Le boulevard Saint-Marcel - 1858

Les futures grandes voies du XIIIe arrondissement

Le boulevard Saint-Marcel (et le boulevard de Port-Royal)

Le Siècle — 6 juin 1858

Le système d'ensemble des grands travaux de la ville de Paris, rive gauche, touche par des points trop nombreux aux intérêts de la population et de la propriété parisiennes pour que son étude ne soit pas, pour le Siècle, l'objet d'un sérieux examen.

Nous analyserons successivement chacune des grandes lignes appelées à ajouter à la splendeur et au bien-être de la ville, et nous allons commencer ce travail par les voies qui doivent régénérer le douzième arrondissement le plus pauvre jusqu'ici et le plus délaissé.

Indépendamment des travaux en cours d'exécution, qui ont pour objet le dégagement du revers nord de la montagne Sainte Geneviève, ces quartiers de prédilection du choléra et de la fièvre typhoïde, l'administration rattache par des lignes nouvelles les points les plus reculés de l'arrondissement à la vie et à l'activité générale.

Extrait du plan Eugène_Andriveau-Goujon-1860

Les lignes nouvelles traversent, en effet, ces quartiers du sud au nord, en les reliant au centre de la ville de l'est à l'ouest, en les ouvrant à la circulation générale dans cette direction, et en les rattachant d'une part au dixième arrondissement et, de l’autre, par le pont d'Austerlitz, à la Bastille, c'est à-dire au point où viennent converger les différentes voies publiques qui traversent les quartiers les plus industriels, de Paris.

Chacune de ces voies, touchant, soit à des établissements publics ou privés, soit à des quartiers dont la transformation était une nécessité, sera pour nous l'objet d'une étude et d'une analyse spéciale.

La plus importante par les services qu’elle est appelée à rendre, aussi bien que par les longues réclamations dont elle a été l’objet, c'est le boulevard Saint-Marcel qui, prolongeant le boulevard Montparnasse à travers tout le douzième arrondissement, vient rencontrer les anciens boulevards sur la place de l'Hôpital, à Ia hauteur du chemin de fer d’Orléans, et compléter définitivement cette ligne des boulevards parisiens qui font l'admiration des étrangers.

Voici à quels points principaux touche dans son parcours - ce nouveau boulevard Saint-Marcel, dont la première pensée, disons-le en passant, remonte à 1704.

Le tracé des futurs boulevards de Port-Royal et Saint-Marcel - Extrait d'un plan de 1858

À partir du carrefour de l'Observatoire, où il se rattache au boulevard de Sébastopol, il pénètre dans le douzième arrondissement en suivant, à très peu près, la direction du boulevard Montparnasse, dont il est ainsi le prolongement. Il rencontre l'hôpital du Midi et la Maternité, auxquels il va créer des façades en remplacement des murs ignobles qui servent de clôture à ces établissements utiles. Il coupe la rue Saint-Jacques juste au point où commence le faubourg ; traverse, en l'absorbant, le chemin des Capucins ; dégage la rue de la Santé à son extrémité, et, suivant la rue des Bourguignons en longeant le mur du Val-de-Grâce, descend par une pente douce jusqu’à la rue de Lourcine. Là, il dégage la Caserne de Lourcine, traverse la rue de ce nom, absorbe la rue Cochin tout-entière, et coupe la rue Pascal à la hauteur du théâtre Saint-Marcel, qui sera démoli.

De ce point, le plus bas de la vallée de la Bièvre, le boulevard Saint-Marcel remonte vers la rue Mouffetard, en supprimant à peu près entièrement la rue Saint-Hippolyte. À son point d'intersection avec la rue Mouffetard, qui doit elle-même devenir un boulevard de quarante mètres de largeur, sa direction, qui, jusqu'alors était restée à peu près rectiligne, se brise de manière à ce que la seconde partie du boulevard, atteignant là la moitié de son développement, s'infléchit légèrement vers le fond de la vallée.

Il traverse alors la place de la Collégiale, absorbe la rue des Francs-Bourgeois, dégage les rues Scipion, des Cornes et des Fossés-Saint-Marcel, absorbe une partie de l'ancien cimetière Sainte-Catherine, aujourd'hui l’amphithéâtre de Clamart, et, prenant en écharpe le marché aux chevaux (qui sera rétabli sur les terrains voisins, probablement sur ceux.de la Salpêtrière), il débouche sur le boulevard de l’Hôpital, entre le marché aux chevaux et la rue de Poliveau.

Pour les habitants du douzième arrondissement, la création du boulevard St-Marcel qui aura 40 mètres de largeur et sera bordé de contre-allées décorées de doubles plantations, la création de cette magnifique voie sera un véritable bienfait.

Cette ligne importante reliera entre eux les chemins de fer de l'Ouest, de Lyon et d'Orléans, et la circulation générale sera, ainsi complètement pourvue de moyens.de franchir les obstacles que le douzième arrondissement opposait à tous les intérêts qui, de l'est à l'ouest de tout le Paris méridional, ont besoin d'avoir des communications directes et faciles.



Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine


Menu des articles

Vu dans la presse...

1905

Un matin à la poterne des Peupliers

Six heures et demie du matin. Le gardien de la paix Louis Roupillon, du treizième arrondissement, vient de prendre son service à la poterne des Peupliers, tout là-bas, là-bas, derrière la Butte-aux-Cailles, sous le boulevard Kellermann. (1905)

Lire

1932

Rue Cantagrel, des ateliers de nickelage gênent considérablement les voisins

Il existe rue Cantagrel, au 86, presque à l'angle de la rue de Tolbiac, des ateliers de chromage et nickelage. Le bruit et les odeurs qui en émanent sont tels qu'il est pénible d'habiter dans les parages. (1932)

Lire

1901

Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

Lire

1932

La ligne métropolitaine n° 10 doit être prolongée jusqu'à Austerlitz

En parlant, l'autre jour, du projet de prolongement de la ligne métropolitaine n° 10, actuellement arrêtée à la station Jussieu, vers la gare d'Orléans, terminus envisagé, nous notions que les organisations consultées n'avaient opposé aucune objection à l'administration préfectorale.
Le Syndicat de défense des intérêts généraux du quartier de la Gare, cependant, nous prie de déclarer qu'il a protesté contre le parcours projeté dès qu'il en a eu connaissance. Le quartier de la Gare est le seul qui n'ait point le métro. (1932)

Lire

1859

De la difficulté d’être le treizième arrondissement

Décidément, la ville de Paris n'aura pas de treizième arrondissement.
Hélas ! ce treizième arrondissement, il est partout, et on n'en veut nulle part. (1859)

Lire

1872

L’impresario des mendiants

Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles s'est installé un impresario qui cultive une spécialité plus que bizarre. Il a centralisé là toutes les monstruosités capables d'attendrir le passant. (1872)

Lire

1928

Les derniers mohicans de Paris : Avec les Algériens du boulevard de la Gare

Sous la ligne aérienne du métro dont la longue perspective s'étend à l'infini, le boulevard de la Gare monte doucement vers la place d'Italie. À droite et à gauche, des maisons basses s'alignent, coupées par de petites rues pavées, à l'angle desquelles sont nichés de ridicules et ternes jardinets. Çà et là un immeuble neuf qui usurpe des allures de building, un magasin dont l'étalage déborde le trottoir, des bars, des hôtels, des restaurants, puis encore, sur la gauche, le cube uniforme et sans fantaisie de la raffinerie Say. (1928)

Lire

1930

La mystérieuse petite ceinture : De Vincennes aux Batignolles en faisant le grand tour

Entre Belleville et la Seine, c'est la zone des sifflets désespérés. Si les « Circulaires » qui vont leur petit bonhomme de route ne s’inquiètent guère du parcours à horaires fixes, les autres trains, messageries, rapides et autres, ont sans cesse besoin de demander leur route aux distributeurs de voie libre.
Cris brefs qui courent tout au long de cette frontière illusoire de Paris, cris impatients de ceux qui ne peuvent attendre ou qui s’étonnent des disques et des feux rouges. (1930)

Lire

1906

Le métro sur la rive gauche

La nouvelle-section du Métropolitain, allant de Passy à la place d'Italie (ligne Circulaire-Sud), dont nous avons donné, il y a quelques jours, une description détaillée, a été ouverte, hier après-midi, au service public. Pendant toute la durée de l'après-midi, les voyageurs et les curieux se sont, pressés dans les diverses gares du parcours. (1906)

Lire

1885

Les travaux du 13e arrondissement

Le 13e arrondissement a déjà été l’objet de travaux importants qui ont commencé à assainir le quartier de la Butte aux Cailles. Pour compléter, il faut faire disparaître l'ancien marais de la Glacière, couvrir la Bièvre et ouvrir une communication entre la place d’Italie et la nouvelle gare de marchandises de Gentilly sur le chemin de fer de Ceinture, (1885)

Lire

1913

Un planton qui se promène cinq heures inutilement

En 1913, un groupe de gardiens de la paix du commissariat de la rue Rubens protestait, par voie de presse contre l'organisation de leur service. (1913)

Lire

1898

Le Puits de la Butte-aux-Cailles

Quelle humiliation pour cette pauvre Bièvre ! Une rivière aux eaux pures et claires vient de jaillir des profondeurs de l'écorce terrestre, dans le quartier même par lequel l'antique cours d'eau qui jadis arrêta les légions de Labiénus et qui n'est plus qu'un noir égout, pénètre dans Paris. (1898)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme