Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — rue Watteau

rue Watteau

(145 mètres, entre la rue du Banquier, 21, et le boulevard de l’Hôpital, 128)

Cette rue existait au XVIIe siècle sous le nom de Petite rue du Banquier, à cause du voisinage de la rue du Banquier. À cette époque ce n’était encore qu'une ruelle fermée à ses deux extrémités.

On l'appelait aussi rue du Petit-Banquier. Honoré de Balzac et Victor Hugo la rendirent célèbre.

Par décret du 27 février 1867, elle reçut sa dénomination actuelle, en mémoire du peintre français (1684-1721) dont plusieurs tableaux furent reproduits par la manufacture des Gobelins.

 

"Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre qui sent le marché aux chevaux et la nourricerie."

Edmond et Jules de Goncourt
Journal — 16 mars 1865

Lu dans Le Rappel du 5 septembre 1869 :

Il y a, dans la rue Watteau, — une rue perdue dans le 13e arrondissement, — une petite maison qu'embaume un semblant de jardin et que désole un puisard. Le jardin verdoie. Le puisard, sans issue, est plus immonde que l'égout des Césars.

En vain, pendant les grandes chaleurs de cet été, les malheureux locataires ont supplié qu'on les désinfectât. Le propriétaire les a renvoyés à la Ville. La Ville les a renvoyés aux calendes grecques.

Le puisard s'emplit toujours.

Hier, une jeune bonne a été à demi-asphyxiée par les exhalaisons méphitiques de ce cloaque autorisé par l'administration.


La rue Watteau à son débouché sur le boulevard de l'Hôpital vers 1928
(anonyme — CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet)
Depuis, le niveau de la rue Watteau a été abaissé pour être ramené à celui du boulevrad de l'Hôpital.


Sur la rue du Petit-Banquier / rue Watteau

Historique

En lien avec la rue du Petit-Banquier / rue Watteau

Faits-divers

Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


L'oasis et le cloaque

Il y a des quartiers de Paris qui n'ont vraiment pas de chance ! Le quartier de la Gare, dans le treizième arrondissement, par exemple... (1934)

...


Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

...


La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

...


La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

Le 23 août 1886, un violent orage provoquait une crue de la Bièvre de près d'un mètre rue Pascal inondant un grand nombre de caves et causait des dégâts considérables dans les parages. Ce même orage fit des dégâts importants dans d'autres points du 13ème notamment rue Richemont et rue Clisson.

*
*     *

Le 9 octobre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait , qu'avenue d'Ivry, Mme veuve Marie Buronifesse, 73 ans, demeurant rue de la Pointe d'Ivry avait glissé sur une épluchure de banane et s'était blessée si grièvement qu'elle fut transportée à la Pitié.

*
*     *

La rue Fagon est l’ancienne rue de la Barrière des Gobelins. Elle a reçu son nom par arrêté du Préfet de la Seine en date du 26 février 1867. Guy-Crescent Fagon, né le 11 mai 1638 à Paris, où il est mort le 11 mars 1718, fut le premier médecin du roi de 1693 à la mort de Louis XIV. Il développa le Jardin royal des plantes médicinales ou « Jardin du roi », futur Jardin des Plantes.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy