Dans la presse...

 Rue Charles Bertheau sont sans logis - 1937

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Paris-Soir ― 10 octobre 1937

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine.

Mercredi soir, quand les locataires se couchèrent, ils ne remarquèrent rien d'anormal, mais jeudi matin, planchers, murs et plafonds étaient parcourus par de profondes fissures. Le sol des cours des rues, les dallages, tout était fendu comme si il y avait eu là une secousse sismique. Il était impossible d'ouvrir les portes et les fenêtres : fers et boiseries avaient joué. Une dizaine d'immeubles sont devenus pratiquement inhabitables, deux ont dû être complètement évacués et des écriteaux en interdisent l'entrée.

Les habitants du quartier ont constitué un comité. Le syndic a fait étayer les maisons et le commissaire de police du quartier a envoyé sur les lieux un service d'ordre, mais le gaz et l'eau ont été coupés dans les maisons où la situation est critique.

Contrairement à ce qui a été annoncé, nous disent les habitants, les sinistrés ne sont pas hébergés par la ville. Une délégation s'est rendue à la mairie, mais elle n'a pas été reçue.

« On nous a attribué une indemnité ; mais qui, paraît-il, ne serait pas renouvelée.

» Actuellement, 41 personnes et 13 enfants, dont des bébés de quelques mois, sont dans la rue. Une femme enceinte, des vieillards de 75 et 80 ans sont sans logis. Les habitants du quartier de la Gare crient : « Au secours ! »


A lire également

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer (1929)

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours (1937)

Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

...


Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

...


La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

...


Le cuiseur de cadavres

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards, voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine... (1896)

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Le 21 août 1881, M. François,Jean, Félix Cantagrel (Amboise 1810 - Paris 1887) fut de nouveau élu député du 13ème arrondissement au Corps législatif. Il avait été élu une première fois en 1876.
Son nom fut donné en 1899 à la voie nouvelle reliant le carrefour Tolbiac/Patay à la rue Watt. Il y eut même une rue Cantagrel prolongée.

*
*     *

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues", un film avec la charmante Jeanne Helbling que celle-ci avait tourné avec l'excellent Nicolas Rimsky. Jeanne Helbling partageait la vedette avec Mmes Jenny Luxeuil Jeanne Brindean et Annabella.

*
*     *

Ce n'est qu'en 1867, que la route de Fontainebleau devint officiellement l'avenue d'Italie.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.