Dans la presse...

 Le projet d’extension de la gare d’Orléans - Le Siècle 4 nov. 1862

Le projet d’extension de la gare d’Orléans

Le Siècle — 4 novembre 1862
Extrait d'un plan de l'époque. On remarquera le tracé de la Bièvre

Nous venons de consulter à l'hôtel de ville le plan du projet d'extension de la gare d'Orléans, dont nous avons annoncé samedi la mise à l'enquête. Le projet en question consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital ; la section de la rue de la Gare comprise entre ce boulevard et la rue Fulton serait supprimée, et remplacée par une voie oblique qui, de cette même rue Fulton, aboutirait sur le quai d'Austerlitz, au débouché de la rue Papin.

Le dépôt actuel de la ville, dit dépôt de la Bièvre, qui se trouve dans le périmètre à exproprier par la compagnie, serait transféré à droite de la voie oblique, sur un triangle réservé à l'est de la rue Papin actuelle et à l'occident de la rue Watt. Quant à la maison d'arrêt de la garde nationale, qui, doit être aussi changée de place, nous ne savons où elle sera transférée.

Par ces changements, les rues Jouffroy et Papin seront supprimées, et l'ancienne pompe du quai d'Austerlitz, également comprise dans le périmètre à exproprier, sera remplacée par la nouvelle, que l'on achève d'établir un peu plus haut.

La gare du boulevard de l'Hôpital, qui a maintenant 350 mètres de long et trois hectares et demi de superficie, étant depuis longtemps devenue insuffisante, la compagnie hésita d’abord entre le projet de création d'une seconde gare spécialement affectée, au service du nouveau réseau, et qui serait placée en tête de la ligne de Tours à Paris par Vendôme, et celui de réunir tout le service à la gare du boulevard, de l'Hôpital, en raccordant la nouvelle ligne de Tours avec celle d'Orléans, à Brétigny. Après mûres réflexions, elle s'est enfin arrêtée à ce dernier parti ; de là la nécessité de mettre la gare actuelle en état de suffire à l'immense mouvement de voyageurs, de voitures et de colis qui doit en être la conséquence ; les agrandissements projetés porteraient à sept hectares, la superficie de cette gare.

La nouvelle section de bâtiments s’élèverait en bordure du quai d'Austerlitz, depuis la place Valhubert jusqu'au débouché actuel de la rue Papin, et serait affectée au service des départs ; les bureaux et la cour de l'administration auraient leur façade dans le quart de cercle, ouvert, en face du jet d'eau, à l'angle du quai d'Austerlitz. Les anciennes constructions seraient réservées aux services de l'arrivée. Le futur embarcadère serait mis en communication avec la voie actuelle, par un embranchement, qui viendrait s'y souder près de l'ancien boulevard extérieur.



Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

...


Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

...


La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

...


Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

...

Saviez-vous que... ?

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

*
*     *

Abel Hovelacque (1843-1896), linguiste et anthropologue, fut député du XIIIème arrondissement de 1889 à 1894. Il fut aussi président du conseil municipal de Paris en 1887-1888.

*
*     *

Le 29 juin 1901, la température atteignit 33° à Paris et ce jour là, vers midi, Mme Louise Lesire, âgée de cinquante- deux ans, demeurant 157, rue Jeanne-d’Arc, fut frappée d'insolation, boulevard Saint-Marcel. Elle mourut dans la pharmacie où on l’avait transportée pour lui donner des soins. (Le Figaro - 30 juin 1901)

*
*     *

En 1887, Charles et Alphonse Sécheresse, tous deux domiciliés 13 passage du Moulinet et tous deux marchands de vinaigre, constituaient une société en nom collectif ayant pour objet le commerce de marchand de vinaigre et de conserves. Alphonse en deviendra le seul propriétaie à partir de 1891. Plus tard, il sera condamné pour mise en vente d'huile falsifiée.

L'image du jour

Boulevard de l'Hôpital - A gauche, une des entrées du marché aux chevaux