Dans la presse...

 La maison sans maître - 1904

La maison sans maître

Passage d'Ivry. — Logis à bon marché. — Un asile de pauvres gens.

Le Journal — 4 décembre 1904

Tout au bout de l'avenue d'Ivry, près des fortifications, se trouve une impasse dont l'accès est si étroit, qu'aucun véhicule n'y peut pénétrer sans raser et détériorer les murailles des maisons qui la bordent ; c'est le passage d'Ivry. Tout au fond de ce passage se dresse une maison branlante, dont l'histoire est bien extraordinaire.

Le propriétaire de cette maison, M. Surchaut, mourut, il y a une douzaine d'années, sans testament et sans héritiers connus ; la maison, qui était habitée par M. Surchaut, ne demeura pas longtemps vide, après la mort de son propriétaire ; des pauvres gens du quartier s'y installèrent, au grand ébahissement d'un cousin de M. Surchaut, qui essayait de faire valoir ses droits d'héritier sur la maison sans maître.

Ces pauvres gens furent chassés de leur demeure par les agents du fisc, qui barricadèrent la maison, n'y laissant pas même pénétrer le cousin de M. Surchaut ; celui-ci s'en alla ; on ne l'a jamais revu.

Illustration parue dans Le Journal

Pendant huit jours, les barricades furent respectées ; mais après ce laps de temps des rôdeurs arrivèrent, qui transformèrent la maison en un antre où se déroulèrent d'extravagantes scènes d'orgies sordides ; on buvait, on se battait, on s'entre-tuait dans cette maison. La police intervint; les rôdeurs furent expulsés ; d'autres rôdeurs les remplacèrent, qui, non contents de scandaliser le quartier par leurs exploits, se mirent en devoir de tout saccager dans leur repaire; les parquets furent arrachés et brûlés dans les cheminées, les persiennes furent descellées, les portes, furent enfoncées; la police dut encore intervenir.

C'était une veille de petit terme ; la maison sans maître, débarrassée de ses rôdeurs, fut envahie par des ouvriers pauvres, expulsés brutalement de leur domicile. Et, depuis, les ouvriers sans asile du quartier se succèdent dans la maison du passage d'Ivry, aucun logement n'en restant vide plus d'une journée.

J'ai visité, hier, cette maison ; elle est plus vermoulue que si elle, avait deux siècles d'existence ; les murs en sont lézardés, la toiture en est crevée ; à l'intérieur, pas de portes ; à l'extérieur, plus de persiennes.

Des vieilles planches servant à boucher tant bien que mal les issues, qui ne sont pas bien nombreuses : six fenêtres et une porte sur le passage, autant sur un ancien jardin où poussaient jadis des vignes et où maintenant, s’épandent, nauséabondes, les eaux de ménage ; des détritus de toutes sortes nagent dans ces eaux malsaines, qui sont encore empuanties par ce fait qu'une fosse d'aisance voisine, n'étant jamais vidée, s'est crevée.

Oh ! les effroyables taudis !... Quinze chambres immondes, dans lesquelles des meubles, sortis d'on ne sait quel magasin de bric-à-brac, sont entassés ; dans certaines de ces chambres vivent le père, la mère et toute une marmaille dépenaillée ! On se croirait dans une Cour des Miracles.

Parfois, quand un de ces ménages a pu économiser quelques sous et que son chef de famille a déniché un emploi rémunérateur, le père, la mère, les enfants s'en vont, heureux de sortir de cet enfer, et des misérables, plus misérables qu'eux-mêmes, les remplacent à la même minute.

On s'effare, à l'idée de la promiscuité que doivent subir les condamnés dans les prisons ; qu'est cette promiscuité à côté de celle des malheureux ouvriers sans asile qui vont nicher dans la maison sans maître du passage d'Ivry, côte à côte avec d'autres malheureux, qui eux, ne sont pas ouvriers, et cherchent, les soirs, sur les fortifications, autre chose que du travail ?...

Les voisins des locataires de la maison sans maître se sont plaints, récemment, au service d'hygiène, qui est intervenu, et qui veut expulser ces pauvres gens. Cette besogne ne sera pas commode : si pitoyable que soit leur logis, ces malheureux y veulent demeurer : où trouveraient-ils un logement à meilleur compte ? Le service d'hygiène demande la démolition de cet immeuble, qui est littéralement pourri.

Mais, ici, on se heurte au fisc, qui, depuis douze ans, n'a jamais touché un sou des contributions qui lui sont dues, et qui veut mettre en vente cet immeuble sans propriétaire.

Qui donc achèterait cette masure ? Le terrain sur lequel elle s'élève à seul quelque valeur, et encore, dans ce coin reculé de Paris; cette valeur n'est-elle pas bien grande. La maison sans maître restera peut-être longtemps encore un asile pour les malheureux du quartier d'Ivry.

Fernand Hauser.

A lire également

Logements à bon marché - 1896

Un immeuble sans propriétaire - 1896

La maison puante - 1907

Vu dans la presse...

L’impresario des mendiants

Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles s'est installé un impresario qui cultive une spécialité plus que bizarre. Il a centralisé là toutes les monstruosités capables d'attendrir le passant. (1872)

Lire

Les derniers mohicans de Paris : Avec les Algériens du boulevard de la Gare

Sous la ligne aérienne du métro dont la longue perspective s'étend à l'infini, le boulevard de la Gare monte doucement vers la place d'Italie. À droite et à gauche, des maisons basses s'alignent, coupées par de petites rues pavées, à l'angle desquelles sont nichés de ridicules et ternes jardinets. Çà et là un immeuble neuf qui usurpe des allures de building, un magasin dont l'étalage déborde le trottoir, des bars, des hôtels, des restaurants, puis encore, sur la gauche, le cube uniforme et sans fantaisie de la raffinerie Say. (1928)

Lire

La mystérieuse petite ceinture : De Vincennes aux Batignolles en faisant le grand tour

Entre Belleville et la Seine, c'est la zone des sifflets désespérés. Si les « Circulaires » qui vont leur petit bonhomme de route ne s’inquiètent guère du parcours à horaires fixes, les autres trains, messageries, rapides et autres, ont sans cesse besoin de demander leur route aux distributeurs de voie libre.
Cris brefs qui courent tout au long de cette frontière illusoire de Paris, cris impatients de ceux qui ne peuvent attendre ou qui s’étonnent des disques et des feux rouges. (1930)

Lire

Le métro sur la rive gauche

La nouvelle-section du Métropolitain, allant de Passy à la place d'Italie (ligne Circulaire-Sud), dont nous avons donné, il y a quelques jours, une description détaillée, a été ouverte, hier après-midi, au service public. Pendant toute la durée de l'après-midi, les voyageurs et les curieux se sont, pressés dans les diverses gares du parcours... (1906)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

Alfred Léon Gérault, dit Gérault-Richard, né à Bonnétable (Sarthe) le 11 octobre 1860 et mort à Fréjus (Var) le 7 décembre 1911, journaliste et homme politique socialiste, fut élu député du XIIIème arrondissement en janvier 1895. Il fut battu aux élections de 1898, mais fut réélu deux fois (1902-1906 et 1906-1911) en Guadeloupe, dans des conditions qui ne laissent aucun doute sur leur illégalité.

*
*     *

Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.

*
*     *

Lorsque la gare de marchandises de la rue de Tolbiac entra en fonctionnement en mai 1903, cette ouverture s'accompagna de la création d'une nouvelle porte pour Paris dite « Porte des Gobelins » dotée d'un bureau d'octroi pour surveiller les entrées et sorties des biens et des personnes de la capitale.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30