Faits divers

 paris-treizieme.fr — En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

Excelsior — 14 avril 1938

Après quelques semaines de répit, les gangsters de Paris viennent de se signaler à nouveau par un attentat particulièrement audacieux contre une bijouterie du treizième arrondissement.

Hier après-midi, à 15 heures, une automobile — immatriculée 5723 - RL — occupée par plusieurs individus, s'arrêta brusquement devant le numéro 35 de l'avenue des Gobelins, à l'angle de la rue de la Reine-Blanche. Tout le rez-de-chaussée de l'immeuble situé à cette adresse est occupé par les vitrines de la bijouterie « À la Reine Blanche », dont la vitrine centrale, disposée de biais à l'angle exact des deux rues, est la plus fournie en bijoux de valeur.

Cliché paru dans le Populaire

C'est vers cet éventaire, uniquement protégé par une glace, que les occupants de la 5723 - RL se précipitèrent — à l'exception du conducteur demeuré crispé au volant — portant un cric de voiture qu'ils lancèrent à toute volée dans la vitrine, sans doute soigneusement « repérée » auparavant. Et en un clin d'œil, par le large trou étoilé creusé dans la glace, trois ou quatre paires de bras se glissèrent et glanèrent bagues, montres, pendentifs et chaînes d'or. Comment les bandits — quatre opérèrent, croit-on — réussirent-ils à s'emparer en une seconde ou deux de tout le contenu de l'éventaire et eurent le temps de regagner leur voiture sans que les passants, assez nombreux à cette heure, avenue des Gobelins, et le personnel de la bijouterie fussent revenus de leur surprise ? C'est là la meilleure preuve de l'audace et de la rapidité de ce coup de main.

C'est à peine si un témoin de l'attentat pu relever le numéro de l'auto qui s'éloignait à toute allure, Cette auto était naturellement une voiture volée le matin même par les bandits à un industriel qui a été entendu.

Le propriétaire de la bijouterie étant absent, ce n'est que ce matin qu'il pourra donner aux enquêteurs — qui ont relevé quelques empreintes — le détail exact du butin réalisé, qui se chiffre aux environs de 150.000 francs.

C'est dans les milieux de recéleurs que la police judiciaire va s'orienter.

 

À lire également...

Au bas de la pente

1911

Hier matin, à deux heures, il soufflait un vent violent. Dans sa chambre du premier étage, donnant sur la rue de l'Amiral-Mouchez, numéro 18, Mme Baugrand entendait ses enfants se plaindre du froid qui entrait par de trou d'un carreau brisé...

...


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

1939

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

...


Avenue des Gobelins

L'affaire de l'avenue des Gobelins

1901

Une bagarre a eu lieu, dans la soirée d'hier, au concert de l'Eden-d'Italie, avenue des Gobelins.

...


rue du Pot-au-Lait

Ça porte bonheur

1887

Un curieux accident est arrivé la nuit dernière à une dame C..., demeurant rue du Pot-au-Lait, 48, dans le XIIIe arrondissement.

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

La Bièvre descend des plateaux de Satory, arrose Buc, Jouy, Igny, Verrières, la Croix de Berny, Antony, Bourg-la-Reine, Arcueil,Gentilly et pénètrait dans l'enceinte fortifiée de Paris par deux ouvertures entre les bastions. Ses deux bras serpentaient ensuite dans les prés de la Glacière et enclosaient ces terrains submersibles qui étaient autrefois le seul skating ring des Parisiens.

*
*     *

Le 21 juillet 1874, il faisait 35° dans le Treizième arrondissement. Des feux de broussailles se déclarèrent rue du Château des Rentiers et avenue d'Ivry, obligeant les habitants du quartier à intervenir à grands renforts de seaux d'eau.

*
*     *

C’est en juillet 1938 que fut posée, par le Ministre Jean Zay, la première pierre du stadium universitaire qui allait prendre place à l’angle du boulevard Kellermann et de la porte de Gentilly et auquel le nom de Sébastien Charletty (1867-1945) à l'origine de la Cité Universitaire de Paris, fut donné.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy