Faits divers

 Des bandits qui réclament des étrennes - 1914

Des bandits qui réclament des étrennes

Le Petit-Journal — 2 janvier 1914

En regagnant leur domicile, boulevard Arago, la nuit dernière, M. et Mme Edouard Renaldo, sujets espagnols, étaient interpellés, à l'angle du boulevard Auguste-Blanqui et de la rue Vulpian, par deux individus à mine patibulaire et une jeune femme.

La rue Vulpian en direction du boulevard Auguste Blanqui

— Donne-nous de l'argent pour aller trinquer à ta santé ! dit l'un des sinistres personnages en s'adressant à M. Renaldo. Il nous faut nos étrennes.

Le couple s'éloigna sans répondre.

Un des inconnus se précipita alors sur M. Renaldo et lui plongea un couteau entre les deux épaules.

Terrifiée, Mme Renaldo appela au secours. Des agents accoururent, mais trop tard, pour mettre la main sur les bandits et leur compagne qui s'étaient enfuis.

M. Renaldo, bien que gravement atteint, a demandé à être ramené à son domicile. L'émotion de Mme Renaldo a été si grande qu'elle a dû s'aliter en rentrant chez elle.

À lire également...

Les étrangleurs des Gobelins

1895

C'est sous cette sinistre appellation qu'on désignait dans; le treizième arrondissement; la redoutable bande de malfaiteurs qui, la nuit venue, se répandaient dans les divers quartiers de cet arrondissement...

...


Un duel à l'américaine

1895

Une scène qui rappelle les mœurs américaines s'est déroulée hier, rue du Château-des-Rentiers, non Ioin du bureau de M. Bolot, commissaire de police, dans les circonstances suivantes ...

...


Le mystère du boulevard Masséna

1894

Celui-ci leur dit qu'en effet, la veille au soir, vers 9 heures 1/2, une dame, répondant au signalement donné, lui avait demandé son chemin pour aller boulevard Masséna, numéro 15, mais qu'il ne l'avait plus revue. Ces messieurs suivirent le boulevard Masséna, où ils cherchèrent en vain le numéro 15, qui n'existe pas.

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

Les batiments anciens de la gare d'Austerlitz ont été construits en 1867 sous la direction de l'architecte Renault.

*
*     *

Le boulevard Arago, le boulevard de Port-Royal et le boulevard Saint-Marcel furent inaugurés le 15 aout 1868. Il en fut de même du boulevard Mouffetard qui n'avait pas encore pris le nom d'avenue des Gobelins.

*
*     *

La rue Giffard est l'ancien chemin de ronde de la Gare. Cette voie reçut son nom actuel en 1884.

L'image du jour

Le regretté bassin et son jet d'eau du square de la place d'Italie