Faits divers

 Place Pinel, un modèle tombe dans un guet-apens

Drame mystérieux

Place Pinel, un modèle tombe dans un guet-apens

C'est par deux femmes que fut attaquée Mlle Buisine. — Après que l'une l'eût aveuglée avec du poivre, l'autre la poignarda

Le Petit Parisien — 20 septembre 1911

La place Pinel, voisine du boulevard de la Gare, dans le treizième arrondissement, a été le théâtre hier soir d'une tentative d'assassinat, encore entourée de mystère.

Il était un peu plus de neuf heures et demie, lorsqu'un taxi-auto déboucha de la rue Esquirol et s'arrêta sur la place. Deux jeunes femmes, vêtues avec une certaine élégance, en descendirent.

La place Pinel

Celle qui semblait la plus âgée, une grande blonde, paya le chauffeur. L'autre tandis que I’auto s'éloignait, gagna l'angle de la rue Pinel, où sa compagne alla bientôt la rejoindre. Elles se concertèrent un instant et se séparèrent: La première alla se poster à l'une des extrémités de la place ; sa compagne demeura au coin où elle s'était arrêtée tout d’abord.

Peu après, une troisième femme passa Elle traversait la place Pinel, se dirigeant vers Le boulevard de la Gare, lorsque la grande blonde s'élança sur elle et lui jeta au visage une poignée de poivre en poudre.

La malheureuse poussa un cri et tenta de fuir, mais, littéralement aveuglée elle ne put aller bien loin...

Rejointe aussitôt par la compagne de celle qui l'avait attaquée tout d'abord, elle tomba bientôt, frappée en pleine poitrine de deux coups de stylet.

Un ouvrier mécanicien de M. Benoist demeurant rue du Gaz, oui avait assisté de loin il cette scène dramatique, alla prévenir les agents.

L'état de la blessée, transportée dans une pharmacie, fut jugé grave. Elle portait de profondes blessures au-dessous du sein gauche. On la conduisit à l'hôpital Cochin.

M. Yendt, commissaire du quartier Croulebarbe, ouvrit une enquête. La victime une jeune femme de vingt et un ans, Mlle Alice Buisine, posait à l'école des Beaux-Arts. Elle habitait chez sa mère, 28, rue Watteau.

Longtemps, elle avait fréquenté les établissements du quartier Latin mais, il y a quelques mois, dégoûtée de la vie galante, elle avait adopté une existence plus régulière.

Interrogée par le magistrat, Mlle Buisine lui a déclaré qu'elle n'avait pu reconnaître les femmes qui l'avaient attaquée. Elle avait tout lieu de croire, ajouta-t-elle, que celles- ci avaient agi pour le compte d'une de ses anciennes rivales qu'elle a refusé de nommer.

Le service de la sûreté, informé, a été chargé d'éclaircir cette affaire.


A lire également

Une bagarre Place Pinel - 1899


Dans Le Matin, le lendemain...

Louise Buisine, qui fut attaquée, l'avant-dernière nuit, place Pinel, par une inconnue, a été interrogée hier par M. Yendt, commissaire de police. La jeune femme, qui n'a d'ailleurs été blessée que très légèrement, a déclaré ne pas connaître son agresseur et a refusé de porter plainte.

Le Matin — 21 septembre 1911

À lire également...

Cité Jeanne d'Arc

L'ivrogne qui avait blessé sa voisine est arrêté

1935

Après une nuit d'anxiété, les locataires de la cité Jeanne-d'Arc ont appris avec soulagement l'arrestation d'Henri O..., qui avait blessé sa voisine d'un coup de couteau à la gorge.

...


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide

1936

Il semble que seule la neurasthénie ait poussé Paul Seguin, quarante-neuf ans, commis boucher, vouloir tuer sa femme pour se loger ensuite une balle dans la tête.

...


La guerre à propos d’œufs de Pâques

1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde.

...


rue Damesme

Une famille empoisonnée à la Maison Blanche

1907

Au delà de la place d’Italie, au bout du quartier de la Maison-Blanche, s’étendent de vastes terrains où toute une peuplade de pauvres gens se sont établis. Vraie cité de misère, les masures de ces déshérités se dressent bâties de débris de toutes sortes parmi de maigres jardinets encombrés de détritus.

...

Saviez-vous que... ?

Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la nouvelle rue située entre la place de Rungis et la place du Nouveau Puits-Artésien, de la Butte-aux-Cailles, prendrait le nom de rue du sergent Bobillot.

*
*     *

Le rue Esquirol s'appela Grande-Rue-d'Austerlitz. Son nom actuel lui fut donné en 1864 en souvenir de Dominique Esquirol, médecin aliéniste (1773-1840).

*
*     *

Lorsque fut conçu le projet de doter le quartier Maison Blanche d'une nouvelle église, il était prévu que celle-ci soit construite rue Damesme en face des écoles communales et qu'une rue la relie directement à la place Paul Verlaine.

L'image du jour

Ligne n°2 Sud

A son ouverture, la ligne 2 sud empruntait la boucle construite sous la place d'Italie et filait vers le boulevard de l'Hôpital sur les voies de la future ligne 5. Elle demeura comme ligne 5 Gare du Nord - Etoile par place d'Italie jusqu'en 1942. Le tronçon franchissant la Seine et rejoignant Nation n'a été ouvert qu'à la fin des années 1900 et fut exploité comme ligne 6. Elle devint Nation - Etoile en 1942 également.