Faits divers

 paris-treizieme.fr — Boutique mise à sac (1896)

Boutique mise à sac

La presse — 6 octobre 1896

M. Chevallier, horloger-bijoutier, établi 40, avenue des Gobelins, à côté du poste de police, fait actuellement ses treize jours à Chartres.

Les boutiques sises au 34 de l'avenue des Gobelins. Le n°40 est à gauche

En partant, il a confié la garde de sa boutique à ses parents qui habitent Ivry. Ceux-ci eurent l'imprudence, confiants dans la solidité de la devanture, d'aller chaque soir coucher chez eux.

Quelle ne fut pas leur douloureuse sur prise lorsque, ce matin, en pénétrant dans la boutique, ils constatèrent que des malfaiteurs l'avaient absolument dévalisée, ne laissant que quelques grosses pendules trop lourdes et trop encombrantes pour être emportées aisément.

M. Perruche, commissaire de police, informé, se transporta aussitôt sur les lieux qu'il examina avec soin. Le magistrat constata que les cambrioleurs s'étaient d'abord introduits dans la cave en fracturant la porte ; de là; ils avaient pénétré dans la boutique par une trappe qu'ils avaient également fracturée.

La devanture, d'une solidité à toute épreuve, était intacte.

Le concierge, interrogé, se souvient d'avoir couvert à diverses reprises la porte de la rue, mais chaque fois le nom d'un locataire lui ayant été jeté, il n'avait pu concevoir le moindre soupçon.

L n°40 de l'avenue des Gobelins est le premier à droite de la Manugfacture

Il ressort donc que le vol, dont le montant s'élève à près de 50,000 francs, a été commis par des malfaiteurs connaissant la disposition des lieux et les noms des locataires. Aussi a-t-on de fortes présomptions contre deux individus qui ne peuvent tarder d'être mis en état d’arrestation.

 

À lire également...

Place d'Italie

Un pickpocket

1887

M. Perruche, commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, avait reçu, depuis une semaine, un certain nombre de plaintes émanant de personnes dont les poches avaient été indiscrètement explorées par des pickpockets à la fête foraine de la place d'Italie.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la rue Dunois

1892

Le nommé Duchefdelaville, maraîcher, demeurant 20, rue Dunois, se présentait hier dans la matinée au commissariat de police de la rue Jeanne-d'Arc.

...


Boulevard de l'Hôpital

La casquette du bossu

1895

Une scène tragi-comique s’est déroulée, hier soir, à six heures, boulevard de l’Hôpital.
M. Julien Napthe, âgé de quarante-deux ans, demeurant, rue Jenner, garçon de magasin, passait, portant un paquet sous chaque bras, lorsqu’un tourbillon de vent lui enleva tout à coup sa casquette.

...


rue de la Colonie

Les chevaux furieux

1873

Un vieillard de soixante-dix-sept ans, le sieur D..., rentier, demeurant rue de la Colonie, suivait hier, vers trois heures de l'après-midi, le bord de la petite rivière de Bièvre, près de la rue du Pot-au-Lait...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le 26 octobre 1923, l'automobile de M. Naudin, conseiller d'Etat, ancien préfet de police, entrait en collision avec un taxi à l'angle de l'avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel. Dégats matériels uniquement.

*
*     *

La rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, fut appelée initialement rue du Transit lorsque son ouverture fut projetée.

*
*     *

Le square Robert Bajac situé en face du square Hélène Boucher à la porte d’Italie, honore Robert Jean Paul Bajac, aviateur français, né le 13 décembre 1897 à Paris (9e) et mort le 1er avril 1935 à Gisors (Eure), des suites des blessures reçues lors d'un atterrissage nocturne, près de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime)2, alors qu'il inaugurait une liaison postale de nuit entre Paris et Londres.

L'image du jour

La mairie du XIIIe