Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Un marché de banlieue (1872)

Un marché de banlieue

Le Monde Illustré — 20 juillet 1872

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry.

Le marché est un des plus misérablement pittoresques que la banlieue maintient encore. Nulle part on ne voit un public d'acheteurs et de maraîchers d'une telle pauvreté.

Un marché de banlieue —Dessin d'Auguste Lançon

Pauvreté qui d'ailleurs est fidèlement reflétée par les marchandises.

Des légumes flétris, du beurre et du jambon, dont l'odeur ne laisse aucun doute, des œufs qui datent du siège, des lapins douteux, — voilà la composition de tous les étalages. Çà et là, quelques escargots, friandises dont la vue seule inspire le dégoût.

Hors de ces diverses provisions de bouche, il y a foule d'objets en vente dont la classification serait extrêmement difficile. Il y a là de vieux chapeaux, des souliers, des ustensiles de jardinage, des bouquins, du Iain d'épice, de la vaisselle ci beaucoup de ferraille. — Tout, cela est d'occasion et paraît sortir de la hotte d'un chiffonnier. La terre est jonchée d'images, encadrées ou non, de poupées sans jambes ou sans têtes, - l'enfant du pauvre n'y regarde pas de si près. — Cet assortiment, est couvert de poussière ou de boue, selon le temps.

Il est à noter que les marchandises, malgré leur peu de valeur, sont, offertes à un prix presque égal à celui des magasins de Paris. — Mais aussi on a ici le plaisir de marchander, et on obtient des rabais de 90 p. 100. Les vendeurs, cependant, ont l'air content du chiffre des affaires. Ils traitent d'ailleurs leurs marchandises avec le dédain qu'elles méritent. Le vent emporte-t-il les images ou les chapeaux, la marchande attendra patiemment qu'une de ses voisines ou un passant les lui rapporte.

Un marché de banlieue — Dessin d'Auguste Lançon — Détail

Marché aux puces porte d'Italie dans les années 20 ou 30 installé au delà de la barrière d'octroi sur la zone au même endroit que celui representé par Lançon

 

Saviez-vous que ...

La rue du Petit Banquier que Balzac et Victor Hugo rendirent célèbre, perdit son nom au profit du peintre Watteau par décret impérial du 27 février 1867.

L'image du jour

Abattoirs de Villejuif, boulevard de l'Hôpital

Vu dans la presse...

1873

La basilique et les nécropoles de Saint-Marcel

Sur le flanc méridional des coteaux qui dominent le ruisseau de la Bièvre et en face du plateau sur lequel est assis le Panthéon, on voyait, à la fin du siècle dernier, un peu avant la construction du mur des fermiers généraux, une sorte de petite ville, distincte de la grande, ayant ses rues, ses places, ses marchés, ses remparts, ses fossés, ses églises et ses juridictions. (1873)

Lire

1394

Un nouveau groupe scolaire parisien a été inauguré hier

La Ville de Paris a inauguré, hier matin, rue Kuss, dans le 13e arrondissement, un groupe scolaire ultra-moderne, édifié en dix-sept mois, sur la proposition de M. Louis Gélis, conseiller municipal du quartier. (1394)

Lire

1939

Jeanne d'Arc et sa lèpre

J'ai souvent parcouru en voisin cette rue que Jeanne d'Arc a baptisée, il y a soixante-quinze ans, à l'époque de l'annexion de l'ancienne banlieue, la commune d'Ivry en faisait partie. (1939)

Lire

1937

Voyage dans le dernier tramway de Paris

Dans quelques jours, le 123-124, dernier spécimen des multiples tramways qui, il y a peu de temps encore, occupaient les rues de Paris, va disparaître. Il fera son dernier voyage, le 15 mars et sera remplacé, le lendemain, par un autobus. (1937)

Lire

1903

Le Métro passe la Seine : Place d’Italie - Nation

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes ! (1903)

Lire

1942

99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89. (1942)

Lire

1900

Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

Lire

1864

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

1868

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

1884

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

1867

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

1885

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme