Faits divers

 paris-treizieme.fr — Un poisson d'avril chez le commissaire. (1896)

Un poisson d'avril chez le commissaire.

Le Petit Parisien — 3 avril 1896

On a bien ri, hier, au commissariat de la Salpêtrière-Croulebarbe.

Dès dix heures du matin, une longue théorie d'hommes au visage et aux mains plus ou moins noires, à l’accent auvergnat, envahissaient les bureaux du commissariat. Ils tenaient tous un petit papier à la main.

On juge de l’étonnement des inspecteurs de service, étonnement qui devint de la stupéfaction, lorsqu’ils prirent connaissance des lettres que leur tendaient les nouveaux venus. Toutes étaient conçues ainsi :

« 1er avril 1896.

« Monsieur,

« Vous êtes prié de vous rendre demain matin, à dix heures, au commissariat, pour répondre à l’accusation qui pèse sur vous.

« Vous êtes accusé de vendre du simili-charbon pour du vrai. »

Ces lettres étaient autographiées à l’encre violette, à l’aide d'un autocopiste.

M Perruche, commissaire de police, qui se trouvait dans son cabinet, en sortit, attiré par les : « Fouchtri ! Bougri ! etc. », proférés par les braves Auvergnats qui commençaient à comprendre qu’ils étalent victimes d’un farceur. Les inspecteurs ne pouvaient garder leur sérieux et le magistrat ne put lui-même s'empêcher de rire.

Pendant ce temps, le flot d’hommes noirs montait toujours, envahissant le bureau.

M Perruche leur démontra pourtant, non sans peine, comment les lettres de convocation étaient absolument fantaisistes, et les victimes de la plaisanterie finirent par se retirer, mais non sans jurer de faire passer un mauvais quart d’heure à celui qui les avait dérangés, si jamais ils le découvraient.

 

À lire également...

Sombre histoire de charbon

1937

Il n'est question dans le quartier Croulebarbe (XIII* arrondissement), que d'une histoire de détournement de charbon, dont ce qu'on en a pu savoir, suffit à faire le mystère dont on l'entoure volontairement.

...


Drame de la jalousie

1897

Un nommé Jean Siégen, dit « Jean-Jean » âgé de vingt-six ans, demeurant rue de la Pointe-d'Ivry, a tiré cinq coups de revolver, la nuit dernière, passé la porte d'Ivry, sur Mlle Marie Berthot, âgée de vingt et un ans, ouvrière lingère, rue de la Butte-aux-Cailles.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la place Pinel : Vingt ans de travaux forcés

1935

Puisatier âgé de cinquante-trois ans, Louis Pruvot est un ivrogne invétéré. Depuis plus de quinze ans il habitait 17, place Pinel, avec Élise Chavannes, de six ans son aînée.

...


Quartier Croulebarbe

Folie d'un soldat

1897

M. Francis G..., âgé de quarante-deux ans, représentant de commerce, demeurant rue du Faubourg Saint-Jacques, passait hier soir vers dix heures sur le boulevard Arago, lorsqu'un soldat d'infanterie de marine en petite tenue l'accosta

...

Saviez-vous que... ?

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

La couverture de la Bièvre, à l'angle de l'avenue des Gobelins, fut décidée lors de la séance du conseil municipal du 12 juillet 1893.

*
*     *

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

C'est le 17 décembre 1897 que le sort du marché couvert de la place d'Italie fut scellé. Le conseil municipal de Paris approuva, ce jour, sa desaffectation et la création d'un marché découvert sur le boulevard d'Italie lequel, plus tard, prendra le nom de Blanqui.

L'image du jour

Le regretté bassin et son jet d'eau du square de la place d'Italie