La mort de M. Curie

La mort de M. Curie

Une Cérémonie fort simple. — A la Maison mortuaire. — Le Désespoir de Mme Curie. — Au Cimetière.

Le Petit Parisien — 22 avril 1906

Les obsèques de M. Curie ont été célébrées, hier, avec la plus grande simplicité et sans aucune cérémonie.

Il n'avait pas été envoyé de lettre de faire-part.

Seuls, les élèves et quelques amis personnels de l'illustre chimiste avaient été avisés par lettres manuscrites.

La levée du corps était fixée à trois heures et demie. Un fourgon des pompes funèbres devait venir prendre la dépouille du savant pour la transporter à Sceaux, où aurait lieu l'inhumation.

Dès trois heures arrivèrent à la maison mortuaire, 108, boulevard Kellermann, des professeurs de la Sorbonne et du Collège de France, ainsi que des membres de l'Institut. Tour à tour ils pénétraient dans la petite maison, mais en ressortaient presque aussitôt. MM. Appell, doyen de la faculté des sciences Cheneveau et Debierne, préparateurs de M. Pierre Curie, assistaient la malheureuse veuve.

Marie et Pierre Curie avec leur fille Irène dans le jardin devant leur maison du 108 boulevard Kellermann vers 1903.

Le cercueil, déposé dans la salle à manger transformée en chambre mortuaire, était recouvert d'un drap noir frangé de blanc et de la gerbe de fleurs envoyée par les anciens élevés de l'école de physique et de chimie.

Parmi les personnalités présentes, nous reconnaissons MM. Aristide Briand, ministre de l'Instruction publique ; Poincaré, ministre des Finances, Gaston Doumergue, ministre du Commerce, le général Dessiner, gouverneur militaire de Paris, de Selves, préfet de la Seine Lépine, préfet de police, les professeurs Jeannet, Daguilhon, Moissan, Perrin, etc.

M. et Mme Loubet se sont fait inscrire, ainsi que M. et Mme de Soubeyran de Saint-Prix.

Le fourgon arrive, suivi de quatre voitures de deuil, et Mme Curie, dont le désespoir est vraiment tragique, se place devant la fenêtre par laquelle les employés des pompes funèbres font passer le cercueil.

— Allez doucement murmure la pauvre femme.

Elle monte dans la première voiture, en compagnie de son beau-père, le vénérable docteur Curie. Le funèbre cortège s'ébranle, respectueusement salué par l'assistance. M. Aristide Briand le suit dans son coupé. Au trot, on gagne la porte de Châtillon, par le boulevard Jourdan.

A la porte du cimetière attendaient le maire de Sceaux, M. Château, entouré de ses adjoints, MM. Fontaine et Chapsal, Philippon, commissaire de police, quelques personnalités du monde scientifique, une délégation de l'Association générale des étudiants et cinq étudiants portugais. Quand le fourgon funèbre est arrivé à la grille du cimetière, toutes les personnes présentes se sont découvertes et le cortège s'est acheminé lentement vers la tombe préparée. Le cercueil de M. Pierre Curie a été descendu ; on l'a placé par-dessus celui renfermant les restes de sa mère, et les fossoyeurs ont comblé la fosse béante.

Le matin, on avait exhumé, de la tombe où ils avaient été déposés, les restes de Mme Curie, née Sophie de Pouilly, mère de l'inventeur du radium, morte le 27 septembre 1897. Ils avaient été réunis dans un petit cercueil, pour être déposés à côté du corps de son fils.

A cinq heures, la funèbre cérémonie était terminée.


A lire également

La chaire de Mme Curie

Menu article

Lu dans la presse...

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire

Le bal des Quat'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme