Faits divers

 Deux odieux trafiquants travaillaient pour les bouges de Buenos-Ayres - 1933

Deux odieux trafiquants travaillaient pour les bouges de Buenos-Ayres

Paris-Soir — 29 avril 1933

À la suite de nombreuses plaintes déposées dans divers commissariats, et notamment au commissariat de la Maison-Blanche, le brigadier Fulminet et l'inspecteur Robaglia ont mis fin aux agissements de deux individus qui dirigeaient de malheureuses filles vers les bouges de l'Amérique du Sud.

Le premier, Marcel Richard, né le 17 novembre 1901, à Jœuf (Meurthe-et-Moselle), titulaire de plusieurs condamnations, a été arrêté dans un bal de la place des Alpes, où il cherchait souvent ses victimes.

Le second, Albert Marc, 28 ans, dit Bouboule, issu d'une bonne famille, se donnait les aspects d'un honnête commerçant, marchand de pommes de terre en gros. Marc, qui n'a jamais été condamné, a été arrêté dans son appartement, rue de Villejuif.

Interrogés, ces deux hommes toujours très élégamment vêtus, recherchaient les dactylographes ou les femmes de chambre sans travail et leur promettaient un emploi rémunérateur. Celles qui acceptaient leurs propositions étaient dirigées vers la province d'où, après un court séjour, elles prenaient, munies de passeports réguliers, le chemin de Buenos-Ayres, ou des îles Canaries.

La place des Alpes

Saviez-vous que ...

Selon Le Petit Parisien du 24 juin 1923, qui rappelait qu'entre le pont National et le pont de Bercy, deux voies seulement sont ouvertes : la rue Watt et la rue de Tolbiac; il était question de réaliser un projet qui supprimerait la rue Watt. La mesure a soulevé dans le quartier une assez vive émotion : un comité de défense s'est constitué dont le président a fait une démarche auprès du préfet de la Seine.

L'image du jour

La caserne Lourcine, boulevard de Port-Royal

Ailleurs sur Paris-Treizieme