Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — L’incendie des Gobelins

Les Gobelins.

Le Petit Moniteur universel — 1er juin 1871

Il a été publié sur l’incendie des Gobelins des renseignements plus ou moins contradictoires que la fièvre causée par les événements précipités auxquels nous venons d’assister et l’impossibilité de circuler librement dans un grand nombre de quartiers nous ont empêché de vérifier plus tôt

Nous avons commencé aujourd’hui notre excursion à travers Paris par les Gobelins, et nous avons pu recueillir sur les désastres subis par cette superbe manufacture des détails de la plus rigoureuse exactitude.

Le feu a détruit quatre-vingts mètres de bâtiments qui contenaient :
La galerie,
Un atelier renfermant six métiers,
Trois salles contenant des couleurs,
L’école de tapisserie, un atelier er de peinture et le magasin des plâtres.

Mais le plus grand désastre consiste en la destruction de la collection de tapisserie depuis Louis XIV jusqu'à nos jours.

Le projet des incendiaires était de livrer aux flammes la manufacture tout entière ; par un bonheur inespéré le feu a pu être coupé à son point de jonction avec les bâtiments d’habitation grâce au dévouement des artistes présents, de leurs femmes, de leurs enfants, de tout le personnel de la manufacture et de tous les honnêtes gens du quartier.

À force de courage, l’atelier du nord, ceux des tapis, le magasin général, les bureaux, la chapelle, les laboratoires, la teinture et tous les bâtiments occupés par le personnel ont pu être sauvés.

Il reste encore assez de matériel pour pouvoir employer tout le personnel de la manufacture et essayer de réparer ces horribles désastres.

Quant au chiffre des pertes, il ne peut être encore évalué. Il doit y avoir dans les décombres une certaine quantité de tapisseries qui ont pu être retirées.

Tout ce que l'on a pu dégager de ce que fut l'exposition des Gobelins est étalée dans la cour sous les rayons du soleil.

Ce sont des débris calcinés et dont le plus grande ne présente pas un mètre carré de superficie.

On distingue encore ça et là une tête, un bras, le pan d’un manteau royal, un coin du superbe tableau de l’aurore, tant admiré à l'exposition de 1867, etc. ; mais rien de tout cela n'est intact, rien n'est réparable !...

 

Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


Des masures à l’impasse Moret

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso [...]
Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. (1911)

...


Les mensonges des patrons mégissiers

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal socialiste de Paris, aura rendu un service signalé au quartier de Croulebarbe, en obtenant de la Ville qu'elle recouvre et transforme en égout les deux bras de la Bièvre qui traverse le passage Moret à ciel ouvert. (1911)

...


La professsion de cambrurier

Deux commis voyageurs, arrêtés hier après-midi dans un bar de la rue de Tolbiac, discutaient devant les deux bocks qu’ils avaient commandés pour étancher leur soif... (1901)

...


Rapport présenté par M. Rousselle sur l'amélioration de diverses voies dans le quartier de la Maison-Blanche

Un plan ayant pour but l'assainissement général du quartier de la Glacière et de la Bièvre et le dessèchement des marais qui rendent cette région à peu près inhabitable... (1881)

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Le dernier étang du quartier de la Glacière fut comblé en août 1881 et sur son emplacement, on construisit une gare de marchandises connue des habitants sous le nom de gare de Rungis amis dont kle nom officiel était « gare de la Glacière-Gentilly ».

*
*     *

Le rue Esquirol s'appela Grande-Rue-d'Austerlitz. Son nom actuel lui fut donné en 1864 en souvenir de Dominique Esquirol, médecin aliéniste (1773-1840).

*
*     *

C’est le mardi 11 juin 1946 que la ligne d’autobus n° 67, Place de Rungis-Place Pigalle, était mise en service. Les principaux points desservis étaient : Place d'Italie, Boulevard de l’Hôpital, Place Jussieu, Hôtel-de-Ville. Châtelet, Louvre, Grands Boulevards, carrefour de Châteaudun.
En mars 1951, le terminus de la ligne fut reporté de la place de Rungis à la porte de Gentilly.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦