Dans la presse...

 La voiture de « la Mie de pain » - Le Figaro – 5 mars 1897

La voiture de « la Mie de pain »

Le Figaro – 5 mars 1897

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui, créée par M. Paulin Enfert, a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche.

C'est dans ce quartier que, chaque soir, les étudiants du Cercle du Luxembourg vont, à tour de rôle, préparer et servir la soupe, distribuer vieux habits, vieux jouets.

Pendant le Carnaval, 800 litres de soupe suffisaient, quotidiennement, mais, depuis deux jours, les froids sont revenus. Ils ont augmenté la faim. La soupe chaude a manqué.

Le gouvernement a bien voulu s'intéresser à cette institution qui console, soulage la misère et certainement a empêché bien des délits, peut-être des crimes.

Il a accordé à M. Enfert l'autorisation d'ouvrir une tombola de 50,000 billets à un franc. Immédiatement nos étudiants se sont mis en campagne. Aujourd'hui les billets sont prêts et les lots abondent.

Le plus agréable a été fourni par le président de la Compagnie générale des petites voitures. M. Bixio a offert à la tombola « un abonnement de trois mois à une voiture de remise à deux chevaux ».

Il laisse à l'heureux gagnant la faculté de choisir lui-même l'époque où il pourra se servir de cette voiture. Quel lot charmant on pourra gagner pour vingt sous !

Et le grand avantage est que les preneurs de billets n'auront pas longtemps à attendre. La tombola sera irrévocablement tirée le 15 juin prochain, c'est-à-dire avant quatre mois.

Grâce aux étudiants riches, aux dames patronnesses, surtout aux notables commerçants de Paris, il y a déjà de nombreux lots. La maison Boucheron a envoyé un bracelet de grande valeur; le Louvre, une fort belle poterie, le Bon Marché une pièce d'argenterie; la maison Decauville une bicyclette, etc., etc. La liste des lots augmente d'heure en heure. Nous espérons bien qu'elle ne dépassera point celle des billets pris. Allons, mesdames, messieurs, qui veut gagner pour trois mois une voiture de remise ? On prend ses billets au Cercle catholique des étudiants, rue du Luxembourg; au siège de « la Mie de Pain », 64, rue Bobillot; enfin, chez MM. Nolleval et Raoul de Guntz, les dévoués collaborateurs de M. Enfert. Avec un franc, on achète l'espérance d'avoir un joli lot et la certitude de donner quelques bonnes soupes aux pauvres. Donc, à tout coup l'on gagne !

Charles Chincholle.

La Mie de pain aujourd'hui

Saviez-vous que ...

Alors que la voie de 15 mètres de large qui devait remplacer la ruelle des Reculettes dont la largeur variait de 2 à 7 mètres, aurait pu recevoir un autre nom, c'est sur l'insistance de la commission du vieux Paris pour conserver ce nom pittoresque cinq fois séculaire et sur l'intervention de M. Émile Deslandes conseiller municipal du XIIIè arrondissement que le conseil municipal de Paris décida, en 1930, de substituer simplement la dénomination de rue à celle de ruelle, pour constater cet élargissement décidé en 1910.

L'image du jour

Abattoirs de Villejuif, boulevard de l'Hôpital

Vu dans la presse...

1867

Un nouveau chemin de fer

Avant-hier et hier, les habitants de la partie méridionale du nouveau Paris ont assisté avec une vive curiosité à un spectacle assez rare dans les villes... (1867)

Lire

1928

L'aménagement de la place et de l'avenue d'Italie

On sait que dans un an sera mise en circulation la ligne métropolitaine n° 7, actuellement en construction, de la place d'Italie à la porte d'Ivry... (1928)

Lire

1930

Inauguration de la ligne de Métro N° 10

M. Pernod, ministre des Travaux publics, inaugure ce tantôt, à 15 heures, une nouvelle ligne de métro, ou plutôt un nouveau tronçon : « Carrefour de l’Odéon-Place d’Italie », rattaché provisoirement à la ligne n° 10... (1930)

Lire

1926

Métropolitain, ligne n°7

La ligne n° 7 est assurément l'une de celles qui ont subi le plus grand nombre de transformation successives.... (1926)

Lire

1878

Les nouvelles voies de la rive gauche

On sait que toute la zone annexée de la rive gauche doit être traversée par une grande voie parallèle aux anciens boulevards extérieurs. Cette artère, déjà ouverte, depuis deux ans, entre la place de l'Église de Montrouge et la rue de la Glacière... (1878)

Lire

1866

La première boucherie de cheval à Paris

Notre gravure représente la devanture de la boutique qu'un boucher, — pourquoi pas un chevalier ? — vient d'ouvrir près du boulevard d'Italie...... (1866)

Lire

1866

Travaux publics.

On va bientôt procéder dans le 13e arrondissement (des Gobelins) aux travaux d’agrandissement et de régularisation de la place d’Italie et de ses abords.... (1866)

Lire

1924

Métro, ligne 12, le projet abandonné

De la porte d'Orléans à la porte de Gentilly et à la porte d'Italie... (1924)

Lire

1868

Petite ceinture : stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche (1868)

La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent, comme on le voit dans la Fig.2 construites sur un tunnel dans lequel passent les trains.... (1868)

Lire

1894

Le mystère des Gobelins

Un bruit sinistre, dont un de nos confrères s'est fait l'écho, a couru hier sur la rive gauche. M. Guignet, chef des ateliers de teinturerie à la manufacture des Gobelins, se serait aperçu que certaines parties d'un grand panneau de tapisserie représentant la Conversion de saint Paul avaient perdu toute la vivacité de leurs couleurs. (1894)

Lire

1902

Le Métropolitain dans les Catacombes

Les travaux de consolidation de la ligne circulaire n° 2 du Métropolitain de Paris, ou plutôt les travaux de préparation de la construction de cette ligne au travers du terrain effondré et affouillé des Catacombes et des carrières de Paris, notamment boulevard de Vaugirard, boulevard Saint-Jacques et boulevard de l’Hôpital, sont terminés. (1902)

Lire

1906

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme