Faits divers

 La maison hantée - 1902

La maison hantée

Le Matin — 17 septembre 1902

Auprès de la Bièvre, au numéro 153 du boulevard d'Italie, se dresse une maison de trois étages, étayée de toutes parts et inhabitée depuis longtemps.

Le propriétaire, un oncle de M. Millerand, l'ancien ministre du commerce, a abandonné son immeuble ; le concierge est parti à son tour en fermant portes et volets.

Aussi les habitants du quartier de la Maison-Blanche étaient-ils très étonnés de voir, certains soirs, de la lumière briller aux lucarnes. Parfois, on entendait un grand bruit, des fusées de rires sarcastiques, puis tout retombait dans le plus profond silence.

Avec prudence, les plus hardis s'approchèrent, mais en vain la maison gardait son secret.

Des voisins déclarèrent avoir vu, la nuit, des hommes et des femmes entrer avec précaution sans qu'on les vît jamais sortir. Les dévotes du quartier se signèrent les gamins vinrent, le jour, jeter des pierres dans les volets, enfin des spirites crurent à une maison hantée.

M. Pelatan, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, résolut de percer le mystère.

La nuit dernière, vers une heure, il fit cerner l'immeuble et y pénétra escorté d'une dizaine d'agents.

Bien lui en prit, car il se trouva en présence d'individus, hommes et femmes, qui festoyaient copieusement.

M. Pelatan procéda à leur arrestation. Comme on les conduisait au poste, au nombre de douze, les voisins vexés d'avoir été le jouet de ces vagabonds, voulurent leur faire un mauvais parti.

Les individus arrêtés sont tous de dangereux repris de justice. Ils se réunissaient dans la maison abandonnée, à jours fixes, en des agapes fraternelles, dont les commerçants du quartier faisaient tous les frais.

Ils ont tous été envoyés au Dépôt.


A lire également

Précoces Criminels - 1895

Tentative d’assassinat - 1903

À lire également...

Précoces Criminels

1895

Une tentative criminelle que ne renieraient pas des scélérats endurcis a été commise par trois gamins de douze à treize ans contre un autre enfant, le jeune Lucien Delagne, âgé de douze ans, écolier, demeurant chez ses parents, honnêtes ouvriers, rue du Champ-de-l’Alouette.

...


Le meurtrier de Gauzy est connu

1914

Hier matin, M. Boudeau, commissaire de sûreté du 4e district, ainsi que M. Fauvel, secrétaire du commissariat de la Gare, avaient acquis la certitude que Gauzy avait été blessé à l'intérieur du café des Trois Marches vertes et que le chiffonnier Georges Colson avait dit vrai

...


« Entends-tu ma voix qui t'invite ? » - 1905

1905

Jean Rousseau, dit « Guibollard », dix-neuf ans, et Lucien Fraisier, dit le « Petit-Rat », seize ans, avaient résolu d'offrir à leurs amis de la poterne des Peupliers un repas à l'instar de ceux que s'offrent les bourgeois.

...


rue de la Colonie

Sauvé par un agent

1872

Le sieur S., cocher, voulu, bien qu'étant en état d'ivresse, traverser le bassin des Prés de la Glacière, au bout de la rue de la Colonie.

...

Saviez-vous que... ?

Le 7 juillet 1878, vers onze heures et demie, le sieur L..., charretier, route de Châtillon, altéré par la chaleur, était entré pour prendre un verre de vin, dans un cabaret, rue de l’Espérance, près la rue de la Butte-aux-Cailles (13e arrondissement). Quand il en sortit, après s’être rafraîchi, il ne retrouva plus son tombereau attelé de deux forts chevaux percherons.
Un audacieux roulotter l’avait emmené se permettait de conclure le quotidien Le Droit.

*
*     *

La quartier de la Maison Blanche a été tout entier détaché de la commune de Gentilly. On l'appelait le petit Gentilly. La rue Abel Hovelaque portait le nom de rue du petit Gentilly.

*
*     *

Le 27 juillet 1916, 724ème jour de guerre, un violent orage causait quelques dégâts au 1 de la ruelle des Reculettes et la foudre blessait légèrement aux jambes Mme Paris, une locataire du lieu.

*
*     *

C'est par un décret impérial signé le 2 octobre 1865 à Biarritz que la rue du marché aux chevaux entre le boulevard Saint-Marcel et le boulevard de l'Hôpital reçu le nom de rue Dumesril.
Dumeril avait été professeur aux Jardins des Plantes, dont la rue portant son nom est la voisine.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner