litre : chaux, 33 grammes ; matières organiques, 0,3 ; chlore, 7 ; azote, nitreux, 0,0, nitrique, 0,0 ; ammoniacal, 0,2 ; oxygène dissout, 3,2 ; résidu sec, 166 ; acide sulfurique 12.

Le puits artésien de la Butte aux Cailles vers 1900 - Le forage n'est toujours pas terminé.

II est inutile de vous dire quels services le puits artésien de la Butte -aux-Cailles va rendre à la population essentiellement ouvrière du quartier. Pour un grand nombre d’ouvriers, l’établissement de bains n’existe pas, d'abord parce qu'il coute trop cher, et, ensuite, parce qu'il n'a pu encore sa faire l’idée de se rendre dans une étroite cabine au confort souvent aléatoire.

La Ville de Paris à qui les travaux ont très peu coûté ; va faire construire une piscine municipale dans laquelle toute la population du Treizième pourra venir, et nul doute que l’hygiène du quartier s’en ressente.

Mais là ne se bornera pas seulement l’utilité de notre puits ; son débit permettra d’adjoindre à la piscine un établissement de douches médicinales, et même à l’aide de canalisations faciles à établir d’amener l’eau ferrugineuse dans les asiles Michelet et Sainte-Anne où elle sera d’un précieux secours

Le débit de notre puits est tel que, depuis sa perforation, le puits artésien de la maison Say débite 102 litres de moins par minute.

En quittant M. Rousselle, nous avons pu, grâce à sa recommandation et à l'amabilité de M. Leroy, chef des travaux, à qui revient une bonne part de la réussite, visiter le puits de la Butte-aux-Cailles.

À quelques mètres du sol, l'eau jaillit avec force et avec une régularité parfaite, et l'odeur qu'elle dégage ne laisse aucun doute sur ses qualités ferrugineuses.



A lire également

Le puits artésien de la Butte aux Cailles (1868)

1898, les travaux ne sont toujours pas terminés...

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

La Butte aux Cailles se modernise (1924)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Le drame de la rue des Tanneries - 1932

Cet après-midi, à 13 h. 30, dans un petit logement, 4, rue des Tanneries, s'est déroulé un rapide drame de l'amour.

Lire

Le drame des Gobelins - 1904

Il y a trois ans, les époux Vey louaient un appartement d'un loyer annuel de 185 francs, au rez-de-chaussée d'un immeuble sis 28, rue des Cordelières, dans le quartier des Gobelins.

Lire

Le crime de la rue de Tolbiac - 1902

Hier soir, vers huit heures et demie, un drame de la jalousie s'est déroulé dans le treizième arrondissement.

Lire

Fiançailles d'Apaches - 1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20. (1933)

Lire


Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas. (1904)

Lire


Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire


Une visite à la Manufacture des Gobelins

Nous avons visité les Gobelins à onze heures. C'est le moment le plus propice pour recueillir une impression personnelle. À cette heure matinale, en effet, la foule des touristes n'a pas accès dans la manufacture ; le travail bat son plein dans la cité, et le chantier et l'atelier présentent leur physionomie réelle que n'a pas encore altérée la fatigue d'une demi-journée de labeur. (1900)

Lire


Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire


Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire


La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire


Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire


L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire


Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire


A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire


Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire


La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte