Dans la presse...

 paris-treizieme.fr —

Pour alimenter Paris, on va amener 100.000 mètres cubes d’eau de Seine filtrée

Les travaux à la Poterne des Peupliers

Paris-Soir — 9 avril 1926

Dans une sorte de cirque muré par les fortifications, à la hauteur de la Poterne des Peupliers, où l'on pouvait encore voir, il y a quelques années, la Bièvre entrer librement dans Paris, il y a un immense chantier. Il s'étend à perte de vue le long du boulevard Kellermann, pour atteindre le parc de Montsouris, par le boulevard Jourdan.

Le Petit-Journal — 13 mars 1926

Ce ne sont que tranchées, machines élévatoires, déblais et tout au long d'immenses quantités de fractions de conduites indubitablement destinées au service des eaux. Pendant plusieurs kilomètres, sont échoués dans l'herbe des talus, des cylindres ouverts aux deux bous ; ils ont une longueur uniforme de 4 mètres environ, et un diamètre de 1 m. 25. Si leur mise dans le sol dure un certain temps, ils feraient des abris pour les pauvres sans logis. Non que leur revêtement interne soit moelleux, il est en ciment armé, mais enfin dans cette sorte de « métro » renouvelé du front, les hôtes passagers auraient un couvert. Les ouvriers du tas ne les mettraient pas dans la tranchée sans les réveiller au préalable.

Ces cylindres ont une destination toute autre. Ils doivent servir à amener jusqu'aux réservoirs de Montsouris cent mille mètres cubes d'eau buvable qui manquent à l'alimentation parisienne. Ce volume n'est qu'un appoint à valoir.

Si l'on dépense une forte activité au-dessus des hauteurs des Gobelins et de la Maison-Blanche, c'est que l'on désirait que l'opération pût être terminée avant les chaleurs de l'été.

Justement, par sa position en cuvette, le fond de la Poterne des Peupliers montre l'ensemble de ce qui est en cours.

Les Eaux de source et les Eaux filtrées

Les accroissements continus de la population de Paris ont laissé fort en arrière la possibilité de fournir l'eau de boisson en quantité suffisante pour parer aux besoins connus.

Il en est résulté cette chose paradoxale, c'est que si les grands programmes étaient toujours en fonction d'amenées abondantes d'eaux de source, la réalité d'application se portait sans arrêt vers un débit d'eaux de rivière de plus en plus considérable.

Seulement la tuyauterie hydraulique ne correspondait plus en aucune proportion avec ce qu’elle devait véhiculer en liquide. Il a fallu y parer d'urgence.

Sans renoncer aux adductions des sources pour lesquelles d'immenses travaux sont en cours, notamment pour celles du bassin de Provins, dont la toute petite Voulzie chantée par Hégésippe Moreau, on a cherché une solution immédiate.

Il a été décidé que l’on prendrait chaque jour à l'usine élévatoire d'Ivry. un cube d'eau supérieur de 100.000 au volume émis. Il a d'abord fallu mettre cette usine en fonction de remplir son office. Ce qui est fait.

Donc, on pourra recevoir son contingent augmenté quand les conduites seront en place. Cette eau sera de l'eau de Seine. Mais de l'eau filtrée par des moyens aseptiques reconnus valables. Ce liquide est sain, il a le grave inconvénient d'être à une température beaucoup plus élevée que l'eau de source, fraîche par nature.

À travers le champ des conduites

Lorsqu'on suit l'ordre des chantiers, à partir de la Poterne des Peupliers, il est sensible que les conduites suivent le côté droit du boulevard Kellermann, dont la déclivité est assez forte pendant plusieurs centaines de mètres. Mais à la hauteur du 46 du boulevard, la tranchée coupe la chaussée à angle droit, et va jusqu'à son extrémité en cours d'exécution sur la gauche ; elle est alors en bordure continue du talus des fortifications. Le rempart est conservé en cet endroit.

Partout, les équipes de pose travaillent de la même façon. Dans la tranchée ouverte, une petite chèvre de bois amène la fraction de conduite sur le sol aménagé pour la recevoir.

Oh ! c'est assez simple ; il n'y a qu'un fond de terre battue, sans revêtements ni parements avec de légères banquettes surélevées de place en place. La chose ne donne pas une entière sécurité pour le simple profane; car il y a eu des exemples de rupture et de fuite d'eau. On a pourtant le sentiment que la conduite en elle-même, telle qu'elle est ajustée, est de bonne résistance. Tous les tronçons sont emboutis et scellés par un large joint de ciment armé, préparé sur place, et maintenu par un encerclage de fer. Les conduites sont elles-mêmes revêtues d’une couche cimentée, ce qui doit empêcher qu'elles ne se corrodent aussi aisément que les tuyaux en fonte.

La crainte vient à l'esprit seulement de fissures d'où l'eau sourdant créerait des affouillements dans la terre meuble, et le déplacement des masses de support entraînant alors la rupture de la conduite. D'où l'interruption de la fourniture de la denrée précieuse.

Présentement, il y a trois sections de travail clairement espacées, de la Poterne des Peupliers au boulevard Kellermann, de ce point à la porte de Gentilly, et de là, en direction de Montsouris : cette dernière fraction est la moins avancée.

Quant à la partie presque prête, on estime que les chantiers pourront être fermés dans un mois.

Ces immenses opérations ont été rendues indispensables afin de doubler la conduite principale déjà existante sans qu'il y ait dans cette mesure autre chose qu'une mesure de haute prudence.

Au résumé, ce sont donc 100.000 mètres cubes supplémentaires d'eau potable dont plusieurs quartiers de Paris vont bénéficier dans un délai relativement peu éloigné.

Maintenant, certains autres centres déshérités sont inscrits pour recevoir le même afflux, mais par un autre sectionnement dépendant de l'est de la Capitale et qui s'infléchissent par le nord, arrivera à Auteuil.

Léon MAILLARD.

Saviez-vous que ...

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1926

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

Lire

1927

La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

Lire

1927

La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

Les locataires n'étaient pas plutôt dans la rue que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.
Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront. (1927)

Lire

1927

Dans le passage Moret où règne la misère

Que l'on démolisse les taudis, nids à tuberculose qui pullulent dans la « Ville-Lumière », nous n'y trouverons rien redire, au contraire ! Mais que sous prétexte d'assainissement, comme cela s'est produit passage Moret, on expulse, en 21 jours, au profit d'un garage, des malheureux que l’on a finalement « logés » dans des taudis sans nom, c'est un véritable scandale ! (1927)

Lire

1937

Oasis faubourienne

Tout un coin de Paris est en train de se modifier singulièrement. Huysmans ne reconnaîtrait plus sa Bièvre. Non seulement le ruisseau nauséabond est maintenant couvert depuis bien des années, mais le sinistre passage Moret a presque complètement disparu de la topographie parisienne et, au milieu de cette année, les fameux jardins dont la jouissance était réservée aux tisseurs et dessinateurs de la Manufacture des Gobelins, vergers en friche qui, quelquefois, servaient de dépôt d'ordures aux gens du quartier, auront perdu leur aspect de Paradou abandonné. (1937)

Lire

1938

Un jardin unique en son genre, celui des Gobelins, va être inauguré la semaine prochaine

Paris aura la semaine prochaine un nouveau jardin public, un très beau jardin. Il n’en possédera jamais trop !
Le fait est d’autant plus intéressant que ce nouveau jardin se trouve dans un arrondissement, au reste fort peuplé, le 13e, qui, il y a encore un an, ne possédait pas le moindre square. (1938)

Lire

1938

Aux Gobelins: le nouveau jardin a été inauguré et ouvert au public

Hier matin, était inauguré, dans le quartier Croulebarbe, un nouveau jardin public. II s'étend sur 22.500 mètres carrés, derrière la Manufacture des Gobelins et le Garde-Meubles National.
C'est à Émile Deslandres que l'on doit cette initiative. Ayant représenté pendant plus de vingt-cinq années ce quartier, au nom du Socialisme, il s’était penché sur les misères et les besoins de la classe ouvrière dont il était lui-même. (1938)

Lire

1877

Les travaux de construction de la rue de Tolbiac

Les transformations de la rue d'AIésia se font, avec une rapidité vertigineuse, dans le prolongement de cette voie, au-delà de rue de la Glacière.
Dans cette partie, la nouvelle rue prendra le nom de rue Tolbiac, et sera poussée jusqu'à l'avenue d'Italie. (1877)

Lire

1885

Cuir de Russie

La Butte-aux-Cailles, ce n'est plus Paris; ce n'est pas, non plus, la banlieue, encore moins la province : c'est la Butte-aux-Cailles, et voilà tout. (1885)

Lire

1898

Un quartier qui s'écroule

Un fait fort curieux se produit en ce moment dans la partie du quartier de la Maison-Blanche, comprise entre les rues de Tolbiac, de la Providence et de l'Espérance. (1898)

Lire

1858

Les futures grandes voies du 13e arrondissement

Le système d'ensemble des grands travaux de la ville de Paris, rive gauche, touche par des points trop nombreux aux intérêts de la population et de la propriété parisiennes pour que son étude ne soit pas, pour le Siècle, l'objet d'un sérieux examen.
Nous analyserons successivement chacune des grandes lignes appelées à ajouter à la splendeur et au bien-être de la ville, et nous allons commencer ce travail par les voies qui doivent régénérer le douzième arrondissement le plus pauvre jusqu'ici et le plus délaissé. (1858)

Lire

1873

La basilique et les nécropoles de Saint-Marcel

Sur le flanc méridional des coteaux qui dominent le ruisseau de la Bièvre et en face du plateau sur lequel est assis le Panthéon, on voyait, à la fin du siècle dernier, un peu avant la construction du mur des fermiers généraux, une sorte de petite ville, distincte de la grande, ayant ses rues, ses places, ses marchés, ses remparts, ses fossés, ses églises et ses juridictions. (1873)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme