Faits divers

 paris-treizieme.fr — Boutique mise à sac (1896)

Boutique mise à sac

La presse — 6 octobre 1896

M. Chevallier, horloger-bijoutier, établi 40, avenue des Gobelins, à côté du poste de police, fait actuellement ses treize jours à Chartres.

Les boutiques sises au 34 de l'avenue des Gobelins. Le n°40 est à gauche

En partant, il a confié la garde de sa boutique à ses parents qui habitent Ivry. Ceux-ci eurent l'imprudence, confiants dans la solidité de la devanture, d'aller chaque soir coucher chez eux.

Quelle ne fut pas leur douloureuse sur prise lorsque, ce matin, en pénétrant dans la boutique, ils constatèrent que des malfaiteurs l'avaient absolument dévalisée, ne laissant que quelques grosses pendules trop lourdes et trop encombrantes pour être emportées aisément.

M. Perruche, commissaire de police, informé, se transporta aussitôt sur les lieux qu'il examina avec soin. Le magistrat constata que les cambrioleurs s'étaient d'abord introduits dans la cave en fracturant la porte ; de là; ils avaient pénétré dans la boutique par une trappe qu'ils avaient également fracturée.

La devanture, d'une solidité à toute épreuve, était intacte.

Le concierge, interrogé, se souvient d'avoir couvert à diverses reprises la porte de la rue, mais chaque fois le nom d'un locataire lui ayant été jeté, il n'avait pu concevoir le moindre soupçon.

L n°40 de l'avenue des Gobelins est le premier à droite de la Manugfacture

Il ressort donc que le vol, dont le montant s'élève à près de 50,000 francs, a été commis par des malfaiteurs connaissant la disposition des lieux et les noms des locataires. Aussi a-t-on de fortes présomptions contre deux individus qui ne peuvent tarder d'être mis en état d’arrestation.

 

À lire également...

Avenue de Choisy

Rivalité d'amour

1895

Combat de dames dans un bal public de l'avenue de Choisy
Jeanne J... est une bonne petite fille qui, lorsqu'elle a pris un amant, ne veut pas qu'il se fatigue à travailler.

...


Quartier de la Gare

Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc

1935

Par la même occasion, les inspecteurs ont arrêté Emmanuel-Léon Odoux, l'ivrogne qui dimanche avait blessé sa voisine de deux coups de couteau.

...


Rue Rubens

Encore l’assistance !

1896

Un de nos confrères du matin raconte qu'un nommé Henri Franck serait mort dans un chauffoir de la rue Rubens, après s'être vu refuser l'entrée de l'Hôtel-Dieu.

...


Sur la zone

Une chiffonnière meurt dans des circonstances mystérieuses

1932

Entre le boulevard Kellermann et la rue Blanqui, sur la zone annexée du 13e arrondissement, s’étend, un de ces étranges camps de miséreux où, dans un inextricable écheveau de sentiers et de ruelles, cabanes et roulottes sont entassées pêle-mêle.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Le 3 janvier 1920, la cote de la Seine avait atteint 6,36 m à deux heures de l'après midi au Pont d'Austerlitz. Le quartier de la Gare était innondé.

*
*     *

C'est le 11 juillet 1906 que le conseil municipal de Paris vota le transfert du marché aux chevaux du boulevard de l'hôpital à Brancion, nouveau marché ouvert depuis 1904.

*
*     *

En 1887, Charles et Alphonse Sécheresse, tous deux domiciliés 13 passage du Moulinet et tous deux marchands de vinaigre, constituaient une société en nom collectif ayant pour objet le commerce de marchand de vinaigre et de conserves. Alphonse en deviendra le seul propriétaie à partir de 1891. Plus tard, il sera condamné pour mise en vente d'huile falsifiée.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.