Le site

paris-treizieme.fr - A propos...

A propos de ce site

Ce site vise à évoquer le 13ème arrondissement de 1860 aux années 30 à travers des textes littéraires, des extraits d'ouvrages historiques et, le plus souvent, des articles de presse lesquels permettent de mesurer ce que fut l'état d'esprit parisien à l'égard du 13ème arrondissement pendant des dizaines d'années.

Faubourg souffrant, faubourg populaire, arrondissement excentrique ignoré et délaissé, le 13ème fut décrit comme une terre exotique dont les indigènes formaient cette classe laborieuse que l'on disait dangereuse.

Dans de nombreux romans, les seules mentions des noms de Reculettes, Butte-aux-Cailles, ou encore passage Moret suffisaient à faire frissonner le lecteur. La Cité Doré puis plus tard la Cité Jeanne d'Arc firent aussi figure de repoussoirs.

La Bièvre fait partie intégrante de ce 13ème arrondissement et a façonné son image sous l'influence excessive de J.K. Huysmans travestissant ainsi largement la réalité.

Rivière romantique à son entrée dans Paris dans les premières années du 19ème siècle, dépeinte par Balzac, cloaque infâme et putride traversant le quartier Croulebarbe dans les dernières années du même siècle, elle est néanmois définitvement inséparable du 13e.

Il s'agit donc d'évoquer et de permettre au visiteur de se plonger dans un ensemble de textes que peu d'arrondissements de Paris peuvent s'honorer d'avoir été l'objet.

A ce jour, plus d'un millier de textes ont été rassemblés sur ce site.

Ceux qui auront connu le 13ème arrondissement dans les années 50 et 60 retrouveront aisément des repères voire des souvenirs. Les autres devront faire un effort d'imagination pour percevoir dans leur environnement actuel les traces d'un monde à jamais disparu mais ces traces sont encore bien réelles.

Novembre 2020

Saviez-vous que... ?

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

*
*     *

Le 26 octobre 1874 (un lundi), la Société municipale de Secours mutuels des quartiers de la Maison-Blanche et Croulebarbe, donnait, à 2 h., au théâtre des Gobelins, un concert au profit de sa caisse de retraite.

*
*     *

La rue de la Colonie s'appella ainsi en raison de la présence d'une colonie de chiffonniers dans le secteur.

*
*     *

Le 23 novembre 1897, vers quatre heures, un employé de banque, M. Henri L…, âgé de 40 ans, habitant boulevard de Port-Royal, se présentait au commissariat de police du quartier Croulebarbe et demandait à voir le commissaire en personne.
Mis en présence de M. Yendt, le pauvre employé déclara que Dreyfus était innocent et que c'était lui-même qui avait dérobé et vendu les documents à l'Allemagne. Puis, il prononça quantité d'autres paroles incohérentes.
M. L… fut envoyé l'infirmerie spéciale du Dépôt.