Faits divers

 Le Drame de la rue Auguste-Lançon

Le Drame de la rue Auguste-Lançon

Le Petit Parisien — 25 mars 1897

Une tentative d'assassinat avec préméditation a été commise hier soir, rue Auguste-Lançon, dans le quartier de la Maison Blanche. Un nommé Albert Villey, âgé de vingt-cinq ans, a lardé de coups de couteau un cordonnier, M. Charles Sander, âgé de trente-cinq ans.

C'est la vengeance qui a provoqué ce drame, dont voici les détails.

Le janvier dernier, Villey cherchait querelle à M. Sander en sortant d'un débit de la place d'Italie.

Le cordonnier, paraît-il, avait entamé une liaison avec une nommée Louise C... que Villey poursuivait depuis longtemps de ses assiduités.

La dispute dégénéra en rixe. M. Sander fut si maltraité par le jaloux que celui-ci, arrêté puis envoyé au Dépôt, était condamné, quinze jours plus tard, à deux mois de prison, pour coups et blessures volontaires.

— Je me vengerai, avait dit le gredin à plusieurs reprises, quand on l'arrêta et après sa condamnation.

Hier après-midi, on vit Villey, sorti de prison, en compagnie de plusieurs drôles de son espèce, parcourir les débits du quartier. Il ne tarda pas à être dans un état de surexcitation très accusé. Quand il quitta ses compagnons, vers sept heures, il se rendit directement rue Auguste-Lançon, où M. Sander occupe le rez-de-chaussée d'une masure construite en planches et en carreaux de plâtre. Le cordonnier se disposait à prendre son repas du soir lorsque Villey heurta violemment à la porte en s'écriant :

— C'est moi, canaille ! j'avais dis que tu ne perdrais rien pour attendre Sors donc que je te règle ton compte si tu n'es pas un lâche !

M. Sander, cela va sans dire, se garda bien de répondre à une pareille invitation.

Villey, absolument furieux, enfonça alors la porte d’un coup d'épaule et pénétra chez le cordonnier en brandissant un long couteau-poignard.

Une lutte terrible s'engagea alors entre les deux adversaires.

M. Sander, en voyant briller l'arme, tenta de saisir le bras de Villey ; tout en luttant, il cria : « Au secours ! A l'assassin ! »

Mais avant que ses cris eussent attiré les voisins, Villey le renversa il demi sur une table et lui porta sept coups de couteau qui l'atteignirent à la tête, au cou, et au-dessus des deux clavicules. L'assassin levait de nouveau le bras, quand plusieurs personnes et des gardiens de la paix firent irruption dans la masure.

Ils désarmèrent le forcené après une lutte désespérée.

M. Rémongin, commissaire de police, l'a, après interrogatoire, fait écrouer au Dépôt.

La victime, qui a refusé énergiquement d'être transportée à l'hôpital, est soignée à son domicile par le docteur Gresset, qui n’a pu se prononcer encore sur la gravité de son état.


A lire également

Eclairez S.V.P. (la rue Auguste Lançon) - 1900

À lire également...

Avenue d'Ivry

Le cochon en ribotte

1897

Un marchand de couleurs de l'avenue d'Ivry fut réveillé l'autre soir par un bruit insolite qui semblait partir des caves de la maison.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le drame de la rue du Tage

1903

Un drame qui a causé une profonde émotion dans le quartier de la Maison-Blanche s'est déroulé, hier soir à dix heures, dans l'immeuble portant le numéro 8 de la rue du Tage

...


Un rôti de chien enragé

1873

On sait peut-être que la cité Doré, près de l’ancienne barrière des Deux-Moulins, est un quartier composé de cahutes singulières, habitées par des chiffonniers. Quartier modèle s'il en fut... Sa population tient à ce que tout s'y passe pour le mieux, à ce que rien ne vienne entacher la réputation d'esprit pacifique...

...


rue de Tolbiac

Le Quincailler de la rue de Tolbiac

1899

Durant une année, le ménage servit de modèle aux associations conjugales les plus régulières du quartier des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

*
*     *

C'est le 25 mai 1827 que Honoré-François Ulbach tua de plusieurs coups de couteau Aimée Millot, la bergère d'Ivry.

*
*     *

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le raccordement du boulevard Kellermann aux rues Damesme et du Moulin-de-la-Pointe par des rampes à pente douce et par un escalier vers la vallée de la Bièvre fut décidé en 1882 en même temps que l'on décida de porter sa largeur au cabarit standart de 40 mètres.

L'image du jour

Boulevard de l'Hôpital - A gauche, une des entrées du marché aux chevaux