Faits divers

 Les incendies se multiplient sur la zone - 1930

Les incendies se multiplient sur la zone

Une baraque brûlait, l'autre jour, à la porte d'Italie et l'on dut pour éteindre le feu aller chercher de l’eau jusque dans la Bièvre

Paris-Soir — 10 novembre 1930

On ne compte plus les incendies de la zone. Voici moins d'une quinzaine, une baraque flambait au Pré-Saint-Gervais et un enfant de quatre mois périssait dans les flammes. L'autre jour, c'est une maisonnette proche de la porte d'Italie qui, brusquement, dans l'après-midi, prend s feu pendant l'absence de ses propriétaires, menaçant pendant plus d'une heure malgré les efforts des pompiers, la cité de bois tassée autour d'elle.

La zone, vers la porte d'Italie (circa 1920)

C'est vers 14 h. 30, que, passant rue Jean-Dauphin sur la zone annexée de Bicêtre, des promeneurs aperçurent des flots de fumée qui s'échappaient des fenêtres d'un pavillon situé le long d'une petite rue intérieure, au numéro 8 de cette voie. Alertés, les pompiers de la caserne Nationale accoururent ; déjà, les flammes avaient à demi dévoré la construction fragile et léchaient les maisons avoisinantes. Heureusement, la zone, si tassée contre la porte d'Italie, commence là à s'éclaircir, des hôtels sont disséminés au milieu de petits jardins et, avant que le feu eut réussi à se communiquer aux deux baraques qui flanquent la maison sinistrée, les pompiers avaient réussi à maîtriser le foyer.

Du coquet petit pavillon, qu'avaient quitté pour se rendre au travail, les membres de la famille Ducosse, le père, la mère, le fils de 19 ans et la fille de 18 ans, il ne reste plus maintenant que quelques planches noircies, entourant un énorme tas de cendres et, dans le fonds au milieu d'une chambrette presque épargnée, la carcasse d'un lit de fer.

— Heureusement, nous dit-on dans le voisinage, que les Ducosse étaient assurés.

 — On peut assurer des maisons en bois ?

— Oui, mais seulement lorsqu'elles sont couvertes en tuiles, ce qui était le cas ici. Mais il faut dire que ce luxe est fort rare ; parcourez le quartier, vous verrez que la plupart des baraques sont recouvertes seulement de papier goudronné. Elles peuvent brûler celles-là, d'une minute à l'autre, leurs habitants seront sans un sou dans la rue… Et les voisins de même, car dans un entassement pareil, l'incendie trouve un aliment si facile qu'il ne se contenterait pas d'une seule maison à la fois.

"Parcourez le quartier, vous verrez que la plupart des baraques sont recouvertes seulement de papier goudronné"

L'exemple d'Aubervilliers où, comme l'on s'en souvient, flamba d'un seul coup tout un lot de maisonnettes est là peur rappeler que la zone est à la merci d'une étincelle.

Encore si les secours étaient faciles ! Mais dans cette énorme agglomération de pauvres gens, l'eau manque. Il faut voir, plusieurs fois par jour, la procession des femmes, des enfants, des vieillards qui, chargés de seaux et de brocs trop lourds souvent pour leur faiblesse, s'en vont vers les fontaines publiques, disséminées chichement à travers la cité de bois. Si les fontaines sont rares, vous pensez bien que les bouches d'incendie sont absentes ! Et c'est là qu'est le plus grand danger :

— Pour éteindre le feu, il a fallu, nous dit-on, déplier quelques centaines de mètres de tuyaux afin d'aller chercher l'eau, d'une part, au marché de Bicêtre, de l'autre, dans la Bièvre, qui coule en contre-bas de la grande côte, au sommet de laquelle se trouve lame Jean-Dauphin.

Il n'y a pas si longtemps que, pour éteindre, aux Lilas, un incendie sur la zone, il fallait tendre des tuyaux pardessus les fortifications et puiser l'eau sur le boulevard Mortier. Lorsqu'on songe aux périls quotidiens que courent une centaine de milliers d'hommes amassés aux portes mêmes de la capitale, délaissés de tous les pouvoirs publics, privés de tous les recours et de toutes les sécurités dont jouissent les autres citoyens, on ne saurait trop se louer de la décision enfin prise de porter avant peu le coup mortel à la zone et de faire rentrer, pour leur plus grand bien, les « hors la loi » qui l'habitent, dans les cadres normaux de la vie sociale.



Sur la Zone...

Le commencement de la fin de la Zone

Les articles d'Émile Condroyer

La capitale démantelée (1930)

Autres textes d'Émile Condroyer

Voyage au pays des zoniers (Série d'articles de Pierre Bénite - 1930)

Dans l’étau des grands buildings (Série d'articles de Pierre Humbourg - 1931)

Divers aspects de la zone dans les années 30

Les Zoniers

Faits divers

À lire également...

Le crime de l’avenue de Choisy

1889

L'avenue de Choisy sert de quartier général à des bandes de rôdeurs c'est, le pays par excellence des attaques nocturnes, des rixes, des vols, bref, des exploits variés des escarpes et des chourineurs de la rive gauche.

...


Avenue des Gobelins

Scène surprenante avenue des Gobelins

1874

Avant-hier à deux heures de l'après-midi, une voiture d'une forme spéciale était arrêtée avenue des Gobelins, à l'angle du boulevard Saint-Marcel.

...


Place d'Italie

Une corida

1894

M. Wach, marchand de bestiaux, demeurant, 132, boulevard de l'Hôpital, conduisait hier vers quatre heures un jeune taureau aux abattoirs de Villejuif, quand, arrivé dans la cour de cet établissement, l'animal devenu subitement furieux s'échappa, parcourant la place et le boulevard d'Italie qu'il descendit affolé.

...


Quartier Croulebarbe

Deux sauveteurs de treize ans

1895

Hier, vers quatre heures de l'après-midi, une trentaine d'enfants s'amusaient à glisser sur la Bièvre, dans le bas de la rue des Gobelins. À cet endroit, la petite rivière, qui se trouve encaissée entre de hautes maçonneries, n'a pas moins de deux mètres de profondeur.

...

Saviez-vous que... ?

L'Eglise Saint-Marcel de la Salpétrière fut construite en 1856 par l'architecte Blot aux frais de l'abbé Morisot qui, en septembre 1865, la céda à la ville de Paris moyennant 275.285 francs.

*
*     *

Pendant la Commune, la Place d'Italie fut brièvement dénommé Place Duval par les insurgés qui voulurent honorer la mémoire d'un de leurs chefs militaires.

*
*     *

C'est le 17 septembre 1901 que fut inauguré le puits artésien de la Butte aux Cailles. L'histoire ne dit pas si ce fut en grande pompe.

*
*     *

C’est en 1884 que l’on décida de donner le nom de Martin-Bernard, né à Montbrison le 17 septembre 1808 et mort à Paris, dans la maison de santé Dubois où il résidait, le 22 octobre 1883 à la voie nouvelle en construction reliant la nouvelle rue Bobillot à la rue de Tolbiac.
Opposant politique du second empire, il fut élu député de la Seine en févier 1871 et ne participa pas à la Commune. Aucun aspect de sa vie ne paraît le rattacher au 13e arrondissement.
La voie qui allait devenir la rue Huygens dans le 14e face où cimetière du Montparnasse où il repose, fut un temps évoquée pour honorer sa mémoire.

L'image du jour

Boulevard Blanqui à l'angle de la rue du Moulin des Prés, un jour de marché.

Le marché Blanqui fut créé pour prendre la relève du marché couvert des Gobelins qui ne répondait plus aux besoins de la population et qui avait probablement mal vieilli depuis sa construction en 1868. Initialement, le marché se tenait sur le terre-plein central du boulevard. Il a été déplacé sur le trottoir côté Maison-Blanche lors de la construction du métro. Auguste Blanqui est mort dans l'immeuble à gauche de la rue du Moulin-des-Prés, le 1er janvier 1881.