Faits divers

 Un crime mystérieux à la Maison-Blanche (1909)

Un crime mystérieux à la Maison-Blanche

La Patrie — 10 juillet 1909

Un enfant coupé en deux. — Funèbre débris. — Notre enquête.

L’émotion est des plus vives dans le quartier de la Maison-Blanche, où vient d’être découvert un mystérieux paquet contenant la moitié du corps d’une fillette âgée de sept à huit mois.

De l’enquête à laquelle a procédé M. Delanglade, commissaire de police du quartier, il est établi que le lugubre colis a été déposé dans la matinée d’hier. L’endroit où il a été découvert est peu fréquenté : c’est un petit square situé sur le boulevard Kellermann, à hauteur de la rue Damesme, au lieu dit la « Poterne des Peupliers ».

Une grille haute d'un mètre entoure une petite pelouse au milieu de laquelle s'élève un bouquet d’arbres très rapprochés. C’est au pied d’un de ces arbres que le débris humain avait été déposé.

Le square n’a pas de gardien, et seuls quelques enfants du voisinage y viennent jouer les jours de congé.

C’est ainsi que deux gamins découvrirent le paquet mystérieux et immédiatement le gardien de Boussin qui avisa ses chefs.

On a relevé sur la pelouse, bouquet d’arbres, des traces de ment marqués, qui semblent établir que c’est un homme, chaussé de gros souliers à clous, qui a franchi la grille et a déposé le funèbre colis à l’endroit où il a été trouvé.

Les habitants du quartier interrogés, ont déclaré n’avoir rien remarqué d’anormal.

Le service de la Sûreté a été mis campagne et tait des recherches dans monde des « biffins » qui pullulent à Maison-Blanche ainsi qu’à Gentilly.

M. Delanglade nous a déclaré que le corps de l’enfant avait été sectionné avec une netteté qui démontre chez l’assassin un sang-froid et une habileté peu commune ; l’instrument dont il s’est servi doit être un sabre ou une hache au tranchant fraîchement affilé.

Le petit corps ne dégageait aucune odeur et le sang coulait encore. « C’était de la chair toute fraîche ! » nous dit-on.

Que sont devenus le tronc, les bras et la tête qui manquent ?

Le magistrat espère que quelque indication ne tardera pas à lui parvenir et les recherches activement poussées ne diront pas à donner des résultats.

Un journal daté du 20 juin 1909 et une camisole à raies grises et noires qui enveloppaient le petit corps ont été placés sous scellés.

L’autopsie n’a pas encore été faite ; mais un examen superficiel a permis d’établir qu’il n’y avait pas eu de violences spéciales.

C’est avec angoisse que les mères de famille attendent le résultat de l’enquête et l’arrestation de l'auteur de ce crime odieux.


A lire également

À lire également...

Boulevard de la Gare

La traite des blanches

1923

La 11è chambre a jugé hier une victime de la traite des blanches devenue traitante à son tour, bien que n'ayant encore que dix-huit ans.

...


La guerre à propos d’œufs de Pâques

1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde.

...


Rue Rubens

Encore l’assistance !

1896

Un de nos confrères du matin raconte qu'un nommé Henri Franck serait mort dans un chauffoir de la rue Rubens, après s'être vu refuser l'entrée de l'Hôtel-Dieu.

...


Boulevard Kellermann

Sur les « fortifs

1894

Un ouvrier charpentier, demeurant rue de Tolbiac, Gustave Fultot, se prenait, hier soir, à la fête du boulevard Kellermann, à l'attirance des charmes d'une sirène du trottoir.

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

Le 21 août 1881, M. François,Jean, Félix Cantagrel (Amboise 1810 - Paris 1887) fut de nouveau élu député du 13ème arrondissement au Corps législatif. Il avait été élu une première fois en 1876.
Son nom fut donné en 1899 à la voie nouvelle reliant le carrefour Tolbiac/Patay à la rue Watt. Il y eut même une rue Cantagrel prolongée.

*
*     *


En aout 1939, l'effondrement provoqué des derniers immeubles de la Cité Jeanne d'Arc servit à tester la résistance des abris souterrains conçus par la défense passive.

*
*     *

En décembre 1922, la commission du vieux Paris s’intéressait à des fouilles réalisées 54 rue Brillat-Savarin à l’occasion du creusement d’un puits profond et prenait acte qu’au n°79 de cette même rue, qui correspond sensiblement au parcours d’un ancien bras de la Bièvre converti en partie en égout, on pouvait voir très en contrebas, à la cote 36,03, l’ancien sol correspondant à peu près au niveau de la rive gauche de ce bras, le sol de la rue était à cet endroit à la cote 43,73 soit une hauteur de remblai de 7m70.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy