Faits divers

 Les étrangleurs de Paris - 1895

Les étrangleurs de Paris

Gil Blas — 25 mars 1895

Le treizième arrondissement, par delà les Gobelins, dans les parages de l'avenue et de la barrière d'Italie, est certainement, de tous les coins excentriques de Paris, le plus mal famé et le plus dangereux pour la sécurité des passants attardés.

Il y a dans ces confins reculés, où il ne fait pas bon s'aventurer seul à partir d'une certaine heure, de véritables coupe-gorge, infestés de rôdeurs, de redoutables bandes d'étrangleurs, habiles à pratiquer le fameux coup classique dit « du père François ». Et, surtout depuis quelque temps, il ne se passait pas de nuit qu'on n'eût de nouvelles agressions à enregistrer.

Aussi, le chef de la sûreté résolut de faire une expédition pour purger une bonne fois ces quartiers mal hantés. Il partait en guerre, la nuit dernière, à la tête d'une escouade d'une vingtaine d'inspecteurs.

Bref, quatorze furent relâchés. Quarante ont donc été écroués au matin. Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel sous les inculpations les plus diverses. Il y a de tout dans ce nombre : des voleurs, des repris de justice, des gens à qui le séjour de Paris était interdit ou que l'on recherchait pour divers délits, toute une pègre des bas-fonds parisiens, une sorte de dessus du panier du crime.

Précisément au moment où M. Cochefert pénétrait dans un des bars, une fille Ventadoux frappait d'un coup de couteau dans le dos un consommateur nommé Soller, ouvrier corroyeur, avec qui elle avait une discussion. L'état de la victime n'est pas grave. La fille a été arrêtée.

On va pouvoir respirer un peu maintenant du côté de la place d'Italie. M. Cochefert, pendant qu'il est en train de se livrer à cette bonne et utile besogne d'épuration, devrait bien continuer et aller faire un petit tour dans les environs de Montrouge et derrière la gare Montparnasse. Il trouverait aussi surement une bonne « cueillette » de rôdeur et de filles à faire par là.



À lire également...

Quartier de la Gare

La police devra-t-elle assiéger dans la cité Jeanne-d'Arc Henri Odoux qui blessa sa voisine ?

1935

La cité Jeanne-d'Arc, dont on connaît les titres à une triste célébrité, a été encore, hier soir, le théâtre d'un drame sanglant. Une mère de famille, une jeune femme, a été sauvagement égorgée par un alcoolique sans que les voisins, terrorisés, aient osé intervenir.

...


Le drame du quartier de la Gare

1896

Les habitants de la rue du Dessous-des-Berges, dans le quartier de la Gare, ont été fortement impressionnés hier soir par un drame présentant un côté mystérieux, qui s'est déroulé dans l'immeuble situé au numéro 78. Une mère, Marie Pouquet, âgée de trente-deux ans, est venue s'abattre vers minuit sur le pavé de la cour, elle portait, attaché autour du corps, son enfant âgé de vingt mois.

...


Rue de l'Espérance

Un enfant mangé par un cheval

1884

Un épouvantable accident a eu lieu hier dans le quartier de la Butte-aux-Cailles.
Au numéro 14 de la rue de l'Espérance, habitent les époux Hugon ; ils ont trois enfants, deux petites filles de cinq et sept ans, et un garçon de quatorze ans, le petit Jean. Les époux Hugon vont acheter dans les environs de Paris des légumes qu'ils revendent à la Halle.

...


M. Perruche, commissaire

L’absence de Balthazar

1896

« Balthazar », un magnifique ara gris, queue rouge, était depuis des années dans la famille d'une fruitière de la rue Dolomieu, et il charmait tout le voisinage par ses talents et sa facilité d'élocution.

...

Saviez-vous que... ?

Le 11 septembre 1888, à la fête des Gobelins qui se tenait place d'Italie, le dompteur Edmond Pezon (de la célèbre famille Pezon) faillit être dévoré par le lion Roland.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la nouvelle rue située entre la place de Rungis et la place du Nouveau Puits-Artésien, de la Butte-aux-Cailles, prendrait le nom de rue du sergent Bobillot.

*
*     *

Le boulevard Arago, le boulevard de Port-Royal et le boulevard Saint-Marcel furent inaugurés le 15 aout 1868. Il en fut de même du boulevard Mouffetard qui n'avait pas encore pris le nom d'avenue des Gobelins.

*
*     *


Les coordonnées géographiques de la mairie du 13e sont :
48° 49' 57.14" N
2° 21' 19.90" E

L'image du jour

Une crue de la Seine, quai de la Gare, en janvier 1920

La vue est orientée vers l'aval. On distingue le viaduc du métro du pont de Bercy.