Dans la presse...

 rue Auguste Lançon - Éclairez S.V.P.

Éclairez S.V.P.

Paris — 3 décembre 1900
La rue Auguste-Lançon vue de la Butte aux Cailles
Paul Léon Felix Schmitt, 1898
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet - Histoire de Paris

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait !

Un exemple d'éclairage Levant

A l'heure actuelle une rue traverse les terrains vagues avoisinant la gare de la Glacière. Mais, ce n’est pas suffisant d'avoir ouvert une rue, il faudrait encore la rendre praticable en l’éclairant.

Rien, pas même l'Éclairage Levant n'indique qu’un ravin de quatre ou cinq mètres de profondeur existe de chaque côté, à l’endroit où cette voie coupe la rue Brillat-Savarin.

De plus, dans ce quartier, où les joueurs de couteau sont moins rares que les agents, il est indispensable d’éclairer cette rue pour que des ouvriers partant matin et rentrant tard puissent passer en sécurité.

Au début du 20e siècle, de nombreuses rues de Paris ne bénéficiaient pas de l'éclairage au gaz et encore moins de l'éclairage à l'électricité. S'agissant de l'Eclairage Levant, dès que la nuit arrivait, un employé de la Société d’Éclairage Levant (dont le siège était à Paris, rue de Dunkerque, n° 59) venait descendre les lanternes, les allumait et les remontait à la hauteur réglementaire.
Dans une de ses chroniques "La vie drôle", Alphonse Allais mentionnait que l'éclairage Levant était ainsi nommé parce que la moindre brise suffisait à son extinction.


A lire également

Le drame de la rue Auguste-Lançon

Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas. (1904)

...


Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

...


Une visite à la Manufacture des Gobelins

Nous avons visité les Gobelins à onze heures. C'est le moment le plus propice pour recueillir une impression personnelle. À cette heure matinale, en effet, la foule des touristes n'a pas accès dans la manufacture ; le travail bat son plein dans la cité, et le chantier et l'atelier présentent leur physionomie réelle que n'a pas encore altérée la fatigue d'une demi-journée de labeur. (1900)

...


Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Les batiments anciens de la gare d'Austerlitz ont été construits en 1867 sous la direction de l'architecte Renault.

*
*     *

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

La rue Fagon est l’ancienne rue de la Barrière des Gobelins. Elle a reçu son nom par arrêté du Préfet de la Seine en date du 26 février 1867. Guy-Crescent Fagon, né le 11 mai 1638 à Paris, où il est mort le 11 mars 1718, fut le premier médecin du roi de 1693 à la mort de Louis XIV. Il développa le Jardin royal des plantes médicinales ou « Jardin du roi », futur Jardin des Plantes.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.