Faits divers

 La bande des Gobelins (1887)

La bande des Gobelins

La Justice — 10 janvier 1887

Depuis quelque temps, une association de malfaiteurs jetait la terreur dans le quartier des Gobelins.

À plusieurs reprises, des plaintes avalent été déposées chez M. Perruche, commissaire de police, par des victimes d'attaques nocturnes.

Avant-hier soir, la même bande se signalait par de nouveaux exploits.

Entre onze heures et minuit, M. P..., qui cheminait paisiblement sur le boulevard du Port-Royal, fut tout à coup assailli par quatre malandrins qui le jetèrent sur le trottoir, le bâillonnèrent avec un foulard pour l'empêcher de crier, et, après l'avoir roué de coups, lui volèrent sa montre en or et son porte-monnaie contenant une somme assez importante.

Le boulevard Saint-Marcel à l'angle de la rue du Jura

Ce premier vol accompli, les malfaiteurs se sauvèrent par la rue du Jura, où ils rencontrèrent un ouvrier mégissier, nomme S... . Ils se jetèrent également sur lui, et pendant que deux de ces hardis malfaiteurs le tenaient par las bras et lui comprimaient violemment la bouche avec les mains, les deux autres lui enlevaient son porte-monnaie contenant 60 francs, plus deux litres de rhum, que le malheureux ouvrier rapportait chez lui.

La rue du Jura vue du boulevard Saint-Marcel

Les quatre agresseurs ne s'en tinrent pas là. Remontant le boulevard de l’Hôpital, ils s’en prirent à M. B…, commerçant du quartier, qui rentrait à son domicile ses affaires terminées, la terrassèrent et le dépouillèrent.

Un peu plus sur le même boulevard, les mêmes malfaiteurs se jetaient sur un ouvrier resté inconnu et lui volaient sa montre en argent et sa bourse en cuir contenant une somme relativement assez forte.

Enfin, toujours en descendant le boulevard de l'Hôpital, les bandits voulurent faire à trois personnes qui se promenaient de compagnie, le même parti qu'à leurs précédentes victimes. Mais mal leur en prit : c'était une ronde d'agents en bourgeois.

Les gardiens de la paix entamèrent une lutte acharnée, et l'un d'eux tira un coup de revolver en l'air pour appeler des collègues à leurs secours. Des gardiens de la paix en uniforme accoururent aussitôt sur le théâtre de la lutte et prêtèrent main forte aux agents pour procéder à l'arrestation de leurs adversaires.

Les malfaiteurs furent conduits chez M, Perruche, commissaire de police, qui procéda à leur interrogatoire.

Ils ont déclaré se nommer R…, 33 ans ; T..., 19 ans ; F..., 20 ans ; V..., 17 ans et demi, tous quatre sans domicile et sans moyens d'existence avouables.

Ils ont été immédiatement dirigés sur le Dépôt.

 

À lire également...

Avenue des Gobelins

En jouant

1912

Deux gamins jouaient, hier, vers six heures du soir, devant une tranchée, avenue des Gobelins.

...


Le drame de la rue Jenner n°6

1893

Des cris déchirants, partant d'un logement du deuxième étage, mettaient eu émoi, hier, vers deux heures de, l'après-midi, les locataires de la maison portant le numéro 6 de la rue Jenner.

...


Sur la Zone...

Le Crime du Petit-Ivry

1903

En franchissant les fortifications par la porte d'Ivry, le boulevard de la Zone se trouve à deux cents mètres environ du poste de l'octroi, mais pour y parvenir il convient de faire un assez long détour, abandonnant la rue de Paris pour s'engager dans la rue Barbès, une voie large et régulière regagnant extra muros l'avenue de Choisy...

...


rue Damesme

Une famille empoisonnée à la Maison Blanche

1907

Au delà de la place d’Italie, au bout du quartier de la Maison-Blanche, s’étendent de vastes terrains où toute une peuplade de pauvres gens se sont établis. Vraie cité de misère, les masures de ces déshérités se dressent bâties de débris de toutes sortes parmi de maigres jardinets encombrés de détritus.

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

Le Rassemblement National Populaire, parti fasciste créé par Marcel Déat en 1941 avait son siège dans une boutique du 14 boulevard Auguste Blanqui. Ce local servait aussi de siège à la Légion des Volontaires contre le communisme.

*
*     *

La rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, fut appelée initialement rue du Transit lorsque son ouverture fut projetée.

*
*     *

C’est en juillet 1938 que fut posée, par le Ministre Jean Zay, la première pierre du stadium universitaire qui allait prendre place à l’angle du boulevard Kellermann et de la porte de Gentilly et auquel le nom de Sébastien Charletty (1867-1945) à l'origine de la Cité Universitaire de Paris, fut donné.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy