Faits divers

 paris-treizieme.fr — Quadruple empoisonnement (1893)

Quadruple empoisonnement

Journal des débats politiques et littéraires — 19 août 1893

Une dame Choquenot, demeurant avec son mari, ouvrier cordonnier, et ses quatre enfants, rue du Moulin-des-Prés, envoyait hier matin un de ses petits garçons au marché des Gobelins pour acheter des arlequins, pour le repas.

On sait qu'on appelle des arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., vendus à certains commerçants qui les accommodent et les revendent pour quelques sous aux ouvriers besogneux.

L'enfant revint bientôt avec un plat de haricots que les parents et ses sœurs Julie et Léontine mangèrent avec grand appétit.

Vers cinq heures, tous quatre furent pris tout à coup de vomissements et bientôt se roulèrent à terre dans des douleurs intolérables.

M. Siadoux, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, immédiatement informé, fit transporter ces malheureux à l'hôpital Cochin, où ils ont été admis d'urgence. La petite Julie, âgée de sept ans, a succombé hier après-midi à une heure.

Les parents et la petite Léontine sont considérés comme sauvés.

De l'enquête à laquelle s'est livré M. Siadoux, il résulte que ce quadruple empoisonnement est dû à l'absorption des arlequins achetés le matin, car les deux enfants aînés des époux Choquenot, qui n'ont pas pris de ces aliments, n'ont éprouvé aucun malaise.

Carte postale colorisée (sans date)

De plus, les ustensiles de cuisine, servant au débitant d'arlequins, M. Goubeille, ayant été vérifiés, on a reconnu qu'ils ne pouvaient en aucune façon nuire à la santé des consommateurs.

Il restait donc à savoir d'où provenaient les aliments qui avaient servi au repas des époux Choquenot.

C'est ce que le débitant et le commissaire de police s'attachèrent à découvrir. Enfin, ce matin, M. Siadoux a informé le procureur de la République que les haricots vendus par M. Goubeille provenaient du déjeuner du lycée Louis-le-Grand qui avait déjà provoqué des symptômes d'empoisonnement dans cet établissement et dont nous parlions dans notre édition rose d'hier.

 


A lire également

Le marché des Gobelins (1867)

Les Bijoutiers (1872)

À lire également...

Rue Barrault

Un jeu dangereux

1897

Le jeu que les gamins appellent « bourdouler » consiste se laisser rouler le long d'un talus.
Une dizaine d'enfants se livraient hier après-midi, vers deux heures, à ce divertissement au bord de la Bièvre, du côté de la rue Barrault.

...


Le meurtrier de Gauzy est arrêté

1914

Les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat.

...


Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


avenue des Gobelins

En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

1938

Hier après-midi, à 15 heures, une automobile — immatriculée 5723 - RL — occupée par plusieurs individus, s'arrêta brusquement devant le numéro 35 de l'avenue des Gobelins, à l'angle de la rue de la Reine-Blanche. Tout le rez-de-chaussée de l'immeuble situé à cette adresse est occupé par les vitrines de la bijouterie « À la Reine Blanche »...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Paris comptait 140 cités ou villas en 1865. Parmi celle-ci la cité Doré "formée de murailles en plâtras, en planches, occupée par les chiffonniers les plus pauvres du 13eme arrondissement" selon le guide de M. Joanne.

*
*     *

Henri Victor Yendt, commissaire de police de la ville de Paris, chargé des quartiers de la Salpêtrière et Croulebarbe, officier de Police Judiciaire, prit ses fonctions en 1897.

*
*     *

Une des victimes de Landru, Mme Laborde-Line, habitait 95 rue de Patay.

L'image du jour

La mairie du XIIIe