Faits divers

 Bataille rangée - 1896

Bataille rangée

La France — 16 septembre 1896

Dernièrement, une demi-douzaine d’individus sans aveu, habitués de la barrière d’Italie, s’étaient rendus en état d’ivresse dans un débit de la place Maubert, et là ils avaient cherché querelle à des souteneurs du quartier qui, n’étant pas en nombre suffisant, durent battre en retraite.

Hier, ils se rendirent dans le treizième arrondissement au nombre de vingt environ, puis tandis que cinq des plus déterminés allaient provoquer leurs ennemis au bal de l’Alcazar d’Italie, avenue de Choisy, le reste de la troupe attendait boulevard de l’Hôpital, en se dissimulant derrière l’angle de la rue Campo-Formio.

Au moment où leurs adversaires apparurent, les souteneurs de la place Maubert surgirent tout à coup en s’écriant : « À bas le treizième ! Vive la place Maub ! » Ils exécutaient en même temps sur leurs ennemis un feu de peloton avec les revolvers dont tous étaient armés. Les individus attaqués, revenus de leur première stupeur, firent de même, et, durant près de dix minutes, ce fut de part et d’autre une mousquetterie ininterrompue.

Les passants effrayés, s'enfuyaient tandis que les commerçants fermaient promptement leurs boutiques. Plusieurs combattants étaient blessés, lorsque l’agent Noble accourut, suivi à peu de distance par plusieurs de ses collègues. À leur vue, les combattants prirent la fuite dans diverses directions, mais deux d’entre eux purent être arrêtés.

Ce sont les nommés Aristide Vauquot, dit le « Chasseur », âgé de vingt-quatre ans, demeurant rue Mouffetard, et Joseph Emann, âgé de vingt-deux ans, domicilié rue Gérard. Le premier avait reçu une balle dans la joue droite, le second était blessé à la cuisse gauche.

Une vieille femme qui passait, Mme Héloïse Merchaix, âgée de soixante-trois ans, a été également blessée à la hanche gauche.

On évalue à une soixantaine les coups de feu tirés par les belligérants. Des projectiles ont été retrouvés dans la boutique de M. T..., épicier, d’autres dans la loge du concierge du numéro 117 et dans l’atelier d’un carrossier.

Les coupables sont activement recherchés.


A lire également

Scène sanglante dans un bal Avenue de Choisy (1910)

À lire également...

Agression contre un encaisseur

1912

Un jeune homme de dix-huit ans, M. Louis Hédoux, encaisseur, demeurant rue de la Colonie, passait avant-hier soir avenue d'Italie...

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

...


Sur la Zone...

Le Crime du Petit-Ivry

1903

En franchissant les fortifications par la porte d'Ivry, le boulevard de la Zone se trouve à deux cents mètres environ du poste de l'octroi, mais pour y parvenir il convient de faire un assez long détour, abandonnant la rue de Paris pour s'engager dans la rue Barbès, une voie large et régulière regagnant extra muros l'avenue de Choisy...

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

Les travaux du pont de Tolbiac enjambant les voies de chemin de fer de la compagnie d'Orléans commencèrent le 1er avril 1893.
Le pont fut inauguré par le Président de la République M. Félix Faure, le 15 juillet 1895.

*
*     *

Une des victimes de Landru, Mme Laborde-Line, habitait 95 rue de Patay.

L'image du jour

La folie Neubourg, boulevard d'Italie (Auguste Blanqui)