Faits divers- MOBILE

 Drame dans une ménagerie -1897

Drame dans une ménagerie

Le lion Ménélik. - Le dompteur blessé. — Vive panique. — Chez le blessé.

Gil Blas — 14 décembre 1897

Dans une petite chambre d'hôtel de la rue Coypel, l'un des plus hardis dompteurs de fauves que les Parisiens applaudissent pendant les fêtes foraines, est actuellement couché, le corps affreusement labouré par les griffes et les crocs d'un lion redoutable.

Dessin paru dans le Petit-Journal illustré

Il s'agit du dompteur Letort, qui joue actuellement à la ménagerie Pezon — le maître étant souffrant — le rôle le plus actif du travail des Cages.

L'accident passa presque inaperçu. C'était dimanche soir, à la fête foraine de la place d'Italie où le vaste établissement zoologique donnait la dernière représentation.

Une foule énorme avide de ces spectacles terrifiants emplissait les galeries jusqu'aux plus petits gradins quand le dompteur Letort fit son entrée vers dix heures dans la grande cage où se prélassait parmi d'autres fauves, le lion Ménélik.

Tout à coup l'animal s'élança sur le dompteur et lui fit d'un coup de patte lâcher la fourche qu'il tenait en main puis il saisit le bras dans ses mâchoires et, de ses griffes puissantes, lui laboura le ventre et les reins.

Avec une énergie surhumaine M. Letort traîna l'animal d'un bout à l'autre de la cage pour s'emparer d'une autre fourche qu'il parvint à introduire dans la gueule du fauve.

Celui-ci lâcha prise, pendant que les spectateurs gagnaient la sortie en poussant des cris d'épouvante.

Quoique grave, l'état de M. Letort n'inspire aucune inquiétude immédiate.

Malgré ses blessures, le dompteur a déjà repris la belle assurance que nous lui connaissons tous, et c'est en ces termes — lui seul était qualifié pour cela — qu'il a fait le récit de sa lutte avec le fauve.

Ménélick est un lion géant à crinière grise de l'espèce la plus dangereuse. En effet, ces lions à crinière grise sont sournois ; ils n'ont pas la franchise de leurs frères de l'Atlas.

« Déjà j'avais été blessé par lui à la main, à la fête de Belfort, et je le surveillais. Au moment où j'allais avoir terminé ma représentation, je voulus le faire passer de l'autre côté de la cage.

« Il se tenait couché auprès de la barré et grondait sourdement. Je le cravachai violemment sans pouvoir obtenir qu'il m’obéît. Je devinai son irritation et compris qu'il fallait coûte que coûte le dominer. Je m’avançai résolument vers lui, la main haute. D'un bond il se jeta sur moi, me labourant la poitrine de ses griffes et de ses crocs.

» Puis il me saisit le bras gauche dans sa gueule et les deux pattes sur mon épaule, tout droit, il me poussa contre le fond de la cage.

« Je sentis que j'étais perdu. Déjà le public, effrayé, fuyait. Je vis mes employés accourir à mon secours avec des fourches. Je leur criai de ne pas toucher au lion. Je craignais que le fauve, surexcité par les coups et les cris de mon personnel, ne s'acharnât sur moi.

 » Mon seul espoir était de me dégager seul. J'étreignis subitement Ménélik à la gorge, en Essayant de l'entraîner à l'autre extrémité de la cage où j'avais laissé nia fourche. Un faux pas, une chute, et c'en était fait de moi.

» Je ne sais encore comment je parvins enfin auprès de cette fourche, ni même comment je pus la saisir. Mais, aussitôt que j'en fus possesseur, je la plongeai violemment dans la gueule de la bête qui lâcha prise et recula en grognant. J'étais sauvé ! »

Ajoutons que M. Letort ne se tient pas pour battu et qu'il espère prendre sur l’indomptable Ménélik une éclatante revanche à la fête de Ménilmontant qui doit s'ouvrir dans quelques jours.

G.

À lire également...

Un nouveau crime dans le 13ème ?

1879

Hier matin, un jardinier de la rue de la Colonie se trouvait dans un de ses champs que traverse la Bièvre...

...


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

1939

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

...


Rue Abel Hovelacque

La Jalousie d'un Vieillard

1904

Le drame qui s'est déroulé hier matin dans le quartier des Gobelins doit être classé dans la catégorie des crimes passionnels. Et pourtant le héros de cette aventure sanglante, Paul Perrotel, compte près de soixante printemps.

...


Quartier de la Gare

Agents attaqués

1907

Avant-hier, après-midi, quelques commerçants de la place Nationale se plaignaient qu'une demi-douzaine d'apaches vinssent bouleverser leurs étalages et projeter leurs marchandises sur la chaussée.

...

Saviez-vous que... ?

L'église Notre-Dame de la Gare, terminée en 1864 par M. Claude Naissant; est un monument assez élégant, construit dans le style de transition du douzième au treizième siècle, mais dont l'intérieur n'offrait, au moins en 1890 selon les observateurs de l'époque, rien de curieux.

*
*     *

La Bièvre descend des plateaux de Satory, arrose Buc, Jouy, Igny, Verrières, la Croix de Berny, Antony, Bourg-la-Reine, Arcueil,Gentilly et pénètrait dans l'enceinte fortifiée de Paris par deux ouvertures entre les bastions. Ses deux bras serpentaient ensuite dans les prés de la Glacière et enclosaient ces terrains submersibles qui étaient autrefois le seul skating ring des Parisiens.

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896) -C'est lui ! - et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.

*
*     *

Le 23 novembre 1897, vers quatre heures, un employé de banque, M. Henri L…, âgé de 40 ans, habitant boulevard de Port-Royal, se présentait au commissariat de police du quartier Croulebarbe et demandait à voir le commissaire en personne.
Mis en présence de M. Yendt, le pauvre employé déclara que Dreyfus était innocent et que c'était lui-même qui avait dérobé et vendu les documents à l'Allemagne. Puis, il prononça quantité d'autres paroles incohérentes.
M. L… fut envoyé l'infirmerie spéciale du Dépôt.

L'image du jour

Eugène Atget - Bastion 87 boulevard Kellermann

La photographie a été prise en 1915.