Faits divers

 Le Drame de la rue Auguste-Lançon

Le Drame de la rue Auguste-Lançon

Le Petit Parisien — 25 mars 1897

Une tentative d'assassinat avec préméditation a été commise hier soir, rue Auguste-Lançon, dans le quartier de la Maison Blanche. Un nommé Albert Villey, âgé de vingt-cinq ans, a lardé de coups de couteau un cordonnier, M. Charles Sander, âgé de trente-cinq ans.

C'est la vengeance qui a provoqué ce drame, dont voici les détails.

Le janvier dernier, Villey cherchait querelle à M. Sander en sortant d'un débit de la place d'Italie.

Le cordonnier, paraît-il, avait entamé une liaison avec une nommée Louise C... que Villey poursuivait depuis longtemps de ses assiduités.

La dispute dégénéra en rixe. M. Sander fut si maltraité par le jaloux que celui-ci, arrêté puis envoyé au Dépôt, était condamné, quinze jours plus tard, à deux mois de prison, pour coups et blessures volontaires.

— Je me vengerai, avait dit le gredin à plusieurs reprises, quand on l'arrêta et après sa condamnation.

Hier après-midi, on vit Villey, sorti de prison, en compagnie de plusieurs drôles de son espèce, parcourir les débits du quartier. Il ne tarda pas à être dans un état de surexcitation très accusé. Quand il quitta ses compagnons, vers sept heures, il se rendit directement rue Auguste-Lançon, où M. Sander occupe le rez-de-chaussée d'une masure construite en planches et en carreaux de plâtre. Le cordonnier se disposait à prendre son repas du soir lorsque Villey heurta violemment à la porte en s'écriant :

— C'est moi, canaille ! j'avais dis que tu ne perdrais rien pour attendre Sors donc que je te règle ton compte si tu n'es pas un lâche !

M. Sander, cela va sans dire, se garda bien de répondre à une pareille invitation.

Villey, absolument furieux, enfonça alors la porte d’un coup d'épaule et pénétra chez le cordonnier en brandissant un long couteau-poignard.

Une lutte terrible s'engagea alors entre les deux adversaires.

M. Sander, en voyant briller l'arme, tenta de saisir le bras de Villey ; tout en luttant, il cria : « Au secours ! A l'assassin ! »

Mais avant que ses cris eussent attiré les voisins, Villey le renversa il demi sur une table et lui porta sept coups de couteau qui l'atteignirent à la tête, au cou, et au-dessus des deux clavicules. L'assassin levait de nouveau le bras, quand plusieurs personnes et des gardiens de la paix firent irruption dans la masure.

Ils désarmèrent le forcené après une lutte désespérée.

M. Rémongin, commissaire de police, l'a, après interrogatoire, fait écrouer au Dépôt.

La victime, qui a refusé énergiquement d'être transportée à l'hôpital, est soignée à son domicile par le docteur Gresset, qui n’a pu se prononcer encore sur la gravité de son état.


A lire également

Eclairez S.V.P. (la rue Auguste Lançon) - 1900

À lire également...

Quartier Croulebarbe

Une mère tue sa fillette et tente de se suicider

1912

Un drame navrant, stupide, cruel, a douloureusement ému, hier, le quartier Croulebarbe. Dans la paisible rue de la Reine-Blanche vivait, depuis dix mois, au numéro 28, la famille Vaissair, composée du père, de la mère, et d'une fillette de trois ans.

...


Un duel à l'américaine

1895

Une scène qui rappelle les mœurs américaines s'est déroulée hier, rue du Château-des-Rentiers, non Ioin du bureau de M. Bolot, commissaire de police, dans les circonstances suivantes ...

...


Place Pinel

Pour guérir sa femme du mal de tête, un ivrogne lui fend le crâne à coup de hache

1935

Dans un petit café de la place Pinel, un terrassier, Louis Pruvost, dit « Petit-Louis » s'approchait hier soir du comptoir de zinc. Il commanda un verre de gros vin rouge et se tournant, tout à coup, vers une de ses connaissances, M. Rajot, il lui dit en le regardant dans les yeux :
— Ma femme est guérie de ses maux de tête, je viens de lui ouvrir le crâne avec ma hache ! Ces femmes, ajoutait-il, ont tous les jours un mal nouveau qui les prend.

...


rue de la Glacière

Le drame de la Glacière

1893

L'émotion causée dans la rue de la Glacière, par ce terrible drame que nous avons raconté hier dans tous ses détails, ne s'est pas encore ralentie.

...

Saviez-vous que... ?

Henri Victor Yendt, commissaire de police de la ville de Paris, chargé des quartiers de la Salpêtrière et Croulebarbe, officier de Police Judiciaire, prit ses fonctions en 1897.

*
*     *

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

L'image du jour

La rue de la Butte-aux-Cailles vue en direction de la rue Bobillot.