Dans la presse...

 La passerelle de la Maison-Blanche -1907

La passerelle de la Maison-Blanche

Inauguration officielle — Visite et discours— Une jolie fête locale

Le Radical ― 24 juin 1907

C'est au milieu d'une foule énorme qu'a eu lieu, hier après-midi, sur la place de Rungis, l'inauguration de la passerelle métallique qui relie maintenant le quartier de Cacheux à la rue Bobillot, dans le treizième arrondissement.

La passerelle vue de la place de Rungis

Les habitants avaient bien fait les choses : toutes les fenêtres étaient pavoisées de drapeaux et de guirlandes tricolores. Une élégante estrade, fort joliment décorée, occupait le milieu de la place et deux musiques de l'arrondissement, l'Harmonie et la Symphonie, jouaient alternativement d'entraînants morceaux.

M. Hénaffe, vice-président du Conseil municipal, présidait la cérémonie.

Près de lui, se trouvaient : MM. Henri Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche ; Buisson, député ; Expert-Bezançon, maire, et Brickert, adjoint ; Bernard, secrétaire général de la préfecture de la Seine ; Yves Durand, directeur du cabinet de M. Lépine ; Bourdon, président du comité d'organisation ; de Pontieh. directeur des travaux de la Ville ; Bonux, ingénieur en chef ; Hesnault, ingénieur de l'arrondissement, et les membres du comité radical-socialiste de la Maison-Blanche.

Après la visite de la passerelle, légère et élégante, des discours longuement applaudis ont été prononcés, par MM. Hénaffe, Bernard et Henri Rousselle. Ce dernier, en termes chaleureux et vibrants, a remercié les républicains du quartier de leur initiative et les a assuré de l'appui du Conseil municipal dans tout ce qui concerne les améliorations contribuant à rembellisement de Paris.

Une charmante fête locale, extrêmement animée en dépit du temps maussade, a terminé la journée.


A lire également

La passerelle de la Maison-Blanche : Inauguration prochaine

Dans la presse...


Renseignement bien donné, circulation améliorée

Les boulevards qui font le tour de Paris ont été aménagés, élargis. De nombreux passages souterrains leur permettent d'éviter le croisement avec les routes nationales lorsqu'elles pénètrent dans la capitale. (1938)

Lire la suite


Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

...


La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

...


La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

Les locataires n'étaient pas plutôt dans la rue que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.
Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront. (1927)

...


Dans le passage Moret où règne la misère

Que l'on démolisse les taudis, nids à tuberculose qui pullulent dans la « Ville-Lumière », nous n'y trouverons rien redire, au contraire ! Mais que sous prétexte d'assainissement, comme cela s'est produit passage Moret, on expulse, en 21 jours, au profit d'un garage, des malheureux que l’on a finalement « logés » dans des taudis sans nom, c'est un véritable scandale ! (1927)

...

Saviez-vous que... ?

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

*
*     *

Le Rassemblement National Populaire, parti fasciste créé par Marcel Déat en 1941 avait son siège dans une boutique du 14 boulevard Auguste Blanqui. Ce local servait aussi de siège à la Légion des Volontaires contre le communisme.

*
*     *

Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

*
*     *

C'est en 1868 que la rue de la Barrière-des-Gobelins prit la dénomination de rue Fagon, premier médecin de Louis XIV, directeur du Jardin-du-Roi, mort en 1718.

L'image du jour

La folie Neubourg, boulevard d'Italie (Auguste Blanqui)