Dans la presse...

 Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel - 1882

Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

publiées par Le Journal des débats politiques et littéraires

26 avril 1882

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point.

Extrait d'un plan de 1881

Le boulevard a coupé la rue Poliveau qui eut un triste renom il y a quelques années. C'est dans une maison, de cette rue qu'on trouva. En avril 1878, les débris — les jambes et les bras — de la femme Gillet, qui aurait été assassinée le 28 mars rue d'HauteviIle. La tête et le tronc de la victime avaient été expédiés dans une caisse au Mans. Les auteurs du crime, P.-L. Lebiez, étudiant en médecine, et Barré, ancien clerc de notaire, furent exécutés. En ce moment on y construit plusieurs maisons neuves dont le style moderne contraste singulièrement avec les autres habitations contemporaines pour la plupart de Louis XIII.

Dans la rue de la Reine Blanche, on a dû faire disparaître deux ou trois vieilles masures. Dans l'une d'elles, rapporte la Ville de Paris, mourut, en 1872, à l'âge de quatre-vingt-deux ans, un homme très populaire dans !e quartier ou il exerçât depuis près de trente ans son métier de saltimbanque. Il se nommait Fourquel, mais n'était connu que sous le sobriquet de l’homme aux clous, parce que depuis longtemps il se bornait, à cause de son grand âge, à manger des clous qu'il faisait ressortir par le nez. Il travaillait, habituellement au carrefour .de l'Observatoire. Fourquel avait été hercule, clown, homme-canon, etc. Il était propriétaire de la maisonnette ou il est mort.

Les terrains du boulevard Saint-Marcel étaient, il y a deux siècles, une zone tout à fait en dehors de la capitale et l’on y voyait que des champs incultes des fondrières et des carrières de sable.

La Folie Escholar, alors ruinée et abandonnée, se trouvait en cet endroit et c'est là que vint camper, sous Louis XIII, une bande de bohémiens qui excitèrent chez les Parisiens une vive curiosité par l'originalité de leurs costumes et de leurs manières. Cette troupe fut expulsée par la maréchaussée en armes lorsque le seigneur de Barbejon, valet de chambre de Louis XIII, eût obtenu le privilège de la foire aux chevaux qui se trouvait alors sur les fossés des remparts devenus aujourd'hui le boulevard des Capucines.

Sous Louis XV, le marché aux chevaux fut encore déplacé pour être établi près de la Croix de Clamart, voisine de la rue du Jardin-du-Roi, devenue rue Geoffroy-Saint-Hilaire. La croix a disparu, mais il .y a encore la Fontaine de Clamart à proximité du cimetière de ce nom où l'on a pendant longtemps enterré les suppliciés.

Au n°5 de cette rue se trouve une petite maison avec trois ouvertures ogivales que surmonte un cartouche de grande dimension. Un coq et une cigogne sont sculptés au-dessus de la porte d'entrée. C’est dans la salle du premier étage que Buffon faisait ses conférences sur l'histoire naturelle. Maintenant, à  cette place, se trouve un commissariat de police.

On se souvient de l'infortuné grillon qui, en 1847, tomba du trapèze de sa montgolfière où il se livrait à des exercices gymnastiques à 300 mètres au-dessus du soi. Il ne succomba pas à cette chute, mais on fut obligé de l'amputer des deux jambes. Grillon s'établit ensuite cordonnier rue du Jura dans une maison qui a été emportée par le tracé du boulevard Saint-Marcel. Grillon avait laissé un fils qui fut tué pendant la dernière guerre au combat de Buzenval.


20 mai 1882

Avant le tracé du boulevard Saint-Marcel et de l'avenue des Gobelins, la rue Collégiale, peu importante d'ailleurs, était enserrée pour ainsi dire au milieu d'un dédale de ruelles étroites et obscures, où il était assez difficile de la trouver. Aujourd'hui qu'elle est voisine d'une avenue et qu'elle a accès à un boulevard, ses conditions se trouvent changées. Aussi la spéculation privée s'en est-elle emparée pour lui faire un peu de toilette et la mettre au niveau des grandes voies qui l'entourent.

Le nom que porte cette rue rappelle l'antenne église collégiale de Saint-Marcel, bâtie au cinquième siècle en l'honneur de ce saint, et autour.de laquelle se forma peu à peu un petit village que l'on appela Mont-Cétard, d’où on fit ensuite Mouffetard. Détruite par les Normands et reconstruite au onzième siècle, il en restait quelques, débris de peu d'importance qui disparurent en 1866.

En 1668, trois voleurs pénétrèrent dans cette église, brisèrent le maître-autel et emportèrent le tabernacle qui était en or massif. Ils furent arrêtés et appliqués à la question, selon les usages du temps. Au milieu de leurs affreux tourments, un des voleurs avoua que les hosties renfermées dans le tabernacle avaient été serrées dans un mouchoir et jetées par-dessus les murailles du couvent du Val-de-Grâce.

Il y eut à ce sujet dans ce monastère une purification solennelle faite avec une pompe extraordinaire, avec le concours de tout le clergé diocésain. Anne d'Autriche et le jeune Louis XIV qui n'était pas encore roi de France, assistaient à cette solennité.

Quant aux trois voleurs, on les fit cuire dans de l'huile bouillante.


A lire également

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins (1878)

 

Saviez-vous que ...

Alors que la voie de 15 mètres de large qui devait remplacer la ruelle des Reculettes dont la largeur variait de 2 à 7 mètres, aurait pu recevoir un autre nom, c'est sur l'insistance de la commission du vieux Paris pour conserver ce nom pittoresque cinq fois séculaire et sur l'intervention de M. Émile Deslandes conseiller municipal du XIIIè arrondissement que le conseil municipal de Paris décida, en 1930, de substituer simplement la dénomination de rue à celle de ruelle, pour constater cet élargissement décidé en 1910.

L'image du jour

Abattoirs de Villejuif, boulevard de l'Hôpital

Vu dans la presse...

1866

Travaux publics.

On va bientôt procéder dans le 13e arrondissement (des Gobelins) aux travaux d’agrandissement et de régularisation de la place d’Italie et de ses abords.... (1866)

Lire

1924

Métro, ligne 12, le projet abandonné

De la porte d'Orléans à la porte de Gentilly et à la porte d'Italie... (1924)

Lire

1868

Petite ceinture : stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche (1868)

La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent, comme on le voit dans la Fig.2 construites sur un tunnel dans lequel passent les trains.... (1868)

Lire

1894

Le mystère des Gobelins

Un bruit sinistre, dont un de nos confrères s'est fait l'écho, a couru hier sur la rive gauche. M. Guignet, chef des ateliers de teinturerie à la manufacture des Gobelins, se serait aperçu que certaines parties d'un grand panneau de tapisserie représentant la Conversion de saint Paul avaient perdu toute la vivacité de leurs couleurs. (1894)

Lire

1902

Le Métropolitain dans les Catacombes

Les travaux de consolidation de la ligne circulaire n° 2 du Métropolitain de Paris, ou plutôt les travaux de préparation de la construction de cette ligne au travers du terrain effondré et affouillé des Catacombes et des carrières de Paris, notamment boulevard de Vaugirard, boulevard Saint-Jacques et boulevard de l’Hôpital, sont terminés. (1902)

Lire

1906

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

1930

Inauguration de la ligne Odéon-Place d'Italie

Le réseau du Métropolitain compte une ligne de plus, ou, plus exactement, deux tronçons de lignes complémentaires : l'un qui prolonge la ligne n° 10 de l’Odéon à la place Monge, et l'autre qui étend la ligne n° 7 de la place Monge à la place d'Italie... (1930)

Lire

1872

Un marché de banlieue

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry. (1872)

Lire

1897

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

1912

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme