Dans la presse...

 Un square fortifié - Lucien Descaves - Le Journal

Un square fortifié

Le Journal — 20 mai 1938
Photographie parue dans le Petit-Parisien

Que n'étiez-vous là, hier matin, J.-K. Huysmans, historien de la Bièvre et des Gobelins ; Gustave Geffroy, administrateur de la Manufacture et président de l'académie Goncourt après Huysmans ; et tous les vieux de la vieille aujourd'hui retraités ; que n'étiez-vous là, hier matin, pour assister à l'inauguration officielle du square magnifique construit à grands frais sur l'emplacement des jardins qui faisaient depuis-trois cents ans la plus belle des tapisseries exécutées par les artistes de la maison tour à tour royale et républicaine !

Ce fut beau, comme un enterrement de première classe, pour ces jardins défunts. Les cordons du poêle, qu'il ne faut pas confondre avec la queue de la poêle, étaient tenus par des personnages municipaux distingués, et l'on a prononcé naturellement l'éloge de ce que l'on venait de détruire. pour édifier quoi, sur les ruines ? Un square fortifié,- je dis bien, - un square en béton armé, à l'intention des enfants du quartier, qu'on invite, les pauvres petits, à venir s'ébattre là,, comme si l'on pouvait jouer avec entrain dans un bastion appelé à soutenir un siège !

Le treizième arrondissement n'avait pas de square pour sa population : on a fait d'une pierre meulière deux coups : l'un pour l'enceinte, l'autre pour les terrains de jeux. Les ombrages viendront plus tard; c'est plus long à pousser que les fûts de colonne sur lesquels on a posé pour faire peur à l'ennemi, d'énormes boulets catapultueux, comme en lançaient les Carthaginois ; si bien que les boulets du square semblent provenir d'un musée et le perpétuer en plein air.

« Quelque chose, me disais-je, manque à la fête. » Hé ! mais oui : ces lions de pierre qui gardaient autrefois le seuil des anciens châteaux convertis en demeures bourgeoises prétentieuses. Comment n'y a-t-on pas songé pour rehausser le lieu d'asile offert aux enfants du peuple bien sages ! Des gardiens seront là, d'ailleurs, pour les rappeler à l'ordre qu'ils troubleraient.

On a eu raison de dire qu'un pareil square est unique en son genre. On n'y voit pas que des pierres de taille ; les anciens bosquets dont prenaient soin, de père en fils depuis Louis XIV, les artistes de la Manufacturent leur petite famille ; ces bosquets sont à présent remplacés par d'élégantes cages à mouches qui serviront d'abris aux moucherons des environs.

Je me promets d'aller, en voisin, les voir s'amuser dans leur fortin. ; à moins qu'ils ne préfèrent, au prix d'un crochet, gagner le pare de Montsouris, qui est si frais, si paisible et dans la cuvette duquel, au moins, il y a de l'eau.

Cher petit parc, célébré par Louise Hervieu et Clarisse Francillon, que tu m'apparus charmant dans tes agrestes atours après ma visite à la belle ouvrage de maçonnerie qu'un ouvrier venait, à côté de moi, d'apprécier en ces termes exacts :

— Il y en a pour de l'argent !...

— Oui, répondis-je, mais la Ville de Paris est si riche !

Et je m'éloignai mélancoliquement, après avoir traversé une voie, nouvelle baptisée Berbier-du-Mets (?)

Quand je pense que le square fortifié aurait pu porter le nom de Gustave Geffroy, je ne regrette plus qu'il ait été donné plutôt à une ruelle voisine dont j'ai appris l'existence en passant.

Lucien Descaves


Vu dans la presse...

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire

La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire

On reconstruit l'Hôpital de la Pitié

M. Justin Rochet, l'architecte chargé des travaux, nous explique dans quelles conditions sera construit le nouvel établissement... (1906)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Au sein de l'hôpital de la Salpétrière, on remarque la jolie chapelle surmontée d'un dôme, que l'architecte Libéral Bruant bâtit en 1687.

*
*     *

La rue du Banquier, ancienne rue, doit son nom au banquier Patouillet qui avait déjà donné son nom au territoire compris entre la rive droite de la Bièvre et les terres de St-Marcel sur le chemin d'Ivry. (Clos Patouillet.)

*
*     *

C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

L'image du jour

La mairie du XIIIe