entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'actuelle rue Fagon a porté le nom de rue de la barrière des Gobelins.


Alfred Léon Gérault, dit Gérault-Richard, né à Bonnétable (Sarthe) le 11 octobre 1860 et mort à Fréjus (Var) le 7 décembre 1911, journaliste et homme politique socialiste, fut élu député du XIIIème arrondissement en janvier 1895. Il fut battu aux élections de 1898, mais fut réélu deux fois (1902-1906 et 1906-1911) en Guadeloupe, dans des conditions qui ne laissent aucun doute sur leur illégalité.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Lugubre trouvaille - 1914

Lugubre trouvaille

Le Rappel ― 28 février 1914

Le premier janvier dernier, un rentier de la rue Clisson, recevait une grande botte de bonbons et en partageait la plus grande partie de son contenu avec des voisins et amis.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction, hier, en voulant ouvrir la dite boite pour y prendre les derniers bonbons restants, lorsque en soulevant le couvercle, il aperçût, couché dans la boite, le petite cadavre d'un nouveau-né qui paraissait y avoir été placé depuis seulement quelques heures.

Se rappelant que la veille, leur bonne, Yvonne Porte, 19 ans, s'était plainte d'une indisposition, il la mit en présence de sa lugubre trouvaille et la jeune domestique avoua, avoir accouché clandestinement, de l'enfant que l'on venait de la boite.

Le docteur Paul a été commis à l'effet de savoir si le dit enfant était né viable.


 Les pruneaux du quartier de la Gare - 1895

Les pruneaux du quartier de la Gare

Le Figaro — 16 janvier 1895

Quand les ménagères du quartier de la Gare entendaient le cri « Pruneaux ! Pruneaux ! » jeté dans la rue par un petit homme grisonnant, poussant devant lui une voiture à bras, elles savaient à quoi s'en tenir et descendaient en hâte.

Car ce n'étaient pas des pruneaux que leur vendait Louis Durand surnommé Pruneau mais des allumettes de contrebande. Arrêté hier, en flagrant délit, il a été conduit au commissariat de M. Bolot où, pour toute défense et sans mot dire, il s'est mis à enflammer ses allumettes, l'une après l'autre. De la première à la dernière, toutes ont flambé, sans un raté.

Malgré l'excellence de ses produits, Pruneau a été envoyé au Dépôt !


 L'aménagement du XIIIe arrondissement- 1869

L'aménagement du XIIIe arrondissement

Annuaire encyclopédique : politique, économie sociale, statistique,
administration, sciences, littérature, beaux-arts, agriculture, commerce, industrie
 publié par les directeurs de l'Encyclopédie du XIXe siècle  - 1869 (publié en 1872)

Au-delà des boulevards extérieurs, la rive gauche ne compte que trois arrondissements, fort déshérités.

XVe arrondissement

Le XVe, qui touche aux. points dont nous venons de nous occuper, a été jusqu'ici le plus oublié dans les plans de l'édilité parisienne. Pas une seule voie de quelque importance né lui a. été réservée, sauf peut-être le prolongement du boulevard du Transit , dont le vrai point de départ est le pont de Grenelle, et le vrai point d'arrivée, le quai de la Gare d'Ivry. Sur ce long parcours, il est représenté, dans le XVe arrondissement, par les rues Linois, des Entrepreneurs, du Transit, Groult-d'Arcy et du Haut-Transit, qu'il faudra élargir et redresser pour pouvoir les souder convenablement à la partie-orientale du boulevard.

En dehors de cette voie, il n'y a de possible, pour vivifier les vastes espaces qui s'étendent aux confins de l'arrondissement, que deux ou trois grandes avenues, à peine étudiées par l'administration municipale. Ce sont : 1° le prolongement du boulevard de Vaugirard, établissant une ligne droite entre la place du Maine et la porte de Versailles; 2° le prolongement de l'avenue de Breteuil jusqu'à la Station de l'Ouest-Ceinture ; 3° le prolongement de l'avenue de Ségur jusqu'à la nouvelle mairie ; 4° le prolongement des rues du Commerce et Croix-Nivert, qui continueraient ainsi les avenues Lowendhal et de la Mothe-Piquet, jusqu'aux portes de Sèvres et d'Issy.

XIVe arrondissement

Moins étendu et surtout, moins dépendant de ses voisins, le XIVe arrondissement a deux centres principaux autour desquels doivent rayonner les voies nouvelles dont l'exécution lui est promise : ces deux centres sont la place d'Enfer et le carrefour dit des Quatre-Chemins. De la place d'Enfer partent, à gauche, la voie d'isolement du chemin de fer de Sceaux, conduisant au parc de Montsouris ; à droite, le prolongement du boulevard Arago, allant rejoindre le boulevard de Vaugirard, après avoir traversé Plaisance ; au milieu, une rue nouvelle gagnant en droite ligne la mairie, le square et les écoles. Au carrefour des Quatre-Chemins aboutiront les deux sections du boulevard du Transit, et deux voies à ouvrir, l'une vers la station de l'Ouest-Ceinture, l'autre vers le réservoir de la Vanne et le parc de Montsouris. Ce dernier établissement constituera lui-même un nouveau centre, d'où rayonneront des voies à ouvrir dans la direction de la Glacière, de Gentilly, des portes d'Arcueil et d'Orléans.

Puis viendra l'époque ou le cimetière du Montparnasse cessera de s'interposer entre Paris et la moitié de l'arrondissement ; ce sera le commencement d'une nouvelle ère. Alors, en effet, les quartiers de Plaisance et du Petit-Montrouge pourront déboucher librement sur le boulevard du Montparnasse, et de là sur tous les points de la rive-gauche, grâce aux voies nouvelles ouvertes dans le jardin du Luxembourg.

XIIIe arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite.

Vue, depuis la rue de la Providence, du percement de la rue de Tolbiac en 1875 par Charles Marville (extrait). Le cloché est celui de la Chapelle Bréa située au 76 de l'avenue d'Italie.
Source : © Charles Marville / BHVP / Roger-Viollet

L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. Le boulevard du Transit, qui traversera l'arrondissement de l'est à l'ouest, est destiné déjà à en relier les parties extrêmes, c'est-à-dire la Glacière et la Gare d'Ivry, à travers les agglomérations de la Maison-Blanche et des Deux-Moulins. Il ne reste plus qu'à les rattacher à la placé d'Italie, point central de l'arrondissement, et ce résultat peut être obtenu par deux voies nouvelles: l'une qui joindrait la station de Gentilly à l'ancienne barrière de Fontainebleau, en franchissant la vallée de la Bièvre, pour gravir ensuite, par des rampes adoucies, les pentes abruptes de la Butte-aux-Cailles ; l'autre qui établirait une communication directe entre la mairie et l'église Notre-Dame de la Gare, si indirectement reliées entre elles. De ce dernier point, il n'y a plus qu'à greffer sur le boulevard du Transit, considéré comme branche principale, quelques rameaux secondaires s'épanouissant vers les avenues de Choisy et d'Ivry, le boulevard de la Gare, la rue du Chevaleret et l'enceinte fortifiée.

De cette façon, on assurerait, le peuplement des deux versants du plateau d'Italie, et l'on ménagerait aux populations, chassées de l'ancien Paris par l'élargissement de la rue Mouffetard et la suppression des ruelles du quartier Saint-Victor, un nouveau centre d'habitation spacieux et salubre.

[...]

Aux grands travaux de voirie que nous venons d'énumérer et qui forment le solde des opérations entreprises par l'édilité parisienne, correspondent les grands travaux d'architecture dont la répartition avait été faite entre les vingt arrondissements, et qui sont aujourd'hui à des degrés d'avancement très-divers.

[…]

Dans le XIIIe arrondissement, le quartier le plus favorisé au point de vue religieux et scolaire, c'est celui de la Gare ; le plus déshérite est celui de la Butte-aux-Cailles, de récente formation; séparé de la Glacière par le vallon de la Bièvre, et de la Maison-Blanche par les escarpements de la rue du MouIin-des-Prés. Une église et une école y sont indispensables, malgré le voisinage du groupe de la rué Vandrezanne.

Au centre, la mairie et les écoles sont encore à construire, sur le sol abaissé de la placé d'Italie, où elles ont été précédées par un marché. L'ancienne chapelle Bréa, complètement insuffisante pour les besoins du culte, doit disparaître incessamment avec les écoles, par suite de l'ouverture du boulevard du Transit. La justice et la logique exigent qu'elle soit reconstruite un peu plus vers l'ouest, de manière à desservir non-seulement le plateau, mais encore les quartiers bas, absolument dépourvus sous ce rapport.

Dans la partie qui confine au Ve arrondissement, une grande école du type Turgot doit être prochainement construite. Ce sera un bienfait considérable pour cette région pauvre et populeuse. Au point de vue matériel, le XIIIe arrondissement a beaucoup aussi à espérer du forage du puits artésien de la Butte-aux-Cailles : outre l'eau potable, qui y manque aujourd'hui, des lavoirs et des établissements de bains seront la conséquence heureuse de ce percement.


A lire également

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement. (Le Figaro - 19 aout 1867)

Les grands travaux de l’édilité parisienne (1877)

La Butte aux Cailles (1877)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Quadruple empoisonnement - 1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

Lire

Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

Lire

Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923

Mardi, vers trois heures du soir, au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon, le terrassier Fleurât qui, avec ses camarades, creusait la terre, pour l'aménagement d'un fournil, découvrait à moins d'un mètre du sol et quinze métrés environ de la rue, une caisse en bois tout à fait vermoulu, de 1 mètre 50 de large et 2 mètres de long.

Lire

Le crime de l'avenue d'Italie - 1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire


Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire


L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire


Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire


A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire


Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire


La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire


L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire


Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire


La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire


Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire


Les nouvelles places de Paris

On s'occupe en ce moment de la régularisation et de la décoration de douze places principales, établies sur remplacement d'anciennes barrières supprimées. (1866)

Lire


Travaux parisiens

Les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche sont, depuis plusieurs mois, l'objet de travaux analogues à ceux qui ont été entrepris sur les boulevards de la rive droite. Ces travaux ont trait à la zone comprise entre le pont de Bercy et la place de l'ex-barrière d'Enfer. (1863)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte