Dans la presse...

 La Chaire de Mme Curie - 1906

La Chaire de Mme Curie

Réunion du Conseil de la Faculté des Sciences. — Mme Curie va être nommée Professeur à la Sorbonne. — Elle occupera la Chaire laissée vacante par la Mort de son Mari. —Ratification ministérielle.

Le Petit-Parisien — 13 mai 1906

Au cours de la réunion qu'il a tenue, hier matin, le conseil de la Faculté des sciences de Paris a adopté à l'unanimité, sur la proposition de son président et doyen, M. Appell, un vœu qui sera accueilli avec enthousiasme par tous les savants et recevra l'approbation unanime de ceux qui s'intéressent aux grands problèmes scientifiques.

II a décidé que Mme Curie, la noble et vaillante compagne de celui à qui l'on doit la découverte du radium, continuerait l'œuvre à laquelle elle avait si puissamment collaboré. Non seulement le laboratoire où travaillait son mari sera mis à sa disposition, mais encore elle deviendra titulaire de la chaire qu'il occupait à la Sorbonne et qui on s'en souvient avait été créée spécialement pour lui.

Ainsi que le veut l'usage, le conseil supérieur de l'Université sera appelé prochainement à se prononcer à son tour. Son opinion favorable ne fait aucun doute. Quant au ministère de l'Instruction publique, qui devra signer la nomination, il a fait connaître son avis depuis longtemps le vœu du conseil de la Faculté des sciences a reçu son approbation pleine et entière.

Nous aurions voulu voir Mme Curie pour lui présenter nos respectueuses félicitations et lui dire avec quelle satisfaction sa nomination serait accueillie. Nous n'avons malheureusement pas pu la rencontrer. Dans la petite maison du boulevard Kellerman, d'où l'on entend le chant des oiseaux qui ont élu domicile dans les branches des grands arbres voisins, nous avons trouvé le père du savant, le vénérable docteur Curie. Nous avons eu le plaisir de lui apprendre la bonne nouvelle. Il ne s'y attendait pas, tout au moins sitôt. Il fut agréablement surpris et un sourire mélancolique passa, imperceptible, dans sa belle barbe blanche.

Avec douceur, il nous dit :

— Je suis heureux pour elle. Puisse cette distinction dont elle est si digne apporter un peu de baume à sa douleur. Non seulement la mort de notre fils a laissé un vide immense dans nos cœurs mais — tout le monde le sait — nous ne sommes pas riches, et nous allions nous trouver dans une situation très embarrassée. Les petits pourront être convenablement élevés.

Sur notre demande, le vieillard ajouta :

— Mme Curie poursuivra les travaux de son mari. Ayant, été sa collaboratrice de tous les instants, elle connaît mieux que personne le point où il les interrompus et les éléments qui formaient la base fondamentale de ses recherches. Continuer l'œuvre de son cher époux était son plus ardent désir. Il se trouve réalisé plus tôt qu'elle ne l’espérait. Elle va être bien heureuse. Je voudrais être le premier à lui dire ce que vous venez de m'apprendre, mais peut-être le sait-elle déjà.

Comme tous les véritables savants, Mme Curie est aussi modeste que l'était son mari, mais elle a le droit d'être fière, car c'est la première fois qu'une chaire de haut enseignement est donnée à une femme.


A lire également

La mort de M. Curie

Vu dans la presse...

Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire

La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m.20 à Paris-Austerlitz d'ici à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire

L'assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le pont National, oeuvre des ingénieurs Couche et Petit, a été achevé en 1853.

*
*     *

Le monument élevé à la Gloire des mères françaises implanté sur le boulevard Kellermann à proximité de la porte d'Italie est dû au ciseau des sculpteurs Henri Bouchard et Alexandre Descatoire. Le jardin qui l'entoure a éré dessiné par l'architecte Paul Bigot. Ce monument a été inauguré le 23 octobre 1938 par le président de la République, M. Albert Lebrun. Le maréchal Pétain était présent à cette cérémonie.

*
*     *

C'est par un, vote intervenu le 19 octobre 1894 que le conseil municipal de Paris décida que la rue Saint-François de Sales perdrait son nom pour prendre celui de Daviel.

L'image du jour

La mairie du XIIIe