Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La rue Damesme vue en 1932

Rue Damesme

L’ami du Peuple — 5 juillet 1932

D’importants changements projetés rue Damesme ont condamné plusieurs maisons de cette rue et de la rue des Peupliers : les numéros 30, 38. 40. 42, 44, 46, 48, 50. L’un de ces immeubles est particulièrement curieux : le 48, qui date du XVIIIe siècle, ancienne demeure présumée de cultivateurs.

Détail d'une vue aéerienne prise le 11 juin 1921
Détail d'une vue aéerienne prise le 11 juin 1921
Source IGN - Remonter le temps

L’actuelle rue Damesme est visible sur le plan de Lacaille (1730). Elle était alors route de Lyon. Elle fut alignée et bâtie peu à peu, notamment aux virons de 1838 ; on l’appela alors du Bel-Air.

En 1868, le nom de Damesme lui donné en souvenir du général tué une barricade en 1848, à l’âge de quarante ans. Elle contient en nombre assez élevé de mignonnes maisonnettes, semblables à des constructions enfantines. Tous les terrains avoisinants, anciens champs, où vécurent longtemps des colonies de chiffonniers, ont été percés de rues, maintenant bordées pour la plupart de pavillons exigus et de style uniforme.

Ces rues sont dédiées au docteur Leray, à Dieulafoy, à Lucas-Championnière, à l’interne Loeb — voire à Jules Ferry — et voisinent avec la rue de Tolbiac. Il y a aussi une rue Henri-Pape, percée en 1885, et que l’on nomma d’abord rue Edouard-Valentin, préfet du Bas-Rhin mort en 1879. Depuis lors, Edouard Valentin dut démériter, puisque son nom fut enlevé et remplacé par celui de Henri Pape, facteur de pianos (1789-1875). Que de pavillons et que de jardinets microscopiques I En cet ancien coin dit de Bel-AIr, les humains respirent peut-être, mais leurs arbustes semblent périr d’asphyxie.

Dans l’axe de la rue du Tage, au 48 de la rue Damesme (maison du XVIIIe dont nous parlions plus haut et qui est condamnée), on perce la rue du Docteur Tuffier, chirurgien des hôpitaux de Paris (Pitié, Beaujon, Lariboisière), clinicien réputé et professeur à l’École de médecine.

Un peu plus loin est la rue Ernest-Rousselle, conseiller municipal (18361896), maintenant rue Ernest-et-Henri-Rousselle ; le fils ayant été conseiller comme le père, on les a confondus dans un même hommage.

Au 73 de la rue Damesme est la rue du Tibre, connue dans le passé sous le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux. Le Tibre, pour le moins, devait passer sur cette voirie d’équarisseur afin d’en nettoyer les Immondices.

Vers le boulevard Kellermann, le promeneur remarquera la fréquence de vieux jardins situés en contre-bas de l’ex-route de Lyon.

Au n° 54 s’élève une maison neuve qui a été baptisée : Cité de la Femme. Les esprits cyniques ne manqueront point de faire observer qu’il fallait, en ce cas, dans le voisinage, médecins et chirurgiens. On demande rue Damesme, une rue du Pozzi(*).


(*) Jean-Samuel Pozzi est un médecin, chirurgien et anthropologue français né à Bergerac le 3 octobre 1846 et mort à Paris le 13 juin 1918. Membre de l'Académie de médecine et professeur à la Faculté, il fut l'un des pionniers de la gynécologie moderne. Il fut également l'un des modèles du Dr Cottard de Proust dont il était proche.

Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

...


Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

...


La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

...


Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

Les deux molosses en pierre ornant le portail du mobilier national à #Paris13 sont l'œuvre du statuaire André Joseph Géraud Abbal, 1876-1953.
Abbal doit sa renommée à ses sculptures en pierre en taille directe. Il était fils et petit-fils de tailleurs de pierre de Montech (82).

*
*     *

C'est sur l'insistance d'Émile Deslandres représentant du 13e arrondissement que le conseil municipal de Paris accepta de conserver le nom cinq fois séculaire des Reculettes à la rue résultant de l'élargissement de cette ruelle si pittoresque.

*
*     *

En 1906, on pouvait aller directement de Glacière à la gare de Lyon en métro. Sans changement !

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy