entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.


Le puits artésien de la Butte aux Cailles a été foré entre 1866 et 1904 avec quelques interruptions. La fontaine actuelle est alimentée par un forage réalisé en 2000.


Dans les plans de 1860, c'est sur un viaduc long de 800 mètres, composé d'arches de dix mètres d'ouverture et dont la hauteur maxima aurait été de quinze mètres avec des piles évidées à l'aplomb de l'entrevoie que le chemin de fer de ceinture aurait du traverser la vallée de la Bièvre en offrant une vue magnifique depuis le parc de la Butte-aux-Cailles qui, in fine, céda la place au Parc Montsouris.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Lugubre trouvaille - 1914

Lugubre trouvaille

Le Rappel ― 28 février 1914

Le premier janvier dernier, un rentier de la rue Clisson, recevait une grande botte de bonbons et en partageait la plus grande partie de son contenu avec des voisins et amis.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction, hier, en voulant ouvrir la dite boite pour y prendre les derniers bonbons restants, lorsque en soulevant le couvercle, il aperçût, couché dans la boite, le petite cadavre d'un nouveau-né qui paraissait y avoir été placé depuis seulement quelques heures.

Se rappelant que la veille, leur bonne, Yvonne Porte, 19 ans, s'était plainte d'une indisposition, il la mit en présence de sa lugubre trouvaille et la jeune domestique avoua, avoir accouché clandestinement, de l'enfant que l'on venait de la boite.

Le docteur Paul a été commis à l'effet de savoir si le dit enfant était né viable.


 À coups de rasoir

À coups de rasoir

Le Petit-Parisien ― 4 octobre 1927

Après avoir vécu pendant quelque temps avec Mlle Gabrielle Hardy, vingt-six ans, demeurant 166 avenue de Choisy, le commissionnaire en pommes de terre, René Le Rouzic, même âge, informait hier son amie qu'il avait décidé de reprendre sa liberté. Vainement, la jeune fille essaya de le faire revenir sur sa détermination. Toute la nuit, Gabrielle Hardy songea cette séparation imminente, Puis, le jour venu, elle prit une décision. Se levant sans bruit et s'armant d'un rasoir, elle en porta un coup furieux à la gorge de celui qui voulait la quitter.

Le Rouzic a été transporté à la pitié, où son état a été jugé peu grave. La meurtrière a été arrêtée par M. Fauvel, commissaire de police de la Maison-Blanche.


 LA BARRIÈRE DE FONTAINEBLEAU

La barrière de Fontainebleau

Elle s’est appelée aussi Barrière d’Italie, parce que c’était le chemin que prenaient autrefois les chaises de poste qui emportaient les touristes et les amoureux vers le pays regretté de Mignon, — le pays où fleurit l’oranger. Elle s’est appelée aussi Barrière Mouffetard, parce qu’elle servait de limite cette rue fangeuse et populacière à propos de laquelle les étymologistes ont flotté longtemps comme de simples bouchons de liège sur l’Océan de l’incertitude : était-ce, en effet, mons cetarius ou mons cetardus ? Grave question ! perplexité gordienne que je ne me charge pas de trancher.

Cette barrière de Fontainebleau - ainsi nommée parce qu’elle conduisait au pays où mûrit le chasselas et où excursionnent les paysagistes - s’est appelée enfin Barrière des Gobelins,-à cause de son voisinage de la célèbre .manufacture de tapisseries fondée par Louis XIV, c’est-à-dire par Colbert, dans l’hôtel du président Leleu, situé au milieu d’aulnaies et de bois baignés par la petite rivière de Bièvre.

Le quartier Saint-Marcel, qu’il faut traverser pour arriver à cet établissement sans rival, est un des plus laids et des plus tristes de Paris,-probablement parce qu’il est le plus pauvre. On ne l’appelle pas pour rien le faubourg souffrant. Mais quand on a franchi cette zone puante qui commence à la rue Descartes, et qu’on est arrivé au sommet de la rue Mouffetard, c’est-à-dire au rond-point de la barrière de Fontainebleau, on est amplement dédommagé des émanations subies tout le long de la route, et, si l’on n’est point ingrat, on se remercie du spectacle qu’on s’offre alors sans qu’il en coûte rien. En se plaçant au point d’intersection du boulevard de l’Hôpital et du boulevard des Gobelins, derrière le grand café qui se trouve élevé juste sur l’ancienne Butte-aux-Cailles — où, le 3 juillet 1815, le matin même de la dernière capitulation de Paris, étaient deux obusiers et seize pièces de canon, — on a devant soi la montagne Sainte-Geneviève, dont les principaux monuments se découpent majestueusement sur le ciel : le dôme du Val-de-Grâce, le clocher de Saint-Étienne-du-Mont, la tour du collège Henri IV, le dôme du Panthéon, le clocher de Saint-Jacques du-Haut-Pas; puis, au-dessous, descendant comme les gradins d’un amphithéâtre vers le fond du vallon où serpente la Bièvre, d’innombrables rangées de toitures pittoresques, de séchoirs de mégissiers, de greniers de tanneurs, et, plus bas encore, des étendages de blanchisseuses, qui sont du meilleur effet à cette distance.

L'endroit est plaisant à l'œil et je comprends qu'il ait été choisi autrefois comme séjour par de grands seigneurs et par de grandes dames. On le croirait difficilement aujourd'hui, à cause des émanations nidoreuses qui s'échappent de ces Marais-Pontins de l’industrie parisienne ; cependant les chroniques l’affirment. On a même découvert en 1813, dans le sable des bords de la Bièvre, derrière les Gobelins, cette inscription sur cuivre, portant la date de 1527 :

« DANS CE POURPRIS LE GRAND FRANCOYS PREMIER
TREUVE TOUSOUR JOUISSANCE NOVELLE
QU'IL EST HEUREUS CE LIEU SOVEF RECELE
FLEUR DE BEAUTE DIANE DE POITIERS »

Ah ! cher Clos-Payen ! poétique. Champ-de-l'Alouette ! je vous donne ici le .salut suprême, car j'ai peur de ne plus vous retrouver, au train dont sont les « embellissements » de Paris. Quand je repasserai au printemps prochain pour entendre le sifflement ironique des merles qui se cachent dans vos haies, les chansons égrillardes des lavandières qui se cachent derrière vos saules, — Galathées en sabots, — les chants auront cessé...

C'est par la barrière d'Italie que, le soir du 20 mars 1815, Napoléon rentrait dans Paris, au moment où Louis XVIII en sortait par la barrière de Clichy. Le 26 février, il avait quitté l’île d’Elbe avec quatre cents hommes de sa garde. Le 1er mars, il entrait dans le golfe Juan et se rendait à Cannes, puis à Grasse. Le 3, il couchait à Barême. Le 4, il dînait à Digne. Le 5, il couchait à Gap ; le 6 à Gorp, le 7 à Grenoble, le 8 à Bourgoin. De Grenoble à Lyon, marche triomphale. Le 10, à neuf heures du soir, il traversait la Guillotière presque seul, mais environné d’une population immense. Il repartait le 11, arrivait le 13 à Villefranche, franchissait au pas de course Mâcon, Tournus, Châlons. Le 15, il couchait à Autun, le 16 à Avallon, le 17 à Auxerre, le 18 à Fossard, et, le 20 mars, à quatre heures du matin, il arrivait à Fontainebleau. Ainsi, — pour parler comme le Moniteur, qui avait une injure pour tous les vaincus et un éloge pour tous les vainqueurs, quels qu’ils fussent,— ainsi s’était terminée, sans répandre une goutte de sang, sans trouver aucun obstacle, cette légitime entreprise qui rétablissait la Nation dans ses droits, dans sa gloire, et effaçait la souillure que la trahison et la présence de l’étranger avaient répandue sur la capitale ! Ainsi s’était vérifié ce passage de l’Adresse de 1’Empereur aux soldats « que l’aigle, avec les couleurs nationales, volerait de clocher en clocher jusqu’aux tours Notre-Dame ». En dix-huit jours, le brave bataillon de la garde avait franchi l’espace — compris entre le golfe Juan et Paris, — espace qu’en temps ordinaire on mettait quarante-cinq jours à parcourir ! C’était, en effet, merveilleux.

Un souvenir moins triomphal qui se rattache à la barrière de Fontainebleau, c’est le meurtre du général Bréa et l’exécution de ses meurtriers, — le dernier épisode des lugubres journées de juin 1848.

Le 25 juin, alors que l’insurrection était étouffée dans les autres quartiers de Paris, 2,500 insurgés tenaient bon encore à cette barrière, où s’élevaient de menaçantes barricades. Le général Bréa de Ludre, qui, la veille avait pris le commandement exercé par le général Damesme, mortellement blessé au Panthéon, vint les reconnaître à la tête de deux bataillons d’infanterie de ligne, de deux pièces d’artillerie et de détachements de gardes mobiles. Avant d’en venir aux mains, il voulut faire une tentative pacifique et s’avança pour parlementer vers la principale barricade, qu’il franchit, suivi du capitaine Mangin, son aide de camp, de M. Desmaretz, chef de bataillon au 24e de ligne, et de M. Gobert, chef de bataillon de la 12e légion de la garde nationale. Une demi-heure après, son aide de camp et lui étaient fusillés par les insurgés, exaspérés par une injuste soif de représailles. Quant à MM. Desmaretz et Gobert, ils étaient parvenus à s’échapper.

Six mois après, le 15 janvier 1849, vingt-quatre des insurgés de la barrière Fontainebleau étaient traduits devant le conseil de guerre de Paris, présidé par le colonel Cornemuse, pour rendre compte de l’assassinat du général Bréa et du capitaine Mangin. Le 7 février, trois d’entre eux étaient acquittés et cinq condamnés à mort : Chopart, commis libraire ; Vappereaux jeune, garçon marchand de chevaux; Noury, garnisseur de couvertures ; Lahr, maçon, et Dais, dit le Bon Pauvre, administré de Bicêtre. Ces deux derniers seuls furent exécutés, le 17 mars, au rond-point intérieur de la barrière, devant l’arbre de la liberté planté là en février 1848.

ALFRED DELVEAU - 1865
Histoire anecdotique des Barrières de Paris
Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Pour les Petits Ménages, Maisons et jardins

C'est aujourd'hui qu'on inaugure la « fondation Singer-Polignac » devant un nombreux et élégant public d'invités.
À vrai dire, ce n'est pas « tout près d'ici ». C'est à l'autre bout de Paris, à la Glacière, tout près des « fortifs » dans un quartier essentiellement populaire, où l'on vient d'achever une nouvelle église, une nouvelle paroisse, Sainte-Anne, qui succède à la chapelle Bréa. Rue de la Colonie, entre les baraques en planches d'une population inconnue et une usine ; on y arrive par la place d'Italie et la rue Bobillot. (1911)

Lire

La mort de M. Curie

Les obsèques de M. Curie ont été célébrées, hier, avec la plus grande simplicité et sans aucune cérémonie.
Dès trois heures arrivèrent à la maison mortuaire, 108, boulevard Kellermann, des professeurs de la Sorbonne et du Collège de France, ainsi que des membres de l'Institut. Tour à tour ils pénétraient dans la petite maison... (1906)

Lire

Les transformations de Paris

L'administration vient de faire déposer à la mairie 13e arrondissement le plan parcellaire des propriétés dont la cession est nécessaire en tout ou en partie pour exécuter :
1° L'élargissement à 40 mètres de la rue Mouffetard, entre le boulevard Saint-Marcel et les boulevards d'Italie et de l'Hôpital ;
2° La transformation de la place d'Italie, entre la rue Mouffetard et les boulevards de la Gare et d'Italie ;
3° L'ouverture, entre cette place et la Gentilly, d'un boulevard de 34 mètres de largeur, donnant à l'ouest le pendant du boulevard de l'Hôpital. (1867)

Lire

Logements à bon marché

Paris nous réserve toutes les surprises, et ses historiens, malgré leurs patientes recherches, n'arrivent que difficilement à nous signaler les faits bizarres, les trouvailles imprévues que les faits-divers nous révèlent chaque jour et par hasard.
On vient de découvrir qu'en plein cœur de la capitale il existe une maison habitée par une cinquantaine de locataires depuis plus de vingt ans et que cet immeuble n'a ni propriétaire ni concierge. (1896)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte