Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Le carrosse intempestif (1890)

Le carrosse intempestif

Le Figaro — 22 février 1890

Une tempête dans un verre d'eau.

Un incident insignifiant vient de mettre sens dessus dessous le haut personnel de la Préfecture de police.

C'était le mardi gras. Les gardiens de la paix avaient reçu l'ordre de ne laisser stationner aucune voiture dans les grandes voies, où il y avait en effet un encombrement dont on se souvient.

Et voilà que, vers trois heures, un agent constate que, depuis cinq minutes au moins, une très belle voiture, attelée de deux chevaux ayant aux oreilles des rubans rouges et bleus, interrompt la circulation.

— Il est interdit de stationner ici, dit-il au cocher.

Ce dernier, très solennel, fouet sur la cuisse, ne bouge pas. Il se contente de répondre, en homme sûr de lui :

— Service de M. le président du Conseil.

L'agent, d'abord sidéré, essaie de concilier les ordres qu'il a reçus avec le respect qu'il doit aux autorités. Il prie le cocher de faire avertir son maître par le valet de pied et d'aller l'attendre rue Gaillon.

— M. Rousselle, président du Conseil municipal, réplique l'homme au fouet, m'a dit de rester ici. Je n'ai d'ordres à recevoir que de lui.

L'agent est très perplexe. Il n'ose, tout seul, porter la main à la bride des chevaux municipaux. Il voudrait pourtant faire son devoir. Il court à la mairie Drouot et raconte tout à son chef l’officier de paix.

— Les ordres sont des ordres lui dit celui-ci. Nous ne pouvons les imposer au public que si les personnages officiels eux-mêmes y obtempèrent. Aucune voiture ne doit stationner sur le boulevard. Si le cocher en question refuse d'aller rue Gaillon, prenez un agent et amenez la voiture ici.

Cinq minutes après, deux gardiens de la paix faisaient arrêter devant la mairie Drouot le carrosse municipal. Le cocher était blême d'indignation. Pendant ce temps, le valet de pied informait de l'incident M. le président du Conseil qui était en train de prendre un bock au café Cardinal.

M. Rousselle se hâte de vider son verre et de se rendre à la mairie.

À son approche, l'officier de paix, — le fait est établi, — ôte son képi et, le tenant en l'air, dit respectueusement :

— Monsieur le président, c'est moi-même, qui ai dit aux agents d'amener votre voiture ici. Je vous prie de m'excuser, mais nous sommes en République. La loi doit être égale pour tous.

M. le président du Conseil municipal ne veut rien admettre. Il réplique en homme qui n'est pas content d'avoir eu de la peine à traverser à pied la foule. Il fait entendre assez vertement que le premier représentant de la Ville de Paris a droit à des égards spéciaux. L'officier de paix, lui, s'arme des mesures qu'il est obligé de prendre pour le maintien de l'ordre public. M. Rousselle a gardé son chapeau. L'officier de paix remet son képi. La conversation devient amère. M. Rousselle remonte dans sa voiture en laissant comprendre que les choses n'en resteront point là.

Vous croyez que, depuis, M. le président du Conseil a réfléchi, qu'il s'est rappelé le fameux : « Quand vous seriez le Petit Caporal, on ne passe pas ! » et qu'il a sollicité une récompense pour ceux qui ont si bien fait leur service ?

On nous affirme que non. M. Rousselle aurait, au contraire, demandé la révocation de l'officier de paix. MM. le préfet de police et le chef de la police municipale — l'un et l'autre très contents de leur subordonné — ne seraient pas encore sûrs, à l'heure qu'il est, de pouvoir arranger l'affaire.

L'incident du mardi, gras a pris des proportions plus que carnavalesques.

Charles Chincholle.


Dans la presse...


Les habitants du passage Barrault demandent des égouts

Arrêtez-vous visiter l’impasse Prévost et le passage du même nom, la rue Palmyre... Poussez jusqu’au passage Barrault... Les mêmes maisons lépreuses où le jour ne pénètre guère... Sur les pavés disjoints, les moineaux cherchent leur pitance... Des gamins jouent dans les ruisseaux où croupit une eau savonneuse.... (1928)

Lire la suite


Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

...


La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

...


Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

...


Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

...

Saviez-vous que... ?

Le 11 septembre 1888, à la fête des Gobelins qui se tenait place d'Italie, le dompteur Edmond Pezon (de la célèbre famille Pezon) faillit être dévoré par le lion Roland.

*
*     *

Le 23 août 1886, un violent orage provoquait une crue de la Bièvre de près d'un mètre rue Pascal inondant un grand nombre de caves et causait des dégâts considérables dans les parages. Ce même orage fit des dégâts importants dans d'autres points du 13ème notamment rue Richemont et rue Clisson.

*
*     *

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues", un film avec la charmante Jeanne Helbling que celle-ci avait tourné avec l'excellent Nicolas Rimsky. Jeanne Helbling partageait la vedette avec Mmes Jenny Luxeuil Jeanne Brindean et Annabella.

*
*     *

Le 23 novembre 1897, vers quatre heures, un employé de banque, M. Henri L…, âgé de 40 ans, habitant boulevard de Port-Royal, se présentait au commissariat de police du quartier Croulebarbe et demandait à voir le commissaire en personne.
Mis en présence de M. Yendt, le pauvre employé déclara que Dreyfus était innocent et que c'était lui-même qui avait dérobé et vendu les documents à l'Allemagne. Puis, il prononça quantité d'autres paroles incohérentes.
M. L… fut envoyé l'infirmerie spéciale du Dépôt.

L'image du jour

Une crue de la Seine, quai de la Gare, en janvier 1920

La vue est orientée vers l'aval. On distingue le viaduc du métro du pont de Bercy.