Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — L’agrandissement de la gare d’Orléans (1864)

L’agrandissement de la gare d’Orléans

Le Siècle — 6 novembre 1864

Les démolitions occasionnées par le projet d'agrandissement de la gare d’Orléans sont commencées depuis quinze jours, et la plupart des immeubles compris entre la place Walhubert, le boulevard de l'Hôpital, le quai d'Austerlitz et les rues Papin et de la Gare sont attaqués par la pioche et le cric. Au nombre de ces immeubles figure la prison de la garde nationale, vulgo hôtel des Haricots, qui sera remplacée par une autre maison d'arrêt en voie de construction rue de Boulainvilliers (16e arrondissement).

Détail du plan Andriveau-Goujon

Dans le périmètre des constructions condamnées à disparaître, s'élève aussi la pompe à feu dite d'Austerlitz, mais qui sera probablement conservée par la compagnie d'Orléans pour son usage propre. Cette pompe, qui fournit de 35 à 45 pouces d'eau, a été construite en 1848 pour alimenter les chemins de fer d'Orléans et de Lyon, l'abattoir de Villejuif et l'hospice de la Salpêtrière. Dans la prévision de ce qui arrive aujourd'hui et aussi pour répondre aux exigences de l'annexion, elle a été remplacée par une autre pompe de force plus grande et qu'on a bâtie un peu plus en amont sur la même rive.

La compagnie d'Orléans s'alimentant elle-même par la petite pompe de 1848, celle de la ville se trouvera bientôt exonérée de deux fournitures considérables, puisque la compagnie de Lyon se fait construire une machine d'alimentation à l'extrémité de sa gare aux marchandises, comme nous l'avons dit il y a quelque temps.

Par la suppression des rues Papin, Jouffroy et d'une partie de la rue de la Gare, ce point de Paris va changer de physionomie pour la deuxième fois depuis soixante ans. En effet, dans les premières années de notre siècle, l'emplacement de la gare d'Orléans et des rues qui y confinent faisait partie du pré de l'Hôpital que traversait, à ciel ouvert, la rivière des Gobelins jusqu'à son confluent dans la Seine. Cette rivière dont les ondes étaient un peu plus limpides qu'aujourd'hui, formait, à la place des cours et bâtiments de la gare, deux petites îles dans l'une desquelles était un moulin à scier les pierres : le confluent de la Bièvre était franchi par un pont de bois qui reliait les deux parties coupées de la berge.

En 1802, quand on commença à construire le pont qu'on devait plus tard nommer pont d'Austerlitz, la Bièvre fut emprisonnée dans un canal unique et couvert, de sorte que les deux îles disparurent.

En 1825, l'administration des hospices fut autorisée à ouvrir plusieurs rues dans le pré de l'Hôpital, mais cette ordonnance resta sans exécution. Enfin, en 1829, parut une seconde ordonnance, qui n'était qu'une sorte de duplicata de la première, et qui fut immédiatement mise à exécution. C'est alors que furent percées les rues de la Gare, Jouffroy, Papin, Watt et Fulton ; mais ces quartiers, trop excentriques à l'époque, furent lents à se construire. Ce n'est que vers 1843, lorsque le chemin de fer d'Orléans fut en pleine exploitation, que des cafés, des établissements de restaurateurs et des hôtels commencèrent à s'y montrer ; tous ces immeubles auront donc existé à peine vingt ans. À Paris, on le voit, les maisons vivent peu.

D'après les exigences de la nouvelle gare d'Orléans, sa rue latérale sera divisée et forme ra une voie oblique qui, parlant du boulevard de la Gare, débouchera sur le quai d'Austerlitz, près la rue Papin ; tout ce qui s'étend entre ce dernier point et la place Walhubert, sera annexé aux terrains de la compagnie.

Les nouveaux bâtiments d'exploitation seront construits de telle sorte, que la cour des départs s'ouvrira en bordure du quai d'Austerlitz, et celle d'arrivée, sur une espèce d'impasse ménagée au sud. Les salles d'attente et celles de l'arrivée s'ouvriront directement sur les quais d'embarquement et de débarquement.

Quant aux bâtiments d'administration, ils s'aligneront, partie sur le quai d'Austerlitz, partie sur le boulevard de l'Hôpital, et leur façade principale sera dans la section de cercle décrite par l'extrémité orientale de la place Walhubert.

La gare d'Orléans en 1868 (gravure parue dans L'Univers illustré)


Dans la presse...


Les habitants du passage Barrault demandent des égouts

Arrêtez-vous visiter l’impasse Prévost et le passage du même nom, la rue Palmyre... Poussez jusqu’au passage Barrault... Les mêmes maisons lépreuses où le jour ne pénètre guère... Sur les pavés disjoints, les moineaux cherchent leur pitance... Des gamins jouent dans les ruisseaux où croupit une eau savonneuse.... (1928)

Lire la suite


Rapport présenté par M. Rousselle sur l'amélioration de diverses voies dans le quartier de la Maison-Blanche

Un plan ayant pour but l'assainissement général du quartier de la Glacière et de la Bièvre et le dessèchement des marais qui rendent cette région à peu près inhabitable... (1881)

...


Deux inaugurations

Les quartiers de la Gare, de la Maison-Blanche et de Croulebarbe ont été, hier, eu liesse à l'occasion de la visite du Président de la République. M. Félix Faure a présidé à la double inauguration du nouveau pont de Tolbiac et de la Crèche-Dispensaire de la Maison-Blanche. (1895)

...


Ici, demain, le grand Paris

On bâtit dans le quatorzième mais dans le treizième laisse pousser l'herbe (1930)

...


Splendeur et misère des Gobelins

Quand on visite les Gobelins, on ne peut s'éviter de remarquer l'état singulièrement délabré du célèbre établissement.
C'est qu'en effet il saute aux yeux, et je ne sais pas de spectacle plus affligeant que l'apparente ruine de ce qui demeure, après plus de trois siècles, une des vraies gloires de la France. (1894)

...

Saviez-vous que... ?

Le 11 septembre 1888, à la fête des Gobelins qui se tenait place d'Italie, le dompteur Edmond Pezon (de la célèbre famille Pezon) faillit être dévoré par le lion Roland.

*
*     *

Le 26 février 1912 à midi cinq exactement, la chaudière du tramway n° 399, de la ligne Porte-d'Ivry-les Halles, explosait rue Gay-Lussac, à hauteur de la rue de l'Abbé-de-L'Epée. Ce grave et peu banal accident faisait onze victimes qui, heureusement, ne furent pas très grièvement blessées.

*
*     *

La rue Edmond Gondinet fut ouverte en 1898 et reçut, en 1899, le nom de ce trop méconnu auteur de comédies qui est aussi l'un des coauteurs du livret de Lakmé, opéra-comique en trois actes créé en 1883, musique de Léo Delibes.

*
*     *

Lors de la séance du conseil municipal de Paris du 24 mai 1876, M. Cantagrel déposait une pétition d'habitants du 13e arrondissement pour le prolongement de la rue Damesme jusqu'à la place du puits artésien de la Butte-aux-Cailles. Cette proposition fut renvoyée à l'Administration et n’eut, a priori, aucune suite bien que le tracé de la voie demandée figura un temps sur les plans municipaux.

L'image du jour

Une crue de la Seine, quai de la Gare, en janvier 1920

La vue est orientée vers l'aval. On distingue le viaduc du métro du pont de Bercy.