Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer - 1929

LE SOL S'AFFAISSE

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Paris-Soir ― 10 avril 1929

La rue Charles-Bertheau, dans le 13è arrondissement, offre depuis dimanche un aspect de dévastation.

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer.

En hâte, il fallut évacuer la place, transporter les meubles sur la chaussée, chercher chez des voisins ou à l'hôtel un refuge provisoire.

Et depuis, le même danger menace tous les habitants des autres immeubles de la petite rue, dont les murs se fendent et risquent de s'écrouler, d'un instant à l'autre.

La rue Charles-Bertheau fut construite, voici soixante ans, sur le terrain humide d'une ancienne champignonnière. Une infiltration d'eau a provoque le subit affaissement du sol, mystérieusement miné.

Aujourd'hui, trois maisons sont évacuées. Une quatrième, située en face du numéro 10. le sera sans doute incessamment.

Un service d'ordre interdit l'accès de la rue aux passants. Héroïque, une brave femme, qui, exploitait une épicerie au numéro 10, n'a pas voulu toutefois consentir à abandonner sa boutique.

Hier. M. Chiappe. préfet de police, s'est tendu rue Charles-Bertheau, peur ordonner les mesures de précautions indispensables.

Le conseil municipal a mis à la disposition des dix-huit ménages évacués un premier secours de 5.000 francs. Mais cette somme est loin d'être suffisante, évidemment. Ce qu'il faut, c'est trouver un nouveau gîte à tous ces malheureux brusquement chassés de chez eux.

Certains ne se sont-ils pas vu refuser l'accès des hôtels des environs, sous prétexte qu'ils avaient des enfants !.

Et rue de Belleville...

Ce matin, le préfet de la- Seine était avisé qu'à la suite de l'exécution de travaux, l'immeuble situé rue de Belleville, 328, menaçait également de s'écrouler, on raison d affaissements qui se sont produits dans le sous-sol. Là aussi, des précautions ont été immédiatement prises et un service d'ordre a même dû être établi pour empêcher les véhicules poids lourds, de circuler sur la chaussée. Donc, la situation est grave en cet endroit, de même que rue Charles-Bertheau.


A lire également

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours (1937)

Menu article

Lu dans la presse...

Voyage dans le dernier tramway de Paris

Dans quelques jours, le 123-124, dernier spécimen des multiples tramways qui, il y a peu de temps encore, occupaient les rues de Paris, va disparaître. Il fera son dernier voyage, le 15 mars et sera remplacé, le lendemain, par un autobus. (1937)

Lire

Le Métro passe la Seine : Place d’Italie - Nation

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes ! (1903)

Lire

99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89. (1942)

Lire

Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

Lire

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire

La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme