Faits divers

 L’explosion de l’avenue d’Italie - 1885

L’explosion de l’avenue d’Italie

Le Gaulois — 18 juillet 1885

Une explosion formidable s'est produite hier, à neuf heures quarante-cinq, avenue d'Italie, n° 18, dans la cave de M. Tournel, marchand de couleurs et de produits chimiques.

Le magasin de M. Tournel, 18 avenue d'Italie

La secousse a été si violente qu'une partie de la boutique a volé en éclats et que le plafond a été fortement détérioré.

Une vive panique s'est produite dans le quartier. Au premier signal, les pompiers de la caserne de Poissy sont accourus, ainsi que M. Perruche, commissaire de police, et M. Thomas, maire de l'arrondissement.

Les secours ont été organisés de suite, et toutes les mesures ont été prises pour éviter tout danger. La maison portant le n° 18 et les deux maisons voisines ont dû être évacuées. Cette explosion est attribuée à l'imprudence du jeune Fayet (Alfred), âgé de dix-sept ans, employé chez M. Tournel, qui se serait approché trop près d'une bombonne renfermant des matières explosibles, avec une bougie allumée. Affolé, le malheureux jeune homme a pris immédiatement la fuite, mais il n'a pu se sauver assez vite, sans être assez grièvement blessé sur différentes parties du corps, et notamment à la tête et aux jambes. Il n'y a pas eu d'autre accident de personne. Les dégâts sont assez considérables.

Les premiers numéros pairs de l'avenue d'Italie

À lire également...

Tentative d’assassinat

1903

Il est certains quartiers excentriques de Paris où il est dangereux de s'aventurer passé minuit. Les rôdeurs et malfaiteurs de toute espèce s'y conduisent comme en pays conquis ils dévalisent sans vergogne le passant attardé et, si celui-ci leur oppose la moindre insistance, ils ont vite fait de lui imposer silence en le frappant avec leurs armes.

...


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc

1935

Par la même occasion, les inspecteurs ont arrêté Emmanuel-Léon Odoux, l'ivrogne qui dimanche avait blessé sa voisine de deux coups de couteau.

...


Querelle de famille

1905

Dans un des coins les moins connus de Paris, dans une rues les moins fréquentées, du quartier de la Maison-Blanche, la rue de la Colonie, habite, au n°20, un nommé Pierre V...

...


Quartier de la Maison-Blanche

L’empoisonneur de la rue Cacheux : ordonnance de non-lieu

1896

M. Lemercier, juge d'instruction, vient de rendre une ordonnance de non-lieu en faveur de Lemaire, le vieillard habitant rue Cacheux...

...

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

En 1882, l'ouverture de la rue de Tolbiac entre le carrefour des avenues de Choisy et d'Ivry et le carrefour de la rue Domrémy était achevée.

*
*     *

Selon un article du Figaro du 29 août 1905, le 13e arrondissement comptait alors 938 jardins privés.

*
*     *

En 1869, on décida que l’avenue située entre la place d'Italie et la rue de Gentilly, va devenir avenue Sœur Rosalie, pour perpétuer la mémoire de la femme vertueuse dont le dévouement fut si utile à tant de nos braves soldats. On se souvient que c'est cette héroïque sœur de charité qui, en juin 1848, couvrit de son corps un officier de la garde mobile que les insurgés voulaient massacrer, et qu'elle eut le bonheur de sauver.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac