Faits divers

 Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts - 1906

Le drame de la rue de Tolbiac

La Lanterne — 29 juillet 1906

Un drame passionnel s'est déroulé dans un hôtel meublé, 178, rue de Tolbiac. À cette adresse, les époux Beaucousin exploitent depuis plusieurs années un établissement de vins et logeur, fréquenté par une clientèle de maquignons.

Le père Beaucousin servait ses clients, aidé de sa femme, âgée de 50 ans, et d'un garçon, Émile Balloche, 20 ans, à son service depuis quatre ans.

La situation de ce domestique était particulière dans la maison. Congédié à plusieurs reprises et toujours rengagé, il accompagnait souvent Mme Beaucousin et sa fille, âgée de 16 ans, dans leurs excursions du dimanche. La semaine dernière, ils étaient allés à Bicêtre, et c'est au retour que M. Beaucousin adressa quelques observations sur les privautés que se permettait Émile Balloche sur la personne de Mlle Beaucousin.

L'explication dégénéra en querelle et finalement M. Beaucousin congédia son trop entreprenant domestique.

Celui-ci resta dans l'hôtel à titre de client.

Hier matin, il appelait, dans la chambre qu'il occupait au rez-de-chaussée, la fille de ses hôtes et, à peine Mlle Beaucousin avait-elle franchi le seuil de la porte qu'il lui tira à bout portant un coup de revolver dans l'oreille.

La jeune fille tomba, la mort fut instantanée. Balloche, tournant alors son arme contre lui-même, se tira une balle dans la tête et s'effondra, agonisant, aux pieds de sa victime.

Le commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, M. Pellatan, prévenu aussitôt, arriva sur les lieux et fit demander d'urgence une voiture d'ambulance à l'hôpital Cochin. Mais la voiture arriva trop tard. Émile Balloche avait cessé de vivre.

Une foule nombreuse n'a cessé de stationner pendant toute la journée, devant la porte de l'hôtel Beaucousin. L'établissement est fermé, et sur les volets clos, on peut lire cette pancarte écrite hâtivement : « Fermé pour cause de décès ».

Nous interrogeons une voisine, Mme Barraud, qui tient un petit débit à côté de l'hôtel Beaucousin. Elle ne nous cache pas que le caractère d'Émile Balloche faisait prévoir depuis longtemps un drame de ce genre.

L'employé de M. Beaucousin était en effet vindicatif et violent.

Au commissariat, on nous a confirmé ces renseignements et dit, en outre, que le meurtrier, qui devait partir au régiment au mois de novembre, avait laissé une lettre adressée à sa sœur où il lui annonce son intention de se suicider.

La lettre se termine par ces mots :

« Adieu, j'en ai assez de la vie, je vais mourir ! »


A lire également

Le Rappel — 30 juillet 1906

Nous avons annoncé dans quelles conditions un garçon d'hôtel, Émile Baloche, s'était tué d'un coup de revolver, après avoir tué sa fiancée, Mlle Albertine Beaucousin.

L'enquête a démontré que Baloche avait prémédité son acte. En effet, il a été établi que, lundi dernier, le jeune homme s'était rendu au bureau central de la Caisse d'épargne, où il avait retiré une somme de quarante francs. Sur cette somme, le garçon d'hôtel avait disposé d'une vingtaine de francs pour l'achat du revolver dont il s'est servi et d'une boite de cartouches.

Le permis d'inhumer a été délivré dans la soirée. Les obsèques d'Albertine Beaucousin et d'Émile Baloche auront lieu dans la journée de dimanche. L'inhumation des corps sera faite au cimetière d'Ivry-Parisien.

À lire également...

Avenue des Gobelins

En jouant

1912

Deux gamins jouaient, hier, vers six heures du soir, devant une tranchée, avenue des Gobelins.

...


Esclave de sa Colère

1895

Bien que Sénèque ait dit « La colère est une courte folie », elle n'est pas toujours excusable, surtout lorsqu'elle se manifeste par des accès trop fréquents.
C'est le cas de la nommée Augustine Couffier, âgée de trente-huit ans, ménagère, demeurant rue des Malmaisons.

...


La bande de la « Saucisse »

1893

Toute une association de voleurs vient d'être capturée hier, par M. Cadoux, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche.
Ces individus, au nombre de six, quatre hommes et deux femmes, sont les auteurs des nombreux vols commis récemment dans les treizième et quatorzième arrondissements.

...


rue de Tolbiac

Le Quincailler de la rue de Tolbiac

1899

Durant une année, le ménage servit de modèle aux associations conjugales les plus régulières du quartier des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

La statue de Jeanne d'Arc située boulevard Saint-Marcel est due au sculteur Émile-François Chatrousse renommé pour être représentatif de l'art du Second Empire.

*
*     *

Le 3 octobre 1923, à 9 h30, le laboratoire municipal faisait enlever un obus de 37 en face du 88 de la rue de la Glacière.

*
*     *

En décembre 1922, la commission du vieux Paris s’intéressait à des fouilles réalisées 54 rue Brillat-Savarin à l’occasion du creusement d’un puits profond et prenait acte qu’au n°79 de cette même rue, qui correspond sensiblement au parcours d’un ancien bras de la Bièvre converti en partie en égout, on pouvait voir très en contrebas, à la cote 36,03, l’ancien sol correspondant à peu près au niveau de la rive gauche de ce bras, le sol de la rue était à cet endroit à la cote 43,73 soit une hauteur de remblai de 7m70.

L'image du jour

La mairie du XIIIe