Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine - juillet 1865

Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Le Siècle — 24 juillet 1865

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter.

Entre la route de Châtillon et la sortie du grand tunnel de Montrouge, la voie proprement dite peut être considérée comme achevée. Jusqu'à la rue du Chemin-Vert, elle file au fond d'une tranchée profonde dont les parois sont garnies de murs de soutènement au bas desquels passe une rigole pour l'écoulement des eaux. Dans cette partie du parcours, la voie est franchie par deux ponts : celui de la rue du Pot-au-Lait et le pont de l'avenue d'Orléans.

A l'ouest de celui-ci, on est en train de faire les fouilles nécessaires à la construction du bâtiment de la station de Montrouge, lequel sera en façade sur l'avenue d'Orléans, et communiquera avec les quais de l'embarcadère au moyen d'escaliers. Dans la tranchée qui s'étend entre cet embarcadère et l'entrée du grand tunnel, s'embranchera la voie de raccordement de la ceinture avec le chemin de fer de Sceaux.

Au dessous de la rue du Chemin-Vert s'ouvre le grand tunnel qui passe sous les hauteurs de Montsouris et a 900 mètres de longueur. Ce souterrain, établi comme celui de Vaugirard, sur d'anciennes carrières, a nécessité des travaux de substruction de même nature que ceux dont nous avons parlé à propos du tunnel en voie de construction sous le grenier à fourrage. Le tunnel de Montrouge se termine après avoir passé sous la ligne d'Orsay, et la voie se continue au fond d'une tranchée courbe que la dérivation d'Arcueil franchit dans un aqueduc d'une seule arche.

Cette tranchée, qui doit se raccorder avec le terrassement de la vallée de la Bièvre, après avoir passé sous la rue de la Glacière, est une des parties les moins avancées du travail ; mais cette fraction n'offrant aucune difficulté sérieuse pourra être achevée en fort peu de temps. Sur l'un des côtés du pont qui franchira la tranchée, la station de Gentilly sera construite en façade sur la rue de la Glacière.

Au delà de cette station, la voie débouche tout à coup sur la vallée de la Bièvre, qu'elle traverse sur un remblai dont la hauteur maximum est de 7 mètres. Ce remblai est traversé par le chemin des Peupliers et par la rivière de Bièvre, auxquels on a ménagé deux passages voûtés en arche de pont.

Toute celte section est terminée jusqu'au bas de l'ancien hameau du Bel-Air, qui sera franchi au moyen d'une tranchée à laquelle on travaille en ce moment : deux ponts de neuf mètres d'ouverture y livrent passage à la rue du Bel-Air et à la rue du Moulin-de-la-Pointe. Cette tranchée, à laquelle sont occupés de nombreuses équipes d'ouvriers, se continue au delà de l'avenue de Fontainebleau, passe sous la route de Choisy-le-Roi, sous la route d'Ivry, dans la rue Nationale, et débouche, un peu avant d'arriver au boulevard de l'Église, sur le remblai qui se prolonge jusqu'au pont de Bercy.

La route d'Italie, dont la largeur est de 45 mètres, sera franchie par un pont de 13 mètres d'ouverture ; sur l'un des côtés de ce pont se dressera le bâtiment de la station de la Maison-Blanche, qui s'alignera avec les maisons de l'avenue, et communiquera par des escaliers avec les quais à voyageurs qui occuperont tout l'espace compris entre la route d'Italie et celle de Choisy-le-Roi. Cette station sera également ouverte au service des marchandises. À partir de la rue Nationale, la voie s'engagera dans un souterrain long de 348 mètres, qui passera sous la butte du Moulin-Neuf. Ce souterrain, comme celui de Vaugirard, se construit à ciel ouvert, et forme maintenant une tranchée dans laquelle s'effectuent les travaux de maçonnerie.

À la sortie de ce tunnel, la butte s'abaisse rapidement, le remblai commence, et bientôt il rencontre le boulevard de l'Église, qui sera franchi sur un pont métallique dont les culées de pierre attendent dès à présent l'armature du tablier. Le remblai s'exhaussant au fur et à mesure que le sol s'abaisse vers la Seine, bouchera la rue du Chevaleret, qui sera remplacée par une rue de dérivation large de 12 mètres, et qui filera à pied d'œuvre jusqu'au boulevard de l'Église. À quelques mètres au delà de la rue du Chevaleret, le remblai est coupé par le passage du chemin de fer d'Orléans, qui sera franchi sur un pont métallique de 45 mètres de portée. Ici sera la station de correspondance des voyageurs de la ligne d'Orléans, et à quelques mètres plus loin le remblai vient se raccorder avec la voie qui franchit le pont Napoléon.


Menu article

Lu dans la presse...

Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter. (1865)

Lire

Le marché aux chevaux

Depuis les démolitions et les nouvelles percées faites à travers le 13e arrondissement, le quartier des Gobelins, autrefois si populeux comprend de vastes parties désertes.
Une des causes de ce dépeuplement, est l'éloignement du marché aux chevaux, provisoirement transféré à la Halle aux fourrages du boulevard Montparnasse. (1870)

Lire

Splendeur et misère des Gobelins

Quand on visite les Gobelins, on ne peut s'éviter de remarquer l'état singulièrement délabré du célèbre établissement.
C'est qu'en effet il saute aux yeux, et je ne sais pas de spectacle plus affligeant que l'apparente ruine de ce qui demeure, après plus de trois siècles, une des vraies gloires de la France. (1894)

Lire

Ici, demain, le grand Paris

On bâtit dans le quatorzième mais dans le treizième laisse pousser l'herbe (1930)

Lire

Deux inaugurations

Les quartiers de la Gare, de la Maison-Blanche et de Croulebarbe ont été, hier, eu liesse à l'occasion de la visite du Président de la République. M. Félix Faure a présidé à la double inauguration du nouveau pont de Tolbiac et de la Crèche-Dispensaire de la Maison-Blanche. (1895)

Lire

Rapport présenté par M. Rousselle sur l'amélioration de diverses voies dans le quartier de la Maison-Blanche

Un plan ayant pour but l'assainissement général du quartier de la Glacière et de la Bièvre et le dessèchement des marais qui rendent cette région à peu près inhabitable... (1881)

Lire

La professsion de cambrurier

Deux commis voyageurs, arrêtés hier après-midi dans un bar de la rue de Tolbiac, discutaient devant les deux bocks qu’ils avaient commandés pour étancher leur soif... (1901)

Lire

Saviez-vous que... ?

C'est sur l'insistance d'Émile Deslandres représentant du 13e arrondissement que le conseil municipal de Paris accepta de conserver le nom cinq fois séculaire des Reculettes à la rue résultant de l'élargissement de cette ruelle si pittoresque.


La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.


Lorsque la gare de marchandises de la rue de Tolbiac entra en fonctionnement en mai 1903, cette ouverture s'accompagna de la création d'une nouvelle porte pour Paris dite « Porte des Gobelins » dotée d'un bureau d'octroi pour surveiller les entrées et sorties des biens et des personnes de la capitale.


Ailleurs sur Paris-Treizieme